Le MEI ne veut pas des Jeux Olympiques de Paris 2024

Les Ecologistes - Mouvement Ecologiste Indépendant

Le MEI ne veut pas des Jeux Olympiques de Paris 2024

2 février 2018 Actualité 0

Les Jeux Olympiques de 2024 à Paris sont une aberration écologique, financière et démocratique inacceptable.

Les Jeux Olympiques de l’ère moderne du baron Pierre de Coubertin (ouvertement colonialiste, raciste et misogyne), loin de l’idéal affiché de paix et d’égalité entre les êtres humains, ont surtout servi d’instrument de propagande idéologique et permis aux Etats d’étaler leur puissance économique. La démesure même des dernières éditions les rend désormais totalement incompatibles avec les défis environnementaux et sociaux cruciaux auxquels l’Humanité est désormais confrontée.

La réalisation des infrastructures directement liées aux Jeux ou connexes (voirie) et les déplacements de millions de spectateurs attendus auront un coût énergétique et entraîneront des rejets de gaz à effet de serre inacceptables si l’Humanité veut maîtriser le réchauffement climatique dont on peut observer chaque jour les dégâts sur la Planète (tempêtes, inondations, …). Une grande partie des spectateurs ne viendra pas à pied ou à bicyclette ou même en métro pour assister aux compétitions mais viendra en avion de pays du Monde entier. Tout discours consistant à les verdir ne peut qu’être au mieux parfaitement hypocrite au pire un mensonge délibéré.

D’un point de vue financier on ne peut d’abord qu’être scandalisé par le fait qu’une grande partie de l’Humanité vit dans une misère absolue (misère qui avec la crise écologique ne pourra que s’étendre) alors qu’au même moment une autre partie de l’Humanité va s’amuser avec démesure. Le nombre de médailles attribuées sera d’ailleurs un bon indicateur du classement du pays le plus riche au plus pauvre. Mais il y a un autre problème qui se pose au pays organisateur : d’après une étude de l’Université d’Oxford « décider d’organiser les Jeux Olympiques revient à opter pour le projet le plus coûteux et le plus risqué qui soit », le CIO (Comité International Olympique) lui-même dans son analyse économique du mode d’attribution des Jeux démontre logiquement que « les dépassements de coût sont inéluctables, donc le déficit probable ».

Tous les pays organisateurs des Jeux ont sous-estimé leurs coûts et il en sera de même pour ceux de Paris. Londres (2012) avait prévu à l’origine 4,7 milliards de $ pour, deux ans plus tard, porter ce montant à 15 milliards de $ et le coût final a été estimé à 38,5 milliards de $. Pékin (2008) est passé de 14,2 milliards de $ à 40 milliards, pour Athènes (2004) le budget de 1,6 milliards de $ a été multiplié par 10, Barcelone (1992) a laissé un déficit de 6,1 milliards de $, il a fallu 3 décennies à Montréal (1976) pour rembourser les dettes liées aux Jeux, etc., etc… Pour une ville qui se targue, à juste titre, d’être une des premières destinations touristiques du Monde, il n’y aura aucun effet « Jeux Olympiques » qui apportera un surplus de devises à la France d’autant plus que bon nombre de touristes potentiels éviteront la France durant les Jeux car les prix d’hébergement et de restauration ne manqueront pas de grimper vertigineusement. La promesse de bénéfices n’est donc qu’un mirage présenté par un comité qui a, en passant, réussi « l’exploit » de dépenser 60 millions d’€ pour les seuls frais de candidature, répartis entre deniers publics et privés là où Londres n’en avait dépensé que 25.

Et qu’en sera-t-il du budget « sécurité » en ces temps marqués par le terrorisme ? Pour Londres il s’était déjà élevé à 1 milliards de $, pour Tokyo (2020) il a déjà été réévalué de 405 millions d’€ à plus de 3 milliards d’€. Rappelons que ces frais liés à la sécurité seront exclusivement à la charge de l’Etat donc du contribuable.

Il est également un point essentiel qui n’est que rarement abordé par la classe politique ou les médias, c’est celui de l’absence de démocratie : les Français n’ont jamais été consultés sur le sujet, celui-ci n’a en outre donné lieu à aucun débat. Pas un seul élu n’en a fait un point de son programme de candidature, et pire encore a été l’attitude de la Maire de Paris, Mme Hidalgo, qui a tout d’abord laissé entendre son opposition au projet puis a promis aux Parisiens une « grande consultation en 2016 » qui n’est jamais venue. Se soumettant aux injonctions du CIO afin d’être prêt à temps, le Parlement devra voter une loi dont le projet N° 383 du 17 Novembre 2017 relatif à l’organisation des jeux Olympiques et Paralympiques 2024 (Procédure accélérée) prévoit plusieurs dispositions visant à simplifier et accélérer les règles relatives à l’urbanisme, à l’environnement et au logement notamment en allégeant les formalités et autres procédures, et en réduisant les temps de concertation (par exemple pour les expropriations). Peu importe que les principes qui fondent notre droit soient reniés. Afin de réduire le coût des Jeux, la privatisation des espaces publics sera renforcée à travers de la publicité sur des monuments historiques ou des sites classés. Les lieux potentiellement concernés sont notamment le Champ de Mars, l’esplanade des Invalides, les Champs Élysées, les jardins du Trocadéro, le parc de Versailles, le Grand palais. Paris risque fort de devenir ainsi une immense vitrine pour les annonceurs. Cette loi prévoit également de réserver des voies de circulation pour les délégations olympiques et les athlètes, ce qui devrait altérer considérablement les conditions de déplacement des riverains.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant reconnait tout-à fait à l’activité physique et au sport (y compris du sport spectacle) les vertus de bonne santé (physique et psychique), d’intégration et de lien social. Néanmoins il ne lui est pas possible de cautionner la démesure, qui est déjà bien présente dans le football par exemple, et qui le sera encore davantage dans les Jeux Olympiques. Par ailleurs, alors que les menaces qui pèsent sur la survie de l’Humanité se précisent de plus en plus, il serait souhaitable que les priorités de l’action publique soient davantage tournées vers la préservation de notre milieu de vie plutôt que dans ce qui a tout des jeux du cirque du temps des Romains.

En conséquence de quoi le Mouvement Ecologiste Indépendant demande au gouvernement français de renoncer à l’organisation des Jeux Olympiques de Paris en 2024 tout comme il vient d’annuler l’Exposition Universelle de 2025. Il en est encore temps.

Daniel Martin – Jean Bitterlin

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils