Les Ecologistes dubitatifs devant l’opportunité du “mariage pour tous”

Les Ecologistes - Mouvement Ecologiste Indépendant

Les Ecologistes dubitatifs devant l’opportunité du “mariage pour tous”

11 janvier 2013 Actualité Société 5

Les Écologistes du Mouvement Écologiste Indépendant (MEI) font part de leur circonspection devant le projet de loi gouvernemental de “mariage pour tous”.

Loin de se limiter à une légitime extension des droits des couples homosexuels (qui serait possible à l’aide d’autres dispositions, envisagées notamment par l’Union Nationale des Associations Familiales, telles qu’une union civile ouvrant les mêmes dispositions patrimoniales que le mariage, éventuellement assorti d’un droit à l’adoption simple – et non plénière), il apparaît de plus en plus que le projet de loi transforme en profondeur l’institution du mariage et de la filiation, sous l’influence de la contestée théorie du genre qui nie la réalité anthropologique de la différence entre les sexes.

La possibilité d'”adoption pour tous” renforce par ailleurs l’impression douteuse qu’existerait un “droit à l’enfant”, et ouvre d’inquiétantes portes à l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) voire à l’introduction de la gestation pour autrui (GPA).

Le Mouvement Ecologiste Indépendant partage les doutes croissants de la société française au sujet de l’opportunité de la réforme, visiblement lancée dans la précipitation et sans suffisamment de concertation. Il demande au Gouvernement et au Parlement de renoncer au projet actuel et de réexaminer la question, au regard notamment des observations et propositions nuancées qu’a avancées l’UNAF : d’autres voies que celles du mariage et de l’adoption sont possibles pour améliorer la situation des couples de même sexe, sans bouleverser l’ensemble de l’institution familiale.

 

5 réponses

  1. Cette question du mariage pour tous pose un problème écologique. En effet le lien entre mariage et reproduction est très fort, d’ailleurs l’extension envisagée de la PMA et de la GPA aux couples homosexuels (pour ne pas faire un mariage à deux vitesse avec des droits différents pour les couples homosexuels et hétérosexuels) le prouve bien.
    Hélas la conséquence est que nous nous éloignons le plus en plus des lois de la nature qui prévoient la reproduction pour les seuls couples hétérosexuels. Bien entendu pour l’instant il ne s’agit que de formulaire et de reconaissance administrative car en réalité la reproduction physique provient toujours de l’union de cellules mâles et femelle; mais c’est un premier pas vers la

  2. (suite du texte précédent)
    …déconnexion de ces lois naturelles. Demain, au nom de l’égalité, et si par exemple la science rendait le clonage réalisable et sûr, ne risquons nous pas de voir des célibataires réclamer de se reproduire seuls par clonage au nom de l’égalité des droits et en contradiction complete avec les règles naturelles ?
    Nous demandons à la technologie (et en réalité derrière elle, à la société de croissance) de nous permettre ce que la nature interdit. Chaque pas sur cette voie nous paraîtra mineur, mais nous allons sans doute dans la mauvaise direction. Je suis triste de voir que dans certains mouvements écologistes, les lois de la nature soient aussi facilement mises de côté au nom de la bien pensance du moment. Ce sont des évolutions qui ne produiront que longtemps après leurs effets délétères.

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils