COVID

Les Ecologistes - Mouvement Ecologiste Indépendant

COVID

16 mars 2021 Actualité Santé 0

Les Ecologistes du Mouvement Ecologiste Indépendant ne partagent pas la décision prise par l’exécutif d’étendre à l’ensemble du Pays un couvre-feu à partir de 18h ce qui revient à concentrer les consommateurs dans les commerces le samedi avant 18 H ou le dimanche matin.

Il est de notre devoir en tant qu’écologistes de dénoncer la démarche initiée par le gouvernement et accompagnée par les médias d’entraîner notre société dans une spirale de la peur justifiée et entretenue au nom du COVID.

L’ambiance qui règne dans notre pays risque de fracturer durablement notre pays entre ceux qui acceptent les contraintes imposées et ceux qui considèrent qu’il s’agit d’une atteinte aux libertés fondamentales.

Les impacts économiques, sociaux, et psychosomatiques des mesures actuellement imposées sont dès à présent plus importants que les bénéfices sanitaires de la stratégie adoptée.

Nous ne voulons pas cautionner une politique qui prétend nous sortir de la crise, en procédant à la vaccination massive de la population associée à la création d’un « passeport sanitaire » ce qui constituerait une énième atteinte aux libertés individuelles. D’une part, le MEI a toujours prôné la liberté vaccinale. D’autre part, cette épidémie révèle la faillite de notre système de santé et notamment hospitalier. Une réforme dans l’organisation des hôpitaux et un accroissement des moyens est indispensable pour répondre aux prochaines crises sanitaires qui ne manqueront pas de survenir à l’avenir. Enfin, revoir notre façon de consommer, de produire notre alimentation, nos modes d’élevage, de transports, notre organisation du travail… est indispensable pour éviter que ne se reproduise la situation actuelle.

Pour que les mesures soient prises au plus proche des citoyens et des spécificités locales, nous proposons de transférer aux collectivités locales la responsabilité des mesures à adopter en leur demandant d’intégrer le risque sanitaire dans le Document d’Information sur les risques majeurs (DICRIM). De même d’élargir le conseil scientifique à des représentants de la société civile, aux syndicats, aux associations, aux politiques.

C’est la société tout entière qui doit déterminer les choix qui impactent aussi fortement la société : pour protéger la démocratie et légitimer les décisions qui en résultent.

Laisser un commentaire