Albert Danjau

Aucun commentaire pour l’instant

Didier BarthèsPublié le6:31 - Jan 2, 2013

Effectivement c’est un combat difficile et c’est rageant d’être si près, bon courage quand même et bravo pour votre travail.

Didier BarthèsPublié le9:20 - Jan 8, 2013

Je partage évidemment à 100 % l’analyse de Fabien Niezgoda. Le matin même du jour ou cet article était publié, j’entendais à la radio un économiste expliquer qu’en France le chômage avant notamment pour cause l’arrivée de classes d’âge nombreuses sur le marché du travail, fruit de la forte fécondité française.
Le journaliste l’interrompit pour dire ” une très bonne chose par ailleurs”. L’économiste ne démentit pas. Oui, tous les ans à l’annonce des statistiques démographiques françaises, les mêmes propos nous sont imposés et le choix du vocabulaire, justement mis en évidence par Fabien, est édifiant.
Les journalistes, les économistes et le monde politique dans son immense majorité et quelle que soit son orientation, présentent la forte fécondité de notre pays comme une bonne nouvelle par essence avec le même naturel et la même évidence qu’ils prétendraient préférer le bonheur au malheur et la bonne santé à la maladie.
Cette touchante unanimité ne peut même pas être mise sur le compte du seul nationalisme puisque, toujours à la radio, j’entendais également des commentateurs expliquer que l’Inde avait sur la Chine l’avantage d’un potentiel économique beaucoup plus favorable pour l’avenir grace à son dynamisme démographique. On se demande ce qui se passera quand les 1,5 milliards d’indiens prévus pour 2025 seront à leur tour âgés et qu’il faudra encore plus de jeunes pour y faire face. Je suppose que la croute terrestre aura la bonté de devenir élastique.

Pourtant, lorsque l’on discute avec les gens, les choses sont moins contrastées et beaucoup de français sont prêt à admettre que la question de la surpopulation doit avoir toute sa place dans les débats sur l’écologie, qu’elle doit cesser d’être taboue et qu’un nombre plus restreint de naissances pourrait ne pas être une mauvaise chose.
Le jour où certains partis politiques comprendront cet état d’esprit de leurs adhérents potentiels, peut-être les points de vue affichés seront-ils moins monolithiques et “bien-pensants”. Dans un premier temps il s’agira sans doute plus d’un calcul électoral que d’une réflexion sincère, mais il faut absolument changer cet état d’esprit sinon nous serons 10 milliards sur la planète et sans plus d’espoir de la sauver.

Jacques LançonPublié le9:44 - Jan 9, 2013

Simplement, à la fin de l’avant dernier paragraphe je mettrais des guillemets autour du mot “élites”
Car pour des écologistes, ceux qui ont la responsabilité politique de la marche du monde vers ce que nous pensons être le désastre de l’écosystème planétaire permettant la vie sur terre ne peuvent être qualifiés d’élites qu’avec une connotation dramatiquement humoristique. Jacques lançon

Jean BitterlinPublié le5:48 - Jan 10, 2013

Ce communiqué (de Fabien) reprend un tas de choses déjà dites et évidentes pour nous. Je le signe, comme bien d’autres qui ne se revendiquent pas nécessairement de l’Ecologie, des deux mains mais pour le dernier paragraphe en mettant « … est une grave inconséquence. » au lieu de « … serait une grave inconséquence. » et aussi de dire à qui ont en appelle.

Mais il me semble néanmoins qu’en tant que parti politique et au-delà de la sémantique nous devrions avoir une position claire sur le sujet de la démographie, poser les questions et apporter les réponses :

– la France n’est-elle pas trop peuplée (avec les raréfactions grandissantes de l’énergie, des matières premières, des terres arables, des produits issus de l’agriculture …. et de leurs conséquences). Ce qui entraîne donc qu’il nous faudra avoir une position non seulement sur la natalité mais aussi sur l’immigration et l’émigration (donc comment éviter l’attractivité de la France –sujet délicat !) et sur l’âge du départ à la retraite (à cause de la pyramide des âges).

– que proposons-nous au niveau des allocations familiales ou au sujet du quotient familial ? Par exemple une allocation de 200€ (ou plus si vous voulez) pour un enfant, 400€ pour deux enfants, 400€ pour trois enfants(donc rien de plus pour le 3ème), 200€ pour quatre enfants (donc on enlève 200€) et rien pour cinq enfants. Que proposons-nous sur le quotient familial qui profite surtout aux riches (donc au détriment de toutes les autres catégories sociales).

– que proposons-nous pour éviter que les villages, défigurés par l’habitat, ne s’étendent (souvent au prétexte que l’école communale risque de fermer). Oserons-nous dire(ou comment dirons-nous) que plus un m2 de terre arable ne devra être sacrifié (aux lotissement, aux projets routiers, aux projets de nouvelles lignes TGV ou d’aéroport).

– etc. etc…..

Jean Bitterlin

Les Ecologistes dubitatifs devant l’opportunité du “mariage pour tous” « Actu-Chretienne.NetPublié le4:02 - Jan 24, 2013

[…] Source : Mouvement Ecologiste Indépendant […]

» Zapping : Gauche Converse, le MEI pour le mariage, une télé réalité pour les électeurs du FN, les libertés en France, M6 et la famille, combien gagnent les commerçants…Publié le4:49 - Jan 24, 2013

[…] (vrais) écolos du Mouvement écologiste indépendant hostiles au « mariage » […]

QUI VEUT REELLEMENT LE MARIAGE POUR TOUS ? « Blog de Jean-Michel TouchePublié le7:27 - Jan 27, 2013

[…] m-e-i.fr/blog/2013/01/11/… […]

Jacques LançonPublié le10:52 - Fév 6, 2013

90 % des membres du CN ont approuvé le contenu du communiqué : “La France doit démontrer la légitimité de son intervention au Mali”

De plus il est plus qu’urgent en ce moment d’insister sur la question touarègue. Maintenant que les djihadistes sont repoussés, c’est l’occasion de réparer l’injustice faite aux Touaregs de ne pas disposer d’une certaine souveraineté sur les territoires où ils vivent en représentant une majorité de la population. Le Général de Gaulle n’a-t-il pas rappelé en son temps le principe à promouvoir de l’autodétermination ?

Didier BarthèsPublié le5:57 - Fév 10, 2013

Cette question du mariage pour tous pose un problème écologique. En effet le lien entre mariage et reproduction est très fort, d’ailleurs l’extension envisagée de la PMA et de la GPA aux couples homosexuels (pour ne pas faire un mariage à deux vitesse avec des droits différents pour les couples homosexuels et hétérosexuels) le prouve bien.
Hélas la conséquence est que nous nous éloignons le plus en plus des lois de la nature qui prévoient la reproduction pour les seuls couples hétérosexuels. Bien entendu pour l’instant il ne s’agit que de formulaire et de reconaissance administrative car en réalité la reproduction physique provient toujours de l’union de cellules mâles et femelle; mais c’est un premier pas vers la

Didier BarthèsPublié le6:04 - Fév 10, 2013

(suite du texte précédent)
…déconnexion de ces lois naturelles. Demain, au nom de l’égalité, et si par exemple la science rendait le clonage réalisable et sûr, ne risquons nous pas de voir des célibataires réclamer de se reproduire seuls par clonage au nom de l’égalité des droits et en contradiction complete avec les règles naturelles ?
Nous demandons à la technologie (et en réalité derrière elle, à la société de croissance) de nous permettre ce que la nature interdit. Chaque pas sur cette voie nous paraîtra mineur, mais nous allons sans doute dans la mauvaise direction. Je suis triste de voir que dans certains mouvements écologistes, les lois de la nature soient aussi facilement mises de côté au nom de la bien pensance du moment. Ce sont des évolutions qui ne produiront que longtemps après leurs effets délétères.

Didier BarthèsPublié le2:06 - Fév 19, 2013

Cet article montre bien que la relocalisation des productions doit constituer l’un des principaux axes de toute politique écologique. Vous avez raison aussi de souligner qu’il faut du courage politique. Il faut admettre que dans un certains nombre de cas les produits coûteront plus cher (la mondialisation ne s’est pas tout à fait mis en place sans aucune raison économique), mais cela aura beaucoup d’autres avantages. D’ailleurs à long terme, je crois que nous n’avons pas le choix.

Jacques LançonPublié le10:19 - Mar 11, 2013

Précision : ce communiqué a bien été approuvé à 94 % des membres du CN élargi du MEI qui se sont exprimés.(15 pour sur 16)

Une nuance aurait pu aussi être apportée au début du 5ème paragraphe qui me semble un peu sec : Au-delà de l’amour naturel pour ses enfants, le mécanisme n’est-il pas allé trop loin… pourrait remplacer le seul “Mais” .
Jacques Lançon

Jacques LançonPublié le4:34 - Mai 14, 2013

Pascal Durand étant passé par la constellation de Nicolas Hulot, ne peut pas oublier les vertus de la décroissance du gaspillage et de la seule “Croissance” du bien-être général sur une planète aux ressources préservées pour les génération futures. Cet interview doit certainement différer du fond de sa pensée.
JR Lançon

Jean BitterlinPublié le6:07 - Juil 5, 2013

Il faut être très prudent. Je suis bien entendu scandalisé par les propos de Pascal Durand. Néanmoins la Croissance que nous dénonçons à juste titre pour tous ses effets pervers a permis, par les masses monétaires dégagées (les impôts) l’allongement de la scolarité, la multiplication des hôpitaux et des soins, l’augmentation significative du nombre de policiers (de quartier ou autres), etc. Je pense que nous devons nous pencher sur le problème de l’Ecole (est-il utile de traîner des gamins de 15 ans qui n’en peuvent plus de l’Ecole et qui vont droit à l’échec ?) sur le problème de la recherche (faut-il soutenir toutes les recherches ?), sur le problème de la prison, etc Pour le reste OK

Jean-Roland Lassalle nous a quittés | Les EcologistesPublié le7:59 - Juil 11, 2013

[…] Jean-Roland Lassalle nous a quittés, ce jeudi 4 juillet 2013, après nous avoir adressé un ultime message. […]

Jacques LançonPublié le10:12 - Sep 7, 2013

Les écologistes sincères ne peuvent en aucun cas accepter l’appel à punir par des frappes en Syrie alors que l’Etat français a fourni pendant des années les armes qui sont employées au cours de cette guerre civile.
Que de écologistes participant au Gouvernement de Mr Hollande en rajoutent dans l’objectif guerrier du président est incompatible avec la qualité d’écologiste qu’ils ont revendiqué lors des élections. Le plus grand nombre des électeurs qui ont soutenu leur accession à des responsabilités par leurs votes se sentent trahis. De plus la conséquence d’actions punitives tendant à inverser le rapport des forces en Syrie risque bien d’accroître le nombre et la durée des règlements de compte vengeurs. Les exemples en Afghanistan, Irak, Libye… ne suffisent-ils pas ?
Parlementaires dits Ecologistes vous êtes disqualifiés, sauf à vous déjuger sans délai en faveur d’une mobilisation pacifique, vous devez démissionner.

Didier BarthèsPublié le6:16 - Oct 19, 2013

Une jolie victoire. C’est à ça aussi que doit servir un parti écologiste, défendre les animaux et montrer par cela une certaine tendresse pour le monde.

Didier BarthèsPublié le12:34 - Nov 13, 2013

Oui en effet, ce raccourcissement du mandat présidentiel était une mauvaise idée et pourtant en son temps, trop peu de gens l’ont critiquée (je crois toutefois que Jacques Chirac n’y était pas favorable).
Nicolas Hulot dit avec raison que nous souffrons de “court termisme ” Cette évolution de la société vers le court terme, en la seule faveur d’ actions sommées de donner des résultats dés demain matin sans se préoccuper des conséquences à plus long terme est un vrai problème. Une telle démarche exclut de planter des arbres, de préserver des espaces sauvages et plus généralement de faire tout ce qui pourrait protéger la nature, actions qui, presque par définition, exigent le passage du temps. Nous sommes trop pressés. Le remplacement du septennat par le quinquennat en était une bonne illustration. Ne donnons à personne le temps de faire les choses puisque seule compte l’immédiateté.

Jacques LançonPublié le10:16 - Déc 8, 2013

Est-ce un bon présage dans l’évolution de l’humanité puisque à la différence de bien des pacifistes influents par le passé, notre Nelson Mandela a pu mourir de vieillesse ?.
Les financiers qui arment les assassins ont-ils de plus en plus de mal à garder l’anonymat qui assure leur impunité criminelle ? Où alors est-ce parce que leur oeuvre de domination mercantile du monde est tellement avancée qu’il ne leur est plus nécessaire de supprimer ceux qui s’y opposeraient de manière pacifique ?

Didier BarthèsPublié le10:22 - Mar 8, 2014

Une belle occasion en effet de faire preuve de sagesse en renonçant à ce projet pour toutes les raisons citées dans l’article. Un recul sur ce point aurait également valeur de symbole en montrant que pour une fois, c’est si rare, les raisons écologiques ont primauté sur les autres. Ce projet pose également la question plus globale de l’investissement dans l’aérien. Ce type de transport est excessivement dépendant au pétrole. Un aéroport a une durée de vie de plusieurs dizaines d’années (en réalité, beaucoup de ceux qui ont été construits n’ont tout simplement jamais été fermés). Nous ferions donc un investissement censé durer beaucoup plus longtemps que la source d’énergie dont il dépend entièrement. Situation absurde s’il en est ! La planète manquera sans doute sensiblement de pétrole avant 2050. Quel est le sens d’un investissement dont la durée normale de vie dépasse largement cette échéance ?

Jacques LançonPublié le10:47 - Mai 5, 2015

Daniel Martin précise : la volonté de domination mondiale Américaine et régionale d’Israël qui entraîne les Européens, en particulier la France, dans des opérations d’ingérence occidentale, en faisant croire que c’est pour promouvoir la liberté et la démocratie, et qui génèrent comme en Libye le chaos. Pire encore, en Syrie quand on aide des organisations Islamistes telle Al Nozra (filiale locale d’Al qaïda) « parce que, sur le terrain, ils font un bon boulot contre Bachard Al ASSAD »… Bilan : plus d’un million de Syriens ont également fui leur pays, sans compter la progression des organisations Djihadistes qui sèment la terreur vers les pays voisins. Il faut stopper cette politique de déstabilisation politique de ces pays qui contribue à l’accélération récente des flux au risque de s’amplifier.

Jacques LançonPublié le10:55 - Mai 5, 2015

Pour exprimer une pensée écologiste : Limiter le facteur essentiel de l’immigration à la passoire et au chaos libyen ne traduit pas l’immensité des drames provoqués ; et je cite pour preuve les extraits des interventions du patron du Haut-Commissariat pour les réfugiés en janvier et du ministre espagnol de l’Intérieur Jorge Fernandez Diaz .

António Guterres, patron du Haut-Commissariat pour les réfugiés en janvier . “Parmi ceux qui traversent la Méditerranée, il y a aussi les migrants économiques, mais en 2013 et en 2014, fait nouveau, la majorité était des personnes qui fuyaient de réelles persécutions – de Syrie et Érythrée surtout – et qui ont donc besoin de protection”, analysait-il. “Le drame est que ces personnes, faute de voies de migration légales, tombent aussi entre les mains des passeurs et de leur odieux commerce. Il faut garantir une protection à ceux qui y ont droit et réfléchir à de nouvelles voies de migration légale, qui permettraient de faire barrage aux passeurs”, proposait-il.
Jorge Fernandez Diaz :”Ce qu’il faut faire, c’est rétablir la normalité dans les pays d’origine et dans les pays de transit, collaborer pour leur développement, pacifier la région”, a déclaré le ministre espagnol de l’Intérieur Jorge Fernandez Diaz dans un entretien à la radio privée Cadena Cope. “Si ces conflits belliqueux tragiques en Syrie et dans d’autres zones ne se produisaient pas, le problème (…) n’aurait pas la gravité et l’ampleur que nous observons en ce moment”, a-t-il poursuivi.
Donc la surpopulation certes est un facteur aggravant et à résoudre à terme, les passeurs libyens un problème à résoudre au plus tôt, mais l’écrasante responsabilité incombe bien à ceux qui ont provoqué les chaos irakien, libyen, syrien, érythréen qui causent la flambée d’exodes. Et ne pas dénoncer les maîtres du monde responsables de ces chaos de sociétés et états existant tant bien que mal avant les interventions “occidentales” c’est en devenir complice ; je regrette d’avoir à l’affirmer.
Nous pourrions d’ailleurs reprendre les souhaits de A Guterres et JF Diaz
En PJ les documents du Figaro et Huffpost AFP avec Le Monde dont j’ai extrait les passages

Alain BouyerPublié le11:36 - Juil 8, 2015

Si le feuilleton a duré si longtemps, c’est parce qu’il a été transformé en mistigri servant de prétexte à toutes les surenchères possibles, sur fond de règlements de comptes permanents entre acteurs politiques de tous bords, et de récupération de la part de quelques entrepreneurs en manque de réactivité face à la crise.

Alain BouyerPublié le10:41 - Juil 16, 2015

Autour de l’Estuaire …

Depuis quelques mois , le MEI 44 s’ offre une vitrine à partir de ses prises de positions tant en ce qui concerne la vente et la livraison des frégates Russes construites à St Nazaire , que la défense et la présence de vaches Highlands sur la digue de Corsept – zone humide – , tant sur la défense de l’école Bilingue pour enfants sourds de St Philbert de Grandlieu , etc …sans oublier le travail mené avec l’asso NEXUS autour d’un aménagement digne de ce nom , de l’aéroport de Nantes – Atlantique …( voir les billets écrits pour les Presses ) .

Cet Estuaire de la loire surindustrialisé au Nord , et bocager au Sud … Au Nord , airbus St Nazaire – 2200 salariés – les Chantiers STX – 3000 salariés – etc …Au Sud , des PME , des PMI , et une côte littorale touristique , un intérieur agricole , vignoble local , marais salants , ostréiculture , dans ce que nous appelons le Marais Breton Historique , frontalier de la Vendée – autrefois , avant 1789 , appelé Marches de Bretagne / Bas Poitou …
Ce Pays Historique inclus Le Pays de Retz , Pays encore Plus ancien que ce que je viens de vous écrire , et qui avait créé le premier drapeau «français»: une croix noire sur fond or , drapeau des Seigneurs de Machecoul ancienne capitale du Pays de Retz …
Toute cette culture , économique , artisanale ,industrielle , écologique , s’inscrit dans la Vie Ligérienne ( la Loire ) et dans son Estuaire .

