Aller à la barre d’outils

Un jour noir pour la vertitude

Les Ecologistes - Mouvement Ecologiste Indépendant

Un jour noir pour la vertitude

29 avril 2013 Actualité Vu, lu, entendu 2
Billet d’humeur assuré et assumé du webmaster

 

Ce jour, notre ami Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, invité par France Inter, dans l’émission d’information matinale, prononce les mots suivants : « il faut un grand plan européen de relance et d’investissement ».

Un écologiste bien portant qui se réveille avec ce genre de mots qui sortent d’un engin électronique d’une grande banalité, se demande s’il faut faire confiance à ses oreilles. Mais oui, en fait c’est vraiment vrai … c’est bien le premier des verts qui a prononcé cette phrase, o combien absurde.

Cette phrase n’est pas anodine, car elle faisait partie d’une démonstration, sur les capacités du gouvernement actuel à faire face à la crise, et sur les relations France-Allemagne qui se détériorent à la suite de la lettre que veut adresser le parti socialiste pour dénoncer les méfaits de la politique de la chancelière.

Cette phrase est complète. Dans le propos, il n’est pas question de relancer la transition énergétique, par exemple. Il n’est pas question d’investir dans le secteur de l’intelligence environnementale. Il n’est pas question de relancer et d’investir dans la relocalisation des activités ou dans l’agriculture biologique.

Le mot “austérité” est maintes fois prononcé, et Pascal Durand rejoint le flot des anti-austérité, à demi-mots certes, mais les auditeurs auront retenu que les écologistes n’en veulent pas. Pourtant l’austérité, c’est bien la décroissance de l’utilisation de nos impôts pour des dépenses dont on peut se passer, pour des investissements inutiles, pour arrêter de fabriquer des bombes, … La décroissance de l’argent jeté par les fenêtres au niveau de l’Etat, c’est la frugalité, au niveau de la personne et de la famille. Nous devrions être heureux que cela arrive enfin. Il est hors de question pour nous, bien sûr, de faire décroitre le nombre d’enseignants, de chercheurs, de policiers de quartier, de médecins urgentistes et de lits d’hôpitaux. Pourtant, les adeptes de la croissance, eux, le font sans état d’âme, au profit du portefeuille des Mital, Gohsn and co. Les fruits de la relance iront directement dans leurs poches et dans celle de leurs amis financiers, et pendant ce temps, on réduira les salaires minimums et les droits des salariés, en précarisant leur condition.

Nous devrions être pour qu’on arrête de faire des aéroports pour rien, des LGV pour faire gagner quelques minutes à quelques hommes d’affaires, des centrales nucléaires pour éclairer le ciel, des cadeaux aux grands industriels multinationaux et aux banquiers, …

Tous nos efforts de pédagogie au quotidien pour convaincre nos concitoyens, nos voisins, nos collègues, nos amis, nos familles, du bien fondé de nos analyses et de nos propositions, sont annulés d’un seul coup.

Sommes-nous sur la même planète ?
Sommes-nous toujours les enfants de René Dumont ?
Sommes-nous devenus des adeptes de la croissance à tout prix ?

2 réponses

  1. Pascal Durand étant passé par la constellation de Nicolas Hulot, ne peut pas oublier les vertus de la décroissance du gaspillage et de la seule “Croissance” du bien-être général sur une planète aux ressources préservées pour les génération futures. Cet interview doit certainement différer du fond de sa pensée.
    JR Lançon

  2. Il faut être très prudent. Je suis bien entendu scandalisé par les propos de Pascal Durand. Néanmoins la Croissance que nous dénonçons à juste titre pour tous ses effets pervers a permis, par les masses monétaires dégagées (les impôts) l’allongement de la scolarité, la multiplication des hôpitaux et des soins, l’augmentation significative du nombre de policiers (de quartier ou autres), etc. Je pense que nous devons nous pencher sur le problème de l’Ecole (est-il utile de traîner des gamins de 15 ans qui n’en peuvent plus de l’Ecole et qui vont droit à l’échec ?) sur le problème de la recherche (faut-il soutenir toutes les recherches ?), sur le problème de la prison, etc Pour le reste OK

Laisser un commentaire