Participation du MEI à la manifestation du 6 juillet NDdL

Merci aux organisateurs d’avoir permis ce matin (du 6  juillet) l’expression du MEI.

C’est depuis toujours évidemment que le Mouvement Ecologiste Indépendant d’Antoine Waechter est contre ce projet, pour de nombreuses raisons largement évoquées par tous ce week-end : la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes n’est pas une nécessité économique comme nous le disent les porteurs du projet, mais serait au contraire un désastre économique et écologique… Le thème de ce matin est de parler des projets utiles : et bien au MEI, nous pensons que l’utilité est d’abord dans la valorisation de l’existant, et la gestion de l’aéroport de Nantes Atlantique est l’exemple flagrant de non utilisation de l’existant…

Si ceux qui nous parlent d’économie aujourd’hui s’étaient réellement soucié de l’intérêt économique de la Région dans sa globalité, ils n’auraient jamais géré l’aéroport de Nantes Atlantique comme ils l’ont fait ; quels sont ces gestionnaires qui ont laissé un aéroport se construire à côté de lignes de chemin de fer sans utiliser justement ces voies pour desservir l’aéroport ? Quels sont ces dirigeants qui ont inauguré il y a un an un Institut de recherche Technologique (IRT Jules Verne) qui soit-disant doit accueillir des scientifiques et industriels de tous pays à côté d’un aéroport voué à l’abandon ; où est la logique ?

Mais les décideurs ne sont pas les seuls responsables…. Qui leur confie la gestion de notre pays ? L’électeur… Pourquoi les électeurs reconduisent-ils toujours aux commandes de leurs villes, département ou Région des élus locaux qui sont de si mauvais gestionnaires, et nous en avons l’exemple flagrant à Nantes, au niveau municipal, départemental ou Régional… ?

Sans doute parce que les électeurs n’attendent plus grand-chose de la politique : la politique a perdu son bon sens, le but de beaucoup de dirigeants étant d’inaugurer, de faire du paraitre, et surtout de se positionner à droite ou à gauche, en faisant des accords et des compromissions, mais plus du tout par rapport aux projets pour sur lesquels ils doivent travailler. On fait carrière politique sur des critères de développement, de PNB, de construction, de croissance, alors qu’on sait bien que tout système laissé dans un espace fini (notre planète) ne peut pas continuer à croitre… sous peine d’explosion !

C’est cette vision là de la politique contre laquelle s’inscrit le MEI. L’existence d’un parti politique est une chance… Nos partis politique doivent re-devenir des lieux de réflexion, qui appartiennent aux adhérents (un adhérent du MEI n’appartient pas à un parti, mais en tant qu’adhérent de base façonne le MEI, c’est le MEI qui lui appartient). L’engagement politique n’est pas une option. La vie, c’est un peu comme être en bateau sur une mer agitée, on ne peut pas s’abstenir ou voter blanc : il faut agir… C’est la particularité du MEI : un parti qui se positionne non par rapport aux individus, non par rapport à une opposition droite/gauche qui conduit notre pays à la ruine, mais qui agit par rapport aux actions : pour le MEI, il faut choisir, non pas à droite, ou à gauche, mais ce qui est bon pour l’intérêt général, qui est celui des individus et du milieu dans lequel ils vivent… et pas de petits compromis et d’accords signés comme des chèques en blanc, mais des discussions et des accords qui dépendent de chaque projet, pour garder l’indépendance qui nous est chère.

Voici l’un leitmotiv du MEI, le projet utile, c’est la valorisation de ce qui nous est donné : apprenons à regarder ce qui existe autour de nous, ce qui est donné par la nature (comme à Notre Dame des Landes ces terres nourricières à préserver), mais aussi ce qui a été construit par ceux qui nous ont précédés (comme à Nantes Atlantique un aéroport bien situé et exploitable, relié à un trésor ferroviaire), qui existe… et qui, si nous l’entretenons et le gérons bien, suffit à nous faire vivre simplement chaque jour et aussi, et nous en avons le devoir, va simplement permettre à ceux qui partagent notre planète, et à ceux qui nous suivrons sur cette belle terre, de vivre eux aussi…

Laisser un commentaire