Aller à la barre d’outils

«Épisodes méditerranéens»: Quand allons-nous prendre au sérieux les alertes climatiques?

Les Ecologistes - Mouvement Ecologiste Indépendant

«Épisodes méditerranéens»: Quand allons-nous prendre au sérieux les alertes climatiques?

7 octobre 2020 Non classé 0

De violentes intempéries liées à la tempête Alex ont frappé notamment les Alpes-Maritimes, déclenchant des crues records. Les dégâts sont considérables et le bilan humain s’annonce lourd. Lors de sa crue, le Var a, par exemple, arraché des centaines d’arbres qui se sont réunis à son embouchure, entre Nice et Saint-Laurent-du-Var.

Des phénomènes qualifiées médiatiquement d’«exceptionnels». Pourtant depuis quelques années force est de constater que ces derniers sont plutôt répétitifs : en 2019 le sud-est avait déjà été victime d’épisodes d’inondations dramatiques. La France est l’un des pays du monde les plus touchés par les catastrophes météorologiques selon un rapport de l’ONG Germanwatch de 2017, aussi bien en pertes humaines qu’en coût économique.

Loin d’être «exceptionnels» ces phénomènes portent un nom: ils sont appelés des «épisodes méditerranéens». Il s’agit d’événements météorologiques producteurs d’intenses phénomènes orageux durant lesquels les sols sont saturés en eau. Ainsi le Vaucluse, le Var et les Alpes-maritimes sont devenus comme des éponges complètement saturées d’eau. Une nouvelle fois le réchauffement climatique n’est pas étranger à cette situation: La Méditerranée figure en effet parmi les « hot-spots » mondiaux du changement climatique.

Ces régions sont déjà très touchées par la diminution des précipitations moyennes et l’augmentation importante des températures, notamment en été, qui entraînent une diminution des ressources en eau et une aggravation des sécheresses et des canicules. Des études ont par ailleurs mis en évidence une augmentation de la fréquence des épisodes méditerranéens les plus forts, en particulier ceux dépassant le seuil de 200 mm en 24 h dans les régions françaises.

Là encore il appartient aux pouvoirs publics de prendre en considération ces phénomènes et les éléments scientifiques dans leurs prises de décision afin de protéger les populations dans le futur. Les règles d’urbanisme, entre autres, devront être revues si on veut tendre vers une société la plus résiliente possible. Ces phénomènes climatiques nous rappellent enfin l’urgence de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Sans prise en compte des alertes des écologistes les drames continueront de se multiplier.

Laisser un commentaire