NDDL : le MEI appelle solennellement le gouvernement…

Les Ecologistes - Mouvement Ecologiste Indépendant

NDDL : le MEI appelle solennellement le gouvernement…

26 février 2014 Actualité Démocratie Grands travaux inutiles Transports 1

Le samedi 22 février 2014 à Nantes, le MEI s’est joint aux 50 000 manifestants pacifiques de tous âges venus (de toute la France,  accompagnés par les agriculteurs et leurs 520 tracteurs) pour dire son opposition au projet d’aéroport de NDDL.
La manifestation a malheureusement été aussi le lieu de scènes de violences inacceptables, que le MEI condamne. En revanche il faut néanmoins s’interroger sur les responsabilités des uns et des autres, et, à ce sujet, le MEI appelle à une grande prudence. Qui a décidé de modifier le tracé de la manifestation  pour  défiler devant les bureaux de Vinci ? Pourquoi les forces de l’ordre étaient-elles absentes  lorsque les casseurs entraient en action (bris de vitres ou ramassage de pavés) sous les caméras de télévision pour intervenir finalement trop tard et de façon si spectaculaire ?

L’aéroport actuel offre des possibilités d’aménagements à moindre coût tant financier  qu’écologique : de nombreuses études le prouvent, avec des arguments raisonnés qui ont été très faiblement diffusés par la presse et encore moins via les grands médias.

Le MEI appelle  solennellement le gouvernement à prendre en compte la solution alternative de la rénovation de l’aéroport actuel de Nantes Atlantique. Cette option représenterait une belle sortie de crise, bienvenue au regard de la situation économique de notre pays. Par son obstination le gouvernement porte une part de responsabilité dans les dérapages violents qui accompagnent l’évolution du dossier de Notre Dame des Landes.

Une réponse

  1. Une belle occasion en effet de faire preuve de sagesse en renonçant à ce projet pour toutes les raisons citées dans l’article. Un recul sur ce point aurait également valeur de symbole en montrant que pour une fois, c’est si rare, les raisons écologiques ont primauté sur les autres. Ce projet pose également la question plus globale de l’investissement dans l’aérien. Ce type de transport est excessivement dépendant au pétrole. Un aéroport a une durée de vie de plusieurs dizaines d’années (en réalité, beaucoup de ceux qui ont été construits n’ont tout simplement jamais été fermés). Nous ferions donc un investissement censé durer beaucoup plus longtemps que la source d’énergie dont il dépend entièrement. Situation absurde s’il en est ! La planète manquera sans doute sensiblement de pétrole avant 2050. Quel est le sens d’un investissement dont la durée normale de vie dépasse largement cette échéance ?

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils