France > Démocratie > Institutions > Le Mouvement Ecologiste Indépendant dénonce un remaniement Ministériel sur fond de débauchage et d’amalgames.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant dénonce un remaniement Ministériel sur fond de débauchage et d’amalgames.

Cinquième gouvernement nommé par le Président de la République François HOLLANDE depuis 2012, troisième de Manuel VALLS (un nouveau Gouvernement tous les ans, si l’on ne pas tient pas compte du premier Gouvernement AYRAULT de transition entre le 15 Mai et le 18 Juin 2012, élection Présidentielle et Législatives).

Contrairement à ce qu’aurait pu espérer les Français, ce nouveau Gouvernement ne brille guère par une volonté de changement radical de politique par rapport au précédent. Depuis 2012 avec en moyenne un nouveau Gouvernement par an, il devrait être le dernier avant les Présidentielles de 2017. Des Ministres nommés par « effet de cour » ou d’autres qui sont loin d’avoir acquis une expérience et une autorité indispensable pour assurer la mission que l’on est en droit d’attendre de la fonction Ministérielle. Un Gouvernement qui a toute l’apparence d’un montage tactique très politicien, dont le seul objectif est à l’évidence la Présidentielle de 2017…

Ce remaniement Ministériel s’est fait sans la moindre indication d’une évolution et à fortiori d’un changement dans sa ligne politique.

Ce dernier Gouvernement VALLS n’a à l’évidence rien d’un Gouvernement « d’action » décidé à prendre ses distances avec le monde de la Finance et de rompre avec l’asservissement aux USA qui caractérise sa politique internationale depuis 2012. (Ce n’est pas le changement du Ministre des affaires étrangères qui changera fondamentalement la donne).

Ce n’est pas ce remaniement Ministériel qui contribuera à remettre en cause l’opacité des négociations TAFTA par l’UE et stopper ses perspectives d’inondation des marchés Européens de poulets chlorés, de boeufs aux hormones, de porcs à la Ractopamine, de fruits et légumes OGM, servis par les Multinationales Agro alimentaires Américaines.

Ce n’est pas ce remaniement Ministériel qui permettre de faire face à la gravité de la situation sociale, économique, environnementale découlant essentiellement d’une situation écologique, dont la gravité, tant d’un point de vue énergétique, démographique, que son impact en rejets de gaz à effet de serre par rapport aux dérives climatique, n’est plus à démontré. 

Il faut que les médias cessent de dire : « les écologistes au Gouvernement «

Le Mouvement Ecologiste Indépendant rappelle qu’il n’y a pas d’entrée d’écologistes au gouvernement, mais des « Verts » dont sa secrétaire nationale et deux ex-apparentés d’EELV au parlement. S’il y a encore des écologistes chez EELV, la majorité des écologistes n’est pas à EELV et ne se reconnaît pas représentée par les responsables de cette organisation. Conscient de l’impossibilité de changer l’orientation Gouvernementale, dans le sens d’une prise en compte des problématiques écologiques, aucun écologiste de bonne foi n’aurait accepté de faire partie de cet exécutif Gouvernemental. Malgré des propositions autrement plus alléchantes que celles faites à Emmanuelle COSSE, le récent refus de l’écologiste Nicolas HULOT d’intégrer la nouvelle équipe Gouvernementale illustre bien cette réalité.

Entre débauchage et concession « bidon »

Faute de pouvoir faire appel à des écologistes connus et appréciés pour leur engagement, le Président de la République s’est rabattu sur des « Verts » qui piaffaient d’impatience de pouvoir indiquer « ancien Ministre » sur leur carte de visite en 2017. Le débauchage de l’ex-secrétaire nationale d’EELV et des deux ex-parlementaires apparentés Verts relève avant tout d’une opération de tactique politique. Même si François HOLLANDE s’en défend avant d’annoncer un référendum local concernant l’aéroport de Notre Dame des Landes « pour laisser aux habitants du coin la possibilité de choisir »… Référendum pour le moins controversé…

Le Président de la République ne pouvait ignorer que ce référendum n’avait aucune chance d’aboutir.

