Le Mouvement Ecologiste Indépendant a participé au débat public LNOBPL en rédigeant un cahier d’acteur, mais aussi par sa présence, physique ou via internet, à plusieurs réunions publiques.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant a participé au débat public LNOBPL en rédigeant un cahier d’acteur, mais aussi par sa présence, physique ou via internet, à plusieurs réunions publiques.

A l’issue de la réunion de clôture du 16 décembre, il apparait clairement que ce débat a suscité de nombreuses réactions citoyennes sur la mobilité de demain, les coûts des projets, et il est apparu également que les objectifs visés par le projet ne semblaient pas correspondre à la demande citoyenne. A chaque réunion, de nombreuses interventions du public ont rappelé que l’attente était d’abord, bien avant un gain de quelques minutes sur les liaisons entre grandes villes déjà desservies, la desserte de l’ensemble du territoire, y compris des villes modestes, et une amélioration des fréquences et du confort permettant de réellement abandonner la route pour le rail.

La CPDP en charge du débat et RFF ont rappelé et souligné lors de la réunion de clôture qu’à l’issue du débat, les possibilités qui s’offrent sont infinies ; allant de l’abandon du projet à l’adoption d’un scénario tel quel !

Seuls une poignée d’élus des métropoles, et quelques entrepreneurs issus des CCI, qui ne semblent pas avoir compris l’intérêt de la procédure de débat public, continuent à réclamer un scénario inchangé, le plus souvent le bleu, que le pays ne peut pas financer et qui ne sert qu’une minorité d’intérêts. Pourtant, au vu des multiples interrogations exprimées, c’est bien une situation intermédiaire qui se dégage du débat, avec des propositions citoyennes concrètes pour desservir les territoires de façon performante à moindre coût, en s’appuyant sur la rénovation de l’existant. Les économies réalisées pourraient alors être utilisées pour un désenclavement de certains territoires mal ou non desservis, qui s’est avéré être également une attente extrêmement importante des citoyens. La desserte performante du corridor Nantes-Rennes via Châteaubriant sur une ligne existante, entraînant à la fois de nouvelles dessertes, et une libération des sillons pour Redon et Quimper, renforçant ainsi les dessertes de ces deux villes, et qui a pu être présentée le 9 décembre, est un exemple de solution concrète tout particulièrement intéressante qui doit être creusée. D’autres exemples de dessertes ont également été évoqués, ou d’installations de troisième voie (comme à Strasbourg) afin de permettre d’augmenter le trafic en réduisant le grignotage de terres agricoles, et doivent donc être prises en considération. De plus, les conclusions de la réunion énoncées hier font bien état d’un besoin de redéfinition des objectifs partant des usagers, qui doit absolument être fait de façon complémentaire.

Le MEI souhaite que la CPDP rende son rapport en toute objectivité, comme elle s’est engagée à le faire, en veillant à bien rendre compte, publiquement, de l’ensemble des contributions citoyennes. Il demande aussi à l’Etat, premier Maitre d’Ouvrage, de bien redéfinir les objectifs en partant des besoins de l’ensemble des populations et élus concernés, et non seulement ceux des grandes villes et des CCI, puis de présenter ensuite aux populations les solutions possibles d’aménagement et de leurs coûts, accompagnées d’avis argumentés par le Maître d’Ouvrage RFF.

Au-delà de l’affaire des enregistrements de M. Buisson, la France n’est pas un modèle de Démocratie

       Le MEI condamne les jeux d’influence et de manipulation des cercles de pouvoir, incompatibles avec la démocratie. Le Mouvement Ecologiste Indépendant condamne les moyens utilisés par certaines personnalités des cercles au pouvoir* pour arriver à leurs fins, n’hésitant pas à agir en dehors de tout cadre légal et à porter atteinte au fonctionnement régulier de nos institutions, voire à la vie privée de leurs proches ou de tout un chacun. Que de tels agissements puissent se produire, cela révèle  les carences de l’organisation de la vie politique de notre pays.

     La France, avec les absences de scrutin véritablement à la proportionnelle, de réelle possibilité de référendum d’initiative populaire, d’égalité d’accès aux grands médias, d’égalité de ressources financières pour l’activité politique, sans oublier les publications, avant les élections, de sondages tronqués et trompeurs, n’est pas un modèle de démocratie en Europe. Les citoyens doivent s’interroger sur des pratiques qui ne font que décrédibiliser davantage sa démocratie et souhaite que, en toute circonstance faisant apparaître des infractions à la loi, la justice puisse faire son oeuvre en toute indépendance.

*certes, tous ne sont pas corrompus

Bio Restauration collective : pression sur les élus

Si l’ensemble des citoyens devrait avoir comme droit fondamental de se nourrir avec une alimentation exempte de poisons c’est encore plus vrai pour les plus fragiles d’entre eux à savoir les enfants, les personnes âgées ou celles qui sont hospitalisées. Et seule une agriculture bio est en mesure de répondre à ce droit fondamental qui a été oublié ou bafoué pendant des décennies par le recours aux produits issus de l’agriculture chimique intensive.
Continuer la lecture de « Bio Restauration collective : pression sur les élus »

Albert Jacquard, humaniste soucieux de l’état de la planète

Décès d’Albert Jacquard

 

Le  MEI veut rendre  hommage à l’homme toujours cherchant, toujours mettant en cause ce qui semblait évident, comme toutes les croyances non vérifiées ni démontrées et pourtant trop souvent assénées parfois par la force ou la terreur comme des vérités. Jamais il ne fit des concessions vis à vis de ceux qui croient détenir la Vérité et qui décident pour les autres ou veulent le faire, que ce soit dans les domaines scientifiques, religieux, sociaux ou autres. 

Nous apprécions cet apôtre de la “décroissance joyeuse” et partagions en tant qu’écologistes la lucidité de l’humaniste qu’il avait sur l’état de la planète, mais aussi sa grande  aversion pour notre monde de Compétition.

Décarboner et des sous pour l’Etat

Usagers du train, le gouvernement a besoin de sous : Aidons-le !

A l’hiver 2012-2013, la Cour des comptes a indiqué que le gouvernement devra trouver 20 milliards pour boucler son budget 2014.
La Cour des comptes proposait d’amener la taxation du gasoil au niveau de celle de l’essence.
Cependant, le Ministre Arnaud Montebourg a mis son veto à ce projet de réforme, qui visait à la fin de la fiscalité avantageuse du gasoil.
Le gouvernement envisage donc à présent d’augmenter d’un point la TVA pour tous, mesure profondément inéquitable car elle touchera plus durement les personnes modestes, qui consomment davantage qu’elles n’épargnent.

Or il existe une alternative : une déduction fiscale équitable des frais de transports. L’usager du train est actuellement pénalisé par une fiscalité inéquitable : à trajet égal,
l’automobiliste déduit 8 fois plus que l’usager du train.

Exemple pour un trajet AR de 80 km :
Déduction fiscale Annuelle des revenus pour un trajet quotidien domicile-travail de 80 km
(40 km aller et 40 km retour)
Abonnement
SNCF
900 euros
Automobiliste (voiture de 7 cv)
7.121,20 euros

Aidons le gouvernement à augmenter ses recettes fiscales : Exigeons le plafonnement de la déduction des frais de transport au montant de l’abonnement SNCF !

Prénom
Nom
Adresse électronique
Merci de retourner cette pétition à :
Equité Fiscale – 50, rue Guillot Ami – 72000 Le Mans
ou par courriel à :
equitefiscale2013@gmail.com

Tract réalisé avec le soutien du Mouvement Écologiste Indépendant
Site internet http://m-e-i.fr
Courriel lesecologistes-mei-paysdeloire@laposte.net

La Laïcité en France

Chers amis

Voici un texte sur la laïcité suite au travail de la Commission du Haut Commissariat à l’Intégration. Jean Bitterlin

 

La laïcité en France

Le Mouvement Ecologiste Indépendant (MEI) trouve intolérable et condamne les atteintes à la laïcité qui sont de plus en plus nombreuses dans l’enseignement supérieur en France. Ces atteintes (port de signes religieux, actes de prosélytisme, octroi de lieux de cultes, récusation de mixité, contestation de contenu d’enseignement, ……) ne sont pas tolérables dans un Etat démocratique dont la laïcité est un des piliers ainsi qu’un facteur d’intégration.

Le MEI, en accord avec les 12 recommandations de la mission du Haut Commissariat à l’Intégration, demande au gouvernement français de mettre ces recommandations en œuvre le plus rapidement possible y compris, si nécessaire, par voie législative.

Le MEI tient à souligner que ses revendications sur la laïcité s’adressent, au-delà des trois grandes religions monothéistes françaises, à toutes les religions. Le MEI condamne aussi bien le prosélytisme coranique et ses implications politiques, le refus par des écoliers juifs d’être surveillés par une personne de sexe féminin lors d’un examen ou la remise en cause des contenus de programme par des fondamentalistes chrétiens.

Le MEI voit dans la laïcité la nécessaire séparation de la sphère privée de la sphère publique afin que toutes les communautés (religieuses ou culturelles) puissent vivre ensemble en paix dans notre pays. Le MEI est donc en totale opposition sur ce sujet avec le maire de Lyon Gérard Collomb qui voit dans la laïcité « une démarche qui, loin de chercher à tout niveler, respecte les différences dans lesquelles elle voit une source d’enrichissement extraordinaire » (lettre de Gérard Collomb au MEI Rhône-Alpes). Par essence même le communautarisme religieux est un repli sur soi et ne peut en aucun cas être une source d’enrichissement ; dans bien des cas ce communautarisme ne s’adresse qu’à ses fidèles auxquels est promis le Paradis alors que les non fidèles sont voués à l’Enfer.

Les douze recommandations du Haut Commissariat à l’Intégration

1) La mission Laïcité du HCI recommande que tous les établissements publics d’enseignement supérieur inscrivent dans leur règlement intérieur les obligations de l’étudiant au regard du principe de laïcité, en matière d’enseignement, de même que les procédures disciplinaires applicables en cas de manquement. Aucune raison d’ordre religieux, philosophique, politique, aucune considération de sexe ne peuvent en effet être invoquées pour refuser de participer à certains enseignements, pour empêcher d’étudier certains ouvrages ou auteurs ou pour récuser certains enseignants.

2) La mission Laïcité du HCI recommande qu’une mesure législative établisse que dans les salles de cours, lieux et situations d’enseignement et de recherche des établissements publics d’enseignement supérieur, les signes et tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse soient interdits.

3) La mission Laïcité du HCI recommande que les obligations qui régissent les papiers d’identité officiels -tels que carte nationale d’identité, passeport ou titre de séjour- s’appliquent aussi à la carte d’étudiant.

4) La mission Laïcité du HCI recommande qu’un temps d’enseignement soit consacré à l’étude du principe de laïcité pour les étudiants durant le cycle Licence. Elle recommande l’insertion de l’étude du principe de laïcité dans les programmes des formations débouchant sur un métier des fonctions publiques d’État, hospitalière ou territoriale ou sur un métier des carrières sanitaires et sociales. Les écoles supérieures du professorat et de l’éducation et les établissements du réseau des écoles du service public 61 doivent intégrer l’étude de la laïcité, pour tous leurs étudiants, élèves et stagiaires, en formation initiale et continue.

La mission Laïcité recommande enfin l’organisation, par le Ministère de l’Enseignement supérieur, d’une formation de formateurs sur la laïcité 62. Cette formation pourrait être confiée à l’Ecole Supérieure de l’Education nationale (ESEN).

5) La mission Laïcité du HCI recommande que soient rappelées les obligations des étudiants lors des examens, notamment l’exigence d’identification (en conformité avec la recommandation n°3) l’interdiction de tout objet ou manifestation susceptible de gêner les autres candidats dans le traitement même de l’épreuve ou d’en perturber le déroulement en contrevenant à la nécessaire neutralité des conditions d’examen. Elle préconise de faire figurer ces obligations dans la partie règlementaire du Code de l’Éducation.

6) La mission Laïcité du HCI appuie la démarche des responsables des établissements d’enseignement supérieur qui consiste à éviter de programmer des séances d’examen écrit les jours de grandes fêtes religieuses tels que mentionnés, chaque année, au Journal Officiel de la République Française.

La mission recommande que figure dans les règlements intérieurs des établissements un article précisant qu’aucune raison d’ordre religieux ne pourra être invoquée pour refuser de participer aux examens, contester les sujets, les examinateurs ou les jurys.

7) La mission Laïcité du HCI recommande l’application effective du monopole d’État de l’attribution des grades universitaires (collation des grades) par les seules universités publiques.

8) La mission Laïcité du HCI recommande que toute occupation d’un local, au sein d’un établissement d’enseignement supérieur par une association étudiante, fasse l’objet d’une convention d’affectation des locaux. Ces locaux ne peuvent en aucun cas être affectés aux cultes.

Des critères d’attribution, en particulier la non-discrimination et l’égalité hommes-femmes doivent être retenus63. Hors les aumôneries, l’objet et les activités de ces associations ne sauraient être cultuels.

9) La mission Laïcité du HCI recommande la diffusion, par arrêté du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la Charte de la laïcité dans les services publics dans tous les sites des établissements publics d’enseignement supérieur. Celle-ci doit être affichée aux entrées et dans les espaces de circulation de ces établissements. Elle doit enfin être annexée au règlement intérieur et portée à la connaissance de tous les étudiants.

10) La mission Laïcité du HCI recommande l’application effective des circulaires et décrets concernant les crédits du Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes (FSDIE). Ces crédits ne sauraient être attribués à des associations dont l’objet et les activités sont cultuels.

11) La mission Laïcité du HCI recommande la désignation par les instances décisionnelles de chaque établissement d’un correspondant Laïcité en son sein64. Cette mission pourrait être dévolue – là où la fonction a été créée- au médiateur de l’établissement d’enseignement supérieur.

12) La mission Laïcité du HCI recommande d’insérer dans le Code de l’Éducation une disposition législative précisant que le personnel et les locaux des CROUS sont soumis au principe de laïcité. Ils ne peuvent notamment accueillir aucun lieu de culte, ni fournir de restauration de nature confessionnelle.

Déraillement de Brétigny/Orge

Communiqué adopté à 96% .

Les Ecologistes du MEI regrettent cette catastrophe ferroviaire qui a fait au moins 7 morts et de nombreux blessés et traumatisés. Nous nous associons à la peine des familles et des amis des victimes.

Un tel drame ne s’ était pas produit depuis 1988. Ceci ne nous empêche pas de nous poser des questions sur les causes profondes de cette tragédie.

L’ enquête a déterminé qu’ une éclisse dans un aiguillage était la cause directe de ce déraillement.

Or comment une éclisse a-t-elle pu s’ introduire dans cet aiguillage ?

Il faut savoir qu’ une paire d’ éclisses relie deux extrémités de rails face à face avec au minimum 4 boulons serrés ( deux pour chaque bout de rail). Or deux boulons suffiraient pour maintenir les éclisses comprimées. Il est curieux que personne ne se soit aperçu lors des tournées de surveillance que les éclisses étaient en train de se desserrer.

La ligne Paris – Limoges faisait partie des lignes déclarées en déficit d’ entretien en 2011 par M. PEPY, directeur général de la SNCF.

Les comptes de la SNCF pour 2012(résultat d’ exploitation) font apparaître un bénéfice de 696 millions. Or le gouvernement souhaite prendre une partie de ce bénéfice pour le mettre dans le budget général. C’ est ce qu’ avait accordé joyeusement en 2008 madame Idrac alors PDG de la SNCF à Madame Lagarde ministre du Budget.

Cet accident met en lumière les conséquences possibles d’ une insuffisance d’ entretien. Donc :

 Les Ecologistes du MEI demandent que l’ intégralité du bénéfice de la SNCF en 2012 soit utilisée pour l’ entretien des infrastructures et du matériel roulant.

Allocations familiales

Motion sur les Allocations familiales

Adoptée par le Conseil national du MEI le 14 avril 2013

Dans le cadre du débat actuel sur la politique familiale, et dans le contexte plus général de la crise et des politiques d’austérité, il convient de ne pas se limiter à une réforme superficielle des allocations familiales.

La question, en effet, ne se réduit pas à sa dimension sociale ou fiscale. Il est évident que les allocations familiales pour les foyers les plus aisés sont contraires au principe de péréquation qui sous-tend habituellement les transferts de l’Etat-providence. A ce titre, leur modulation, préconisée par le rapport Fragonard, ou leur fiscalisation, écartée par le chef de l’État, rejoindraient l’idéal de justice sociale qui devrait également conduire à la remise en cause du quotient familial. Il est à souligner par ailleurs que de telles réformes ne pourraient que contribuer à un retour à l’équilibre des comptes publics.

Néanmoins, partisans d’une réforme et partisans du statu quo semblent se retrouver sur le principe même d’une aide publique aux familles nombreuses, principe admis comme une évidence nationale consensuelle.

L’encouragement de la natalité par l’État français s’est pourtant développé dans un contexte historique et idéologique bien déterminé : celui du développement simultané d’un capitalisme industriel avide de bras et plus tard de consommateurs, et d’un militarisme gourmand en chair à canon, le tout sous le regard complaisant des institutions religieuses.

A la critique pionnière de ce natalisme par le courant néo-malthusien dès la première moitié du XXe siècle se sont ajoutés depuis plus de quarante ans les avertissements des écologistes, conscients des limites de la planète et des dangers de la bombe “P”.

C’est dans la continuité de cette remise en cause du consensus populationniste, qui ne peut qu’aggraver la crise globale dans ses multiples aspects, que les Écologistes du MEI préconisent, comme l’association Démographie Responsable, une refonte radicale des allocations familiales.

Les principes de cette refonte radicale seraient les suivants :

Une allocation revalorisée à hauteur de 100€ pour un premier enfant, et portée à 150€ pour une famille de deux enfants (soit davantage qu’actuellement), mais un plafonnement à ce niveau dès le troisième enfant, quel que soit le nombre d’enfants supplémentaires, ceux-ci devant être assumés intégralement par la famille et non plus par la collectivité.

Afin de ne pas fragiliser davantage les familles en ces temps difficiles, une telle réforme ne devrait pas avoir d’effet rétroactif : une famille nombreuse déjà constituée continuerait à toucher des allocations sur la base des grilles actuelles, le nouveau calcul ne s’appliquant qu’aux familles de deux enfants ou moins, ainsi qu’aux nouvelles naissances. Par ailleurs, une telle refonte du principe des allocations devra être accompagnée d’une modulation suivant le revenu et d’une réforme de la fiscalité.

Des profits confortables pour les banques américaines

Des profits confortables pour les banques américaines

Le 09 Mars 2013 dans économie monétaire

Article de Denis GAUCI ( association : ADED ) proposé par Alain BOUYER.

La crise de 2009 n’aura pas entamé durablement les profits des banques américaines. Celles-ci viennent de publier leurs résultats pour l’année 2012. Ils ne sont pas décevants. C’est ainsi que J.P Morgan Chase affiche 21,3milliards de dollars ( 15,9 milliards d’euros ) en hausse de 53% au quatrième trimestre. Quant à Goldman Sachs, elle a vu ses résultats plus que doubler avec un bénéfice net de 7,3 milliards de dollars. Tout le réseau bancaire semble baigner dans ce contexte euphorique. Pour nous faire croire à la sagesse retrouvée, le Conseil d’Administration De JP Morgan Chase vient de réduire de plus de moitié le bonus attribué à son PDG Jamie Dimon. Celui-ci, tenu pour responsable de la perte de 6,2 milliards de dollars, devra se contenter de 10 millions de dollars. Mais où diable les banquiers vont-ils chercher tout cet argent ? Ils ont trouvé un truc génial en fusionnant la création monétaire et le crédit. S’ il est normal de rembourser un crédit avec des intérêts, L’argent venu de la création monétaire doit être non remboursable et sans intérêts parce qu’il est dû à la collectivité en contrepartie de sa production. Cette création monétaire « directe » a été « oubliée » par le banquier qui lui a substitué le crédit évidemment bien plus rentable. Ce système de création monétaire par le crédit a donné naissance à une montagne de dettes impossibles à résorber puisque pour rembourser il faut emprunter autant plus les intérêts. Cette mécanique infernale raréfie la monnaie dans l’économie réelle et l’accumule dans l’économie financière et spéculative (les banques). Le phénomène ne peut que s’aggraver et la crise s’approfondir. Si nous ne faisons rien, les conséquences en seront extrêmement douloureuses. Ce qui se passe en Grèce nous en donne un petit aperçu. Il nous faut impérativement retirer le droit de création monétaire aux banques privées et le rendre à la Banque de France.

Source : Libération du 18 janvier 2013 D. Gauci

Communiqué adopté à 82% des votants 09 Mars 2013

Contacts : ADED : droitsecodem@orange.fr  ,Site ; http://assoc.pagespro-orange.fr/aded/

–  lesecologistes-mei-paysdeloire@laposte.net

Mots clés : économie monétaire .