    Alain BouyerPublié le10:52 - Juil 16, 2015

    Autour de l’Estuaire …

    Depuis quelques mois , le MEI 44 s’ offre une vitrine à partir de ses prises de positions tant en ce qui concerne la vente et la livraison des frégates Russes construites à St Nazaire , que la défense et la présence de vaches Highlands sur la digue de Corsept – zone humide – , tant sur la défense de l’école Bilingue pour enfants sourds de St Philbert de Grandlieu , etc …sans oublier le travail mené avec l’asso NEXUS autour d’un aménagement digne de ce nom , de l’aéroport de Nantes – Atlantique …( voir les billets écrits pour les Presses ) .

    Cet Estuaire de la loire surindustrialisé au Nord , et bocager au Sud … Au Nord , airbus St Nazaire – 2200 salariés – les Chantiers STX – 3000 salariés – etc …Au Sud , des PME , des PMI , et une côte littorale touristique , un intérieur agricole , vignoble local , marais salants , ostréiculture , dans ce que nous appelons le Marais Breton Historique , frontalier de la Vendée – autrefois , avant 1789 , appelé Marches de Bretagne / Bas Poitou …
    Ce Pays Historique inclus Le Pays de Retz , Pays encore Plus ancien que ce que je viens de vous écrire , et qui avait créé le premier drapeau «français»: une croix noire sur fond or , drapeau des Seigneurs de Machecoul ancienne capitale du Pays de Retz …
    Toute cette culture , économique , artisanale ,industrielle , écologique , s’inscrit dans la Vie Ligérienne ( la Loire ) et dans son Estuaire .

Jérémy BizetPublié le11:28 - Oct 30, 2015

“Comment imaginer s’associer aux écologistes qui préfèrent s’associer au parti de Mélenchon et restreindre ainsi à peau de chagrin l’écologie ?”

Je vous trouve un peu dure avec JLM, son livre, “la règle verte” devrait pourtant vous plaire (??).

Le Parti de Gauche et JLM sont assez écologique, je comprends la réticence du MEI face au PCF historiquement productiviste, mais il ne faut pas s’opposer pour s’opposer.

    Francine Herbaut-DauptainPublié le6:36 - Nov 11, 2015

    Nous avons eu des débats préalables à la constitution des listes. Certains propos sont très loin de ceux du MEI. Que dire des propos du représentant du PG qui revendiquait de ne pas vouloir par exemple attribuer de subventions aux entreprises privées de notre région. Et l’Economie sociale et solidaire c’est public ? Ce n’est qu’un exemple. Pour ce qui est des alliances JL Mélenchon est allié au PC que je sache. Ils sont pour le nucléaire que nous avons combattu depuis des années. Autre exemple. Le PG veut la planification écologique ils s’inscrivent dans des systèmes centralisateurs. Je ne pense pas que ce sont les plus mesurés. A titre personnel je connais bien certains membres du PG et j’ai des rapports cordiaux avec eux, pour autant, le MEI dans notre région a, en toute logique, fait le bon choix de s’associer au PS dés le premier tour. C’est en faisant le meilleur score possible au premier tour que nous pourrons contrer le FN dans notre région. Se disperser est une erreur.

      Jérémy BizetPublié le10:57 - Nov 26, 2015

      Bonjour Francine,

      Déjà, merci pour cette réponse.

      Je comprends la position du MEI dans la région nord. Surtout avec un FN fort. Je disais juste que je vous trouvais dur dans vos propos envers le PG et JLM.
      Le PS n’est pas non plus “anti nucléaire”, que le MEI ne s’associe pas avec le FDG oui, mais est-ce utile d’être si dur et de les faire passer pour les pire ?
      Enfin, le MEI pays de la loire c’est associer avec Debout la France de Nicolas Dupont Aignan, soutenu dans cette région avec Philippe De Villiers, la ca me choque un peu plus que le FDG. J’ai personnellement de la sympathie pour NDA, mais en Vendée, Debout la France est très proche du MPF de De Villiers, et la candidate à même crée “Debout les Familles”, du même genre que la Manif pour Tous, la je crains pour l’image du MEI.

      En tout cas, je vous souhaite la réussite de votre liste, face au FN et à Xavier Bertrand, votre liste de rassemblement mérite la victoire !

Jérémy BizetPublié le10:06 - Nov 9, 2015

Deçu de voir que finalement le MEI ne se présente pas… 🙁

Jean-Marc FerrariPublié le10:35 - Nov 9, 2015

100000 euros pour imprimer les bulletins de vote, les affiches, pour une seule région …
Oui c’est dommage.
Pour la prochaine fois, il est possible d’envoyer des dons, sous le régime fiscal prévu par la loi.
Il ne faut pas hésiter !

Jérémy BizetPublié le8:08 - Déc 10, 2015

“Le MEI avait participé à La Manif pour Tous au moment de la crise du mariage gay”

Sérieusement !!!???

Jean-Marc FerrariPublié le11:15 - Déc 14, 2015

Il s’agit du groupe des Pays de la Loire.
Cela n’engage pas le mouvement au niveau national.

    Jérémy BizetPublié le11:24 - Déc 19, 2015

    Certes, néanmoins cela fait étrange… Si le MEI avait des députés, dont en pays de la Loire, comment sur ces sujet de société ils ce prononceraient ? Des candidats MEI pourrait quelques être pour quelque chose et contre dans le département voisin ?

Laicite | PearltreesPublié le10:47 - Avr 12, 2016

[…] "Ce texte n'ouvre pas un droit à la mort, à l'euthanasie ou au suicide assisté", a-t-il aussi affirmé face aux craintes notamment d'une partie de la droite. Dormir pour ne pas souffrir LIRE AUSSI >> "La sédation profonde est une aide à mourir" Fallait-il aller plus loin? La condition animale. […]

Jacques LançonPublié le12:15 - Mai 28, 2016

En 2011 l’Union Européenne a décidé d’infliger des sanctions économiques à la Syrie, en les présentant comme des mesures visant des membres du régime, alors qu’en réalité elles imposaient au Pays et à la population civile un embargo et interdisaient l’échange de beaucoup de biens et produits. Ces mesures sont toujours en vigueur, même si, par une décision difficilement explicable, on a levé cet embargo en 2012… au profit des zones contrôlées par l’opposition armée et djihadiste.
Durant ces 5 années, les sanctions à la Syrie ont contribué à détruire la société syrienne en la condamnant à la faim, aux maladies, à la misère, tout en favorisant l’avancée des milices extrémistes et terroristes qui, aujourd’hui, frappent jusqu’en Europe. Ces dommages s’ajoutent à une guerre qui a déjà fait 250.000 morts, 6 millions de déplacés à l’intérieur du pays et plus de 4 millions de réfugiés à l’étranger.
La situation en Syrie est désespérée : manque de denrées alimentaires, chômage généralisé, impossibilité de soins médicaux, rationnement de l’eau potable et de l’électricité. Bien entendu, l’embargo empêche aussi les Syriens qui vivaient déjà à l’étranger avant la guerre d’envoyer de l’argent à leurs familles restées en Syrie. Les organisations non gouvernementales engagées dans des programmes d’aide rencontrent elles-mêmes de sérieux problèmes pour envoyer de l’argent en Syrie. Pour ne rien dire des entreprises, des centrales électriques et des sections entières d’hôpitaux, qui sont obligées de fermer dans l’impossibilité de se procurer quelques pièces de rechange ou du carburant.
À l’heure qu’il est, beaucoup de Syriens ne voient comme seule possibilité d’avenir pour leur famille que la fuite loin de leur terre. Mais, comme on l’a vu, cette solution rencontre beaucoup de difficultés et provoque beaucoup de tensions et de débats à l’intérieur de l’Union Européenne.
Est-il admissible que l’exode soit la seule solution que la communauté internationale ait à proposer à ce peuple si éprouvé ?
Nous soutenons toutes les initiatives humanitaires et de paix que la communauté internationale essaie de mette en place, principalement par les négociations si difficiles de Genève. Mais, en attendant qu’elle trouvent une réponse concrète après tant de déceptions, nous demandons instamment que les sanctions qui touchent la vie quotidienne de chaque Syrien soient immédiatement levées.
L’attente de la paix ne peut pas être séparée d’une sollicitude concrète envers ceux qui, aujourd’hui, souffrent à cause d’un embargo dont le poids injuste pèse sur tout un peuple.
La rhétorique sur les réfugiés qui fuient la Syrie est d’une parfaite hypocrisie si, en même temps, on continue à affamer, à priver de soins, d’eau potable, de travail, de sécurité et de la plus élémentaire dignité ceux qui ont le courage et la dignité de rester dans leur pays malgré les difficultés.
C’est pourquoi, nous nous adressons aux parlementaires et aux maires de chaque pays, afin que l’iniquité des sanctions à la Syrie soit connue des citoyens d’Europe et fasse l’objet – enfin ! -d’un débat sérieux et de décisions politiques. Et que sans plus attendre nos dirigeants mettent fin à cet embargo qui détruit une société et finalement se retourne contre nos intérêts européens.

Jacques LançonPublié le8:53 - Août 6, 2016

Ce texte a été validé par la majorité du CN par consultation internet (2 abstentions)

Fabien NiezgodaPublié le9:23 - Août 7, 2016

Les interventions de Pierre Le Vigan en ateliers, outre sa conférence du vendredi soir sur “L’effacement du politique”, porteront en fait non pas sur “la post-urbanité” (quoique…), mais sur le paysage urbain (à partir de son livre “La banlieue contre la ville”) d’une part, et d’autre part sur la post-modernité (traitée dans son dernier livre “Soudain la post-modernité”).

Jacques LançonPublié le5:15 - Nov 8, 2016

Si loi du marché n’était pas truquée,elle prouverait que l’agriculture biologique est la plus rentable, car c’est elle qui injecte le moins d’énergie pour produire la nourriture et assure le meilleur cycle de la matière organique. Son développement avec l’agro-écologie appliquée progresse malgré tous les freins et obstacles provenant des financiers qui imposent la dépendance. Dépendance des pesticides ,des semences et engrais ainsi que les spécialisations par les monocultures anti-agronomiques et polluantes…..car les financiers pour s’assurer des profits imposent la dépendance alimentaires et éloignent les peuples de leurs ressources… entre autres et déjà, alimentaires.proches. JL.

Frank SchneiderPublié le5:51 - Nov 12, 2016

bonjour,
sans doute avez vous raison sur le fond.
mais pour celui qui se connecterait pour la première fois sur le site du MEI, trouver en page d’accueil ce genre de querrelle, franchement ça donne pas envie.
ne vaudrait-il pas mieux parler du projet? proposer une stratégie?
après ces 5 années calamiteuses, je suis convaincu qu’il y a une voie (peut-être pas un boulevard) pour un mouvement politiquement indépendant.
à condition de proposer quelque chose de cohérent.
amicalement.
frank

Jean-Marc FerrariPublié le6:33 - Nov 12, 2016

Cet article dénonce justement ce que vous avez noté comme “querelle”.
En politique, si on se tait, on se fait écraser.
Nous sommes déjà assez écrasés par les trois partis du système et leurs satellites, sans avoir à avoir à supporter les bêtises d’autres qui se réclament de l’écologie politique et se permettent de calomnier nos militants valeureux et désintéressés.
Une info chasse l’autre, et celle ci n’est à la une que pour un petit laps de temps. Pas d’inquiétude.
Le projet est là, il suffit de prendre le temps d’en prendre connaissance.
Il faut venir nous aider.
Il y a de la place pour toutes celles et tous ceux qui ont envie de faire avancer les idées écologistes pour améliorer le monde.
Il y a ici un appel à candidature.
La stratégie est la recherche de l’union des écologistes contre la droite, la gauche et les extrêmes (en contrepied de cet article “ecolopédique” qui veut nous diviser pour faire plaisir aux intérêts des destructeurs de la planète).

Jacques LançonPublié le1:05 - Jan 15, 2017

Voyez sur la photo au milieu des feuilles de bananiers la signature du dernier jet qui vient de passer et qui ramène les profiteurs de la jet-société ayant séjourné au soleil dont ils nous privent, sous leurs trafics de nantis irresponsables.
Alors que l’effet de serre dont nous souffrons tous, provient pour beaucoup des vapeurs produites à haute altitude par la combustion du kérosène. En hiver plus de 30% des rayons solaires n’arrivent plus au sol du fait de la couverture des cristaux de glace réfléchissante et de vapeurs tamisantes de nos chers voyageurs de luxe. Et notre ex-beau ciel bleu se “désazure” de voeux en voeux.
Bonne Année à tous ceux qui profiteront encore du trafic croissant dont “nous avons besoin pour assure notre Croissance Heureuse “.
Et Bonne Humeur et Bon Humour pour les autres.
Cielbleusansavion

Jacques LançonPublié le10:53 - Jan 15, 2017

Démographie : une exclusion dommageable de l’imaginaire des candidats ?
par Daniel MARTIN
mercredi 11 janvier 2017
Les problèmes de surpopulation et les déséquilibres démographiques à l’échelle mondiale affectent de plus en plus gravement les rapports culturels, sociaux, environnementaux et économiques des sociétés humaines. Alors qu’en France il serait urgent de profiter de l’élection Présidentielle pour aborder la problématique démographique et y formuler des propositions, les postulant(e)s à la fonction suprême l’ont totalement exclu de leur imaginaire politique, y compris le candidat des Verts. Avec l’avènement de la quatrième révolution industrielle dans laquelle nous entrons à marche forcée et qui va impacter encore plus fortement nos sociétés, les problèmes de surpopulation vont incontestablement aggraver une situation déjà complexe. Faute
Depuis les débuts de l’humanité, la démographie se caractérisait généralement par un taux de mortalité et un taux de natalité élevés qui s’équilibraient à peu près, avec toutefois un léger avantage pour le dernier. Avec l’arrivée de la première révolution industrielle, un nouveau régime se met en place, un régime dans lequel les pays qui se développent voient leur natalité et leur mortalité faiblir, mais la transition passe par une augmentation importante de la population. Elle passe ainsi de 1 milliard d’hommes au temps de Malthus jusqu’à 7,4 aujourd’hui. Bien que l’on puisse émettre des doutes, les démographes estiment qu’en 2050 elle cessera d’augmenter, toutefois, ils concèdent qu’au rythme actuel de croissance démographique d’ici là elle comptera de 2 à 2,5 milliards d’hommes supplémentaires (environ 800 millions d’habitants en plus par décennies) pour atteindre entre 8,5 et 9 milliards.
La plupart des candidats aux Présidentielles semblent ignorer que depuis les années 1950, nous assistons à une série d’explosions de la bombe démographique, aux effets toujours plus désastreux.
A partir des années 1950, nous assistons à une accélération extrêmement importante de la croissance démographique. Alors qu’il a fallu plusieurs millénaires pour atteindre le premier milliard d’humains (1830), ensuite un siècle pour atteindre 2 milliards (1930), 30 ans pour atteindre les 3 milliards (1960), 25 ans pour atteindre 4 milliards (1975), 13 ans pour atteindre 5 milliards (1988), 12 ans pour atteindre 6 milliards (2000) et 11 ans de plus en Octobre 2011 pour atteindre et dépasser les 7 milliards (7,467 milliards au 1er Novembre 2016). Actuellement, c’est 1 million d’humains qui s’ajoutent à la population mondiale, tous les 4½ jours. 
En 1975 la population Française était de 53 millions d’habitants. En 2015 (40 ans après) elle est de 66 millions d’habitants, soit une progression de près de 25%. Pendant la même période la population mondiale est passée de 4 milliards à 7,3 milliards, soit une augmentation de plus de 80%.
Pendant la même période, en se référant à l’étude de B. SUNDQUIST de l’institut du Minesota, publiée en 2000 (Topsoil loss – Causes, effects and implications : a global perspective), où il estimait que plus de 100 000 km2 de terres arables disparaissaient annuellement, autrement dit entre 1975 et 2015 (40 ans) c’est plus de 4 millions de km2, cela correspond à la superficie des 28 pays de l’Union Européenne (4,5 millions de km2). Depuis 2000, date de la publication de l’étude, la situation n’a guère évoluée dans le sens d’une amélioration et les chiffres les plus récents fournis par les experts confirment que les données de B. SUNDQUIT sont toujours valables aujourd’hui,
En France, chaque jour c’est plus de 220 hectares, ou l’équivalent de 4 exploitations agricoles qui disparaissent chaque jour. Cette destruction des terres agricoles est essentiellement due à une forte urbanisation qui s’accompagne souvent de projets routiers et autoroutiers non utiles destructeurs de milliers d’hectares agricoles, tel le projet A 45 entre St. Etienne et Lyon, sans compter l’impact énergétique et en rejet de gaz à effet de serre. La densification des centres urbains, loin de le préserver contribue encore davantage à l’étalement urbain vers les zones rurales de périphérie. Entre 1960 et 2010, les surfaces urbanisées sont passées de 2,5 à 5 millions d’hectares, soit le double.
Les besoins croissants de loger les nouvelles populations qui résultent de la croissance démographique, auxquels s’ajoutent les vagues de migrants et des politiques d’urbanisme souvent désordonnées entraîne La pression de la hausse du prix du foncier, contribuant ainsi avec la vente des terres par les agriculteurs à l’abandon de l’activité agricole, phénomène qui s’est accéléré ces dernières années.
Croissance de la population, synonyme de croissance des besoins en produits agricoles et en eau
Suivant les projections faites par les experts, en 2050, l’augmentation de la population devrait se traduire par un accroissement de 70 % de la demande mondiale en produits agricoles. Au rythme actuel de destruction des terres arables, il y aura plus de 3 millions de km2 qui auront disparu, soit 5 fois la superficie la France. Si la croissance démographique se traduit par des besoins accrus en produits agricoles cela s’accompagne également par des besoins croissants en eau. L’agriculture demeure le secteur le plus gourmand en eau puisqu’il représente à lui seul 70% de l’ensemble de la consommation (contre 20% pour l’industrie et 10% pour les besoins domestiques). Si rien n’est fait pour rationnaliser son utilisation dans l’agriculture, les besoins en eau devraient augmenter de 70 à 90% d’ici 2050 alors même qu’un certain nombre de pays atteignent déjà les limites de leurs ressources en eau.
Parallèlement, ces dernières années ont été marquées par une évolution des modes de consommation alimentaire, qui s’est traduite notamment par une plus forte demande en viande et en produits laitiers dans les pays émergents. Or, si la production d’un kilo de blé nécessite de 800 à 4000 litres d’eau, un kilo de viande de bœuf en demande entre 2000 et 16 000 litres. On estime que le consommateur chinois qui mangeait 20 kilos de viande par an en 1985 en consommera 50 kilos en 2009. A titre de comparaison, en 2002, la consommation de viande/habitant était de 76 kilos en Suède et de 125 kilos aux Etats-Unis.
La production de « biocarburant », qui s’est intensifiée ces dernières années, a également pesé de manière significative sur la demande en eau. La production d’éthanol, soit 77 milliards de litres en 2008, a triplé entre 2000 et 2007 et devrait atteindre 127 milliards de litres en 2017. Le Brésil et les Etats-Unis, qui assurent 77% de la demande mondiale, en sont les principaux producteurs. En 2007, 23% de la production de maïs des Etats-Unis et 54% de la récolte de canne à sucre au Brésil ont été utilisés pour produire de l’éthanol. Dans l’Union européenne, 47% de la production d’huile végétale a servi à produire du biodiesel en 2008.Source : http://www.notre-lanete.info/actualites/actu_1919_demande_eau_forte.php
Dans moins de 15 ans, 47% de la population vivra dans des régions déjà soumises à un fort stress hydrique. En Afrique, entre 75 et 250 millions de personnes seront confrontées en 2020 à des pénuries croissantes liées au changement climatique. La pénurie que connaîtront certaines régions arides et semi-arides aura un impact décisif sur les migrations. On estime de 24 à 700 millions de personnes qui pourraient être forcées de migrer pour des raisons uniquement liées à l’eau.
Autre impact sur l’énergie, avec les nouveaux besoins liées à la quatrième révolution industrielle

Les véhicules sans chauffeur ou les drones taxi et ceux pour les livraisons, ainsi que des robots pour toutes les opérations de manutention qui sont en cours d’expérimentation ne sont qu’un début annonciateur des profonds changements sociétaux que cela va entrainer avec des conséquences qu’il nous ait encore difficile d’apprécier … Comme il nous est aujourd’hui impossible de prévoir la nature et le type de nouvelles activités que générera forcément la 4ème Révolution industrielle d’ici les 15/20 prochaines années. Il était impossible à la fin des années 80 d’imaginer le bond du virtuel et du numérique qui contribue aujourd’hui à l’émergence de nouvelles formes d’emploi. Toutefois Sachant que la 4ème révolution industrielle va avoir de très gros besoins énergétiques, en particulier en terres rares et en électricité, au rythme actuel de la croissance démographique les moyens et capacité de production vont à terme être confrontés à d’importantes difficultés. 
Pour rappel, concernant la consommation électrique : Bien qu’il existe de grandes disparités dans l’accès à l’électricité selon les régions du monde, si certains pays souffrent encore de pénurie électrique, la consommation électrique globale connaît pourtant une croissance constante depuis 1971 qui a été multipliée par 3,2, alors que la population mondiale a été multipliée par un peu moins de 2, ce qui est considérable et ne semble pas prête de s’arrêter. Pas un pays n’a connu une stagnation de la consommation entre 1971 et 2013. Tous, sans exception, ont eu une consommation annuelle en progression constante par habitants, qui va s’amplifier à cause des besoins légitimes des populations du tiers monde, de la croissance démographique et les exigences des nouvelles applications de l’intelligence artificielle inhérent à la quatrième révolution industrielle. La consommation d’électricité par habitant n’a cessé d’augmenter dans le monde depuis 1971, passant ainsi de 1201 kwh à 3104 kwh en 2013 avec, par exemple, une importante progression entre 2009 et 2013, (4 ans) passant de 2798 kwh à 3104 kwh. Le développement de nouveaux usages, notamment informatiques, explique également cette croissance. 
Comment peut-on réguler, voire amorcer une décroissance démographique de façon la plus équitable possible dans les pays riches, mais aussi dans les pays pauvres et est-ce possible avec le consentement des populations ?
Aujourd’hui, un enfant qui nait en France est potentiellement un sur-consommateur par rapport aux ressources de la planète. La France doit montrer l’exemple au niveau international. Comment pourrait-on condamner l’explosion démographique mondiale et favoriser une politique nataliste chez soi ? Une totale neutralité de l’Etat en matière de fécondité implique l’abrogation de toutes les mesures qui visent à augmenter toujours plus le nombre de Français. Un débat national doit s’ouvrir sur les mesures à prendre.
Par exemple, parmi les propositions à débattre : – Ne faut-il pas supprimer les prestations familiales et dans ce cas pourquoi ne mettre en place un système de solidarité exclusivement réservés, pas aux familles, mais aux enfants jusqu’à 16 ans, notamment par le biais de bons d’achat (comme pour les chèques restaurants) valable uniquement sur l’alimentation, l’accès au sport à la culture (théâtre, musique, cinémas…) les vêtements et les fournitures scolaires ?
– Ne faut-il pas supprimer le quotient familial qui est une exception dans le monde et une aberration, dès lors que pour la retraite les salariés qui ont eu trois enfants bénéficient d’une majoration de 15% de la retraite et 5% par enfants supplémentaire, sans compter les avantages fiscaux auxquels ils ont droit, ainsi que des réductions diverses, notamment pour les transports (SNCF) ?…
– Ne faut-il pas revoir les « spots » publicitaires qui en font avec des familles à trois enfants les principaux supports…Etc. etc.
Parmi les candidats actuellement déclarés à l’élection Présidentielle, excepté l’écologistes Antoine WAECHTER, dont on connait les positions Malthusiennes et Gérard CHAROLLOIS ou Nicolas DUPONT-AIGNAN, ainsi qu’Alexandre JARDIN qui ont déclaré à l’association « Démographie Responsable » partager ses préoccupations sur les problèmes de surpopulation, certes ces candidats n’on guère, sinon aucune chance d’être présent au second tour de l’élection Présidentielle, mais c’est un engagement minimal que devrait prendre tous les candidats et à fortiori le candidat très médiatisé des Verts qui se dit « écologiste » alors qu’il se comporte comme un candidat de gauche, qu’il est par ailleurs.
Lors d’une réunion, quand il est interpelé par un militant écologiste sur la question démographique, M. JADOT candidat d’EELV répond :« La transition démographique repose surtout sur l’éducation des filles et le développement. Aller plus loin pose problème ; si on estime qu’il y a surpopulation, où faut-il agir, qui faut-il supprimer ? Attention à des discours comme celui de Sarkozy qui estime que le vrai problème, c’est la démographie africaine. » On pouvait espérer mieux comme réponse. Si l’éducation et la culture sont une priorité, ainsi que l’organisation de systèmes de solidarité sociale mieux adaptés dans les pays pauvres, il faut avoir à l’esprit que dans des sociétés encore fortement rurales et très pauvres, comme le sont la plupart des sociétés Africaines, l’aspect cultuel et des enfants en plus grand nombre, compte tenu aussi des taux de mortalité infantile, est un besoin pour la solidarité familiale inter générationnelle. On peut, par ailleurs, imaginer et comprendre que les populations de ces pays aspirent à vivre selon le modèle Occidental, ce qui est légitime, d’autant que ce sont les pays riches qui, grâce à des « kleptocraties « locales mises en place par leurs soins, pillent leur ressources fossiles, pratiques auxquelles il serait urgent de mettre fin. Mais il faut que ces populations sachent qu’il est désormais impossible d’espérer vivre, consommer et gaspiller comme le modèle Occidental actuel qui a atteint ses limites. Pour eux, comme pour toutes les sociétés humaines pour espérer vivre plus heureux ou beaucoup moins malheureux, il faut surtout être moins nombreux
Pour conclure
L’élection Présidentielle est une tribune où la problématique démographique devrait faire l’objet d’une réflexion des candidat(e)s, de manière à formuler des propositions qui permettent de dynamiser des débats sur cette question et de façon irréversible mettre les deux candidats qui seront arrivés au premier tour dans l’obligation de se prononcer clairement.
Ne nous y trompons pas, ne pas considérer la question démographique comme une priorité, c’est forcément apporter de mauvaises réponses aux problèmes culturels, sociétaux, économiques, environnementaux et, climatiques qui découlent de l’activité humaine, donc du nombre…

Jacques LançonPublié le11:09 - Fév 11, 2017

C’est une double figure de style que d’évoquer “une partie de l’opinion sensible” . Le dictionnaire précise que cette figure de style s’appelle métonymie Elle consiste à appeler “opinion”, les “personnes qui”

Ne peut-on pas penser, en tant qu’écologiste, que toutes les personnes sont à priori sensibles à la diversité et beauté…..mais que leur opinion ne l’est qu’en partie car elle serait pour l’autre partie
préoccupée par les difficultés matérielles ou leur conditionnement idéologique.
Ou bien alors ce n’est qu’une partie des personnes qui sont sensibles.

Quoi qu’il en soit, n’est-ce pas parce qu’il y a méconnaissance et manque d’éducation et instruction quant aux sciences de la Nature
que nous n’aurions qu’une partie, des personnes ou de l’opinion de ces personnes, sensible à la beauté…

Si c’est l’affirmative, cela signifierait que par ignorance de l’écologisme, les électeurs ne peuvent dans leur totalité soutenir le programme écologiste…. donc le candidat.

Et comme les médias sont détournés de leur fonction éducatrice et sont utilisés pour abrutir, sous l’ignoble et faux prétexte que c’est ce que la populace souhaite,
nous ne retrouvons qu’une faible minorité capable de discerner où se trouve l’intérêt général c.a.d l’écologisme.
Espérons un miracle !

Jacques LançonPublié le3:57 - Mar 10, 2017

Pour que le vote écologiste reste concentré, le MEI envisageait de ne pas maintenir la candidature d’Antoine Waechter car beaucoup d’électrices et d’électeurs souhaitent une candidature unique.En revanche, ces mêmes personnes regretteraient s’ils ne pouvaient exprimer leur priorité politique par un vote écologiste identifiable, idéologiquement indépendant et fondé sur la science et le sensible.

Jacques LançonPublié le8:04 - Mai 20, 2017

Bon courage à Nicolas Hulot (par la majorité du conseil national du MEI)

Les Écologistes (Mouvement Écologiste Indépendant) saluent l’entrée de Nicolas Hulot au gouvernement, et souhaitent courage et réussite au nouveau ministre d’État, à la tête d’un vaste ministère de la « transition écologique ». Cette nomination d’une personnalité reconnue pour son engagement et ses compétences est de toute évidence un signal positif.
Toutefois, cet encouragement ne va pas sans quelques réserves.
Tout d’abord, il sera vraisemblablement difficile de concilier une action réellement écologique avec la volonté affichée par le Président de la République de «libérer la croissance ». Nombreux sont les écologistes qui voient en effet une incompatibilité entre la recherche de la croissance, le libre-échange, la dérégulation, la soumission aux lobbies financiers de la guerre d’une part, et d’autre part le respect des équilibres écologiques et sociaux ou la préservation des ressources. Nicolas Hulot lui-même répète régulièrement qu’il faut « changer de paradigme », et il faut espérer qu’il aura suffisamment d’influence pour que les arbitrages gouvernementaux ne passent pas l’urgence écologique par pertes et profits.
D’autre part, l’analyse de Nicolas Hulot pèche depuis des années par un silence sur la question démographique. Bien au courant de l’ampleur des dégâts causés aux écosystèmes, N. Hulot l’attribue avant tout à la prédation effectuée par les économies développées. Cette dénonciation légitime ne devrait pourtant pas empêcher de voir que le nombre croissant des humains est un facteur incontournable de la catastrophe écologique, notre impact global étant évidemment la multiplication de l’impact individuel moyen par le nombre des individus. Bien que conscient, son silence sur l’enjeu démographique a également poussé N. Hulot à prendre, face à la crise des migrants qui en est un corollaire, des positions irénistes, prônant accueil et partage sans prendre la mesure du malaise identitaire et de la légitime aspiration des populations à l’enracinement culturel.
Malgré ces réserves, les Écologistes – MEI saluent la nomination de Nicolas Hulot au gouvernement, et appellent les électeurs à manifester leur exigence en votant aux prochaines élections législatives pour les candidats présentés par le Mouvement Écologiste Indépendant et par ses partenaires de la confédération pour l’Homme, l’animal et la planète.

Aller à la barre d’outils