Dans le cadre de la loi MACRON, un projet d’ordonnance portant sur la démocratisation du dialogue environnemental, présenté le 16 Février aux membres du Conseil national de la transition écologique, a été accepté. L’ordonnance prévoit désormais de créer un nouvel article L.123-18 au sein du code de l’environnement ainsi rédigé : « Les électeurs d’une aire territoriale déterminée peuvent être consultés sur la ou les décisions que l’Etat envisage de prendre sur une demande relevant de sa compétence ». Le texte prévoit la consultation des électeurs sur des projets relevant de la compétence de l’Etat. Le document prévoit que les électeurs « font connaître par oui ou par non s’ils approuvent le projet de décision qui leur est présenté ». Mais attention, l’ordonnance autorise un référendum sur un projet, mais pas sur un chantier déjà autorisé. Le Mouvement Ecologiste Indépendant estime que le projet d’aéroport de Notre-Dame ayant déjà été déclaré d’utilité publique par l’Etat en 2008, il ne pourrait donc pas bénéficier de cette nouvelle procédure de consultation locale.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant considère également qu’en limitant la consultation à un département pour un projet national qui a fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique, donc autorisé et impacte une région, des procédures touchant à l’illégalité de ce référendum seront inévitablement évoquées devant la justice par les uns ou les autres. Dans les faits, il s’agit d’une concession » bidon » qui équivaut au mieux à un simple moratoire provisoire, d’autant que Jean-Marc AYRAULT, nouveau Ministre des affaires étrangères est favorable au projet. En acceptant cette mise en scène de promesse de référendum pour justifier sa présence à ce Gouvernement, l’ex secrétaire nationale des d’EELV se discrédite encore davantage. Mais cela n’est pas sans rejaillir aussi indirectement sur l’écologie à cause de l’amalgame que font la plus plupart des médias, ce que dénonce le Mouvement Ecologiste Indépendant 

Le premier Ministre Manuel VALLS peut toujours justifier l’arrivée de l’ex Secrétaire Nationale d’EELV, qui à l’évidence s’est fait sans consultation de son parti, en déclarant : « On a toujours dit que l’écologie politique avait sa place dans ce gouvernement » Selon lui, « c’est une bonne chose non seulement pour la gauche mais aussi pour le pays ». Le Mouvement Ecologiste Indépendant estime que Monsieur VALLS ignore ce qu’est l’écologie, n’avait-il pas déclaré à un congrès de la FNSEA, à l’intention de ces agriculteurs qui font de l’intensif et sont de gros consommateurs de pesticides, qu’ils faisaient « de l’écologie active » ?… Cette ignorance de l’écologie, c’est d’ailleurs à peu près la même chose pour Madame COSSE qui justifie son entrée au Gouvernement pour « faire de l’écologie active», ce qui, d’un point de vue écologique ne veut rien dire.

Pourquoi un Référendum pour le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes et pas pour d’autres projets qui eux seraient conforme à l’ordonnance de la loi MACRON ?

Le mouvement Ecologiste Indépendant considère que la proposition de référendum local pour l’aéroport de Notre dame des Landes doit être également étendue aux autres projets nationaux qui n’ont pas encore fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique, et pour lesquels les dispositions du projet d’ordonnance de la loi MACRON sont applicables. Projets contestés par les populations locales concernées, dont les bilans financiers, énergétiques et en rejets de gaz à effet de serre sont des plus désastreux.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant regrette par ailleurs que les dispositions de référendum n’aient pas été prises lors de la réforme territoriale concernant les régions, conformément à l’article 72-1, dont le 3éme alinéa stipule : « Lorsqu’il est envisagé de créer une collectivité territoriale dotée d’un statut particulier ou de modifier son organisation, il peut être décidé par la loi de consulter les électeurs inscrits dans les collectivités intéressées. La modification des limites des collectivités territoriales peut également donner lieu à la consultation des électeurs dans les conditions prévues par la loi ».

Daniel MARTIN

Ce communiqué est adopté au taux de 100% des votants .

Laisser un commentaire