Les compteurs “intelligents”

Les Ecologistes - Mouvement Ecologiste Indépendant

Les compteurs “intelligents”

2 août 2018 Actualité 0

Enedis procède actuellement sur de nombreuses communes à l’installation des nouveaux compteurs communicants Linky.

Cet appareil fonctionne en CPL, application par nature radiative puisque les installations électriques ne sont pas blindées, avec des fréquences comprises entre 10 et 490 KHz. Or il règne le flou le plus complet concernant ces fréquences et leurs éventuels effets sanitaires.

 

Si l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a rendu un avis concluant à un risque sanitaire peu probable, il est à noter que, dans cette même expertise, l’ANSES :

  • souligne qu’ « actuellement, il n’existe pas de littérature scientifique traitant spécifiquement des effets sanitaires à court ou long terme de l’exposition aux compteurs communicants », précisant même qu’ « il n’y a pas de tentative d’investigation utilisant une approche épidémiologique robuste» et qu’à sa connaissance « aucune étude de provocation n’a été menée sur des expositions aux compteurs et/ou aux fréquences utilisées pour les compteurs d’électricité ».
  • ses experts recommandent qu’en l’absence de données suffisantes et eu égard à l’accroissement de l’exposition dans la bande 9KHz-10MHz, où se situe donc le Linky, il faudrait « entreprendre de nouvelles études, et ceci particulièrement pour les expositions chroniques de faibles puissances permettant de confirmer la bonne adéquation des valeurs limites ».

 

Par ailleurs,

  • dans son rapport sur la santé des enfants en juillet 2016 l’ANSES a profondément remis en cause les fondements même d’établissement des normes relatives aux radiofréquences
  • l’Académie Européenne de Médecine Environnementale (Europaem) a publié récemment ses lignes directrices, dont les recommandations en terme de niveau d’exposition dans la gamme VLF (3KHz-3MHz) et pour des périodes prolongées sont infiniment plus faibles que les normes issues des travaux de l’ICNIRP qui alimentent la réglementation actuelle, et en deçà des valeurs mesurées sur les différents Linky testés en laboratoire ou in situ.

L’évaluation du risque comme « peu probable » apparaît bien peu robuste et ces éléments renforcent plutôt la preuve que nul n’est, aujourd’hui, en capacité de conclure à l’innocuité de ces rayonnements auxquels le Linky expose.

A cela s’ajoute la problématique liée à l’hypersensibilité :

Ce 27/03/18, l’ANSES a publié les résultats de son expertise relative à l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. Elle reconnaît la réalité des troubles présentés par les personnes intolérantes à ces ondes, recommande leur prise en charge et la poursuite des recherches. Elle suggère une prévalence de l’ordre de 5% de la population soit un total de 3,3 millions de français…

Cette nouvelle prise en compte d’une pathologie émergente qui provoque beaucoup d’incompréhension et de souffrance dans la vie professionnelle, sociale et personnelle des patients, ne peut que nous encourager à faire preuve de prudence dans l’utilisation de ce type de technologie.

 

Le Mouvement Ecologiste Indépendant demande la mise en œuvre du principe de précaution, notamment vis-à-vis des enfants en bas âge, dans la lignée de la loi n°2015-136 dite « Abeille » interdisant le wi-fi dans les crèches et le limitant dans les écoles. Il s’agit là d’un problème de santé publique.

 

De nombreux citoyens refusent les compteurs communicants.

Il est bon de rappeler que les habitants refusant la pose de ce nouveau compteur ne devront pas payer ce compteur ni une somme mensuelle, contrairement à la propagande diffusée par l’installateur.

Comment ne pas s’insurger contre le changement de compteurs alors que ceux installés dans les domiciles sont toujours en état de marche : quel gachis ! quel coût ?

Le Mouvement Ecologiste Indépendant s’insurge contre la désinformation, l’intrusion dans les domiciles du fournisseur d’énergie, et la gabegie organisée par le remplacement de compteurs en parfait état de marche.

 

300 communes se sont engagées à notre connaissance et à ce jour contre l’installation de ces compteurs sur délibération municipale.

A notre connaissance aucune délibération « anti Linky » n’a été annulée par la justice.

Même si la commune a transféré sa compétence, elle reste propriétaire des compteurs d’électricité. La mise à disposition permet de préserver le droit de propriété des collectivités locales sur leur patrimoine. Ainsi la mise à disposition n’emporte pas transfert de propriété.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant demande aux élus et citoyens d’intervenir au sein des municipalités afin d’obtenir une délibération interdisant l’installation des compteurs Linky sur leur territoire au nom du principe de précaution.

Jacques Lançon      Francine Herbaut Dauptain

 

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils