Les Européens doivent persister dans leur accord avec l’Iran

Les Européens doivent persister dans leur accord avec l’Iran      Le 10 mai 2018

Nous demandons au gouvernement français de veiller à ce que l’Union Européenne respecte sa signature avec l’Iran relativement à l’accord de non prolifération nucléaire.  Cet accord favorise la paix dans la mesure où elle permet à ce pays de s’ouvrir sur le Monde, de se libérer des contraintes qui obèrent son économie et de conforter  la voie d’une libéralisation politique.

Le MEI estime qu’il faut rompre avec la politique de l’équilibre de la terreur par le nucléaire, et souhaite que la France reprenne le flambeau de la suppression de ces armements. Le MEI s’inquiète donc du retour de la course aux armements nucléaires engagée, entre autres,  par les dirigeants des Etats- Unis.

Les Etats-Unis, comme ce fut le cas en Irak, prétextent  une fausse faiblesse du traité pour donner des gages aux ennemis de l’Iran et adopter, une fois de plus, une posture belliciste. Dans cette affaire, l’Union européenne a l’occasion de montrer qu’elle n’est pas la vassale des Américains : elle doit accompagner cette manifestation d’indépendance de toutes les dispositions nécessaires pour protéger ses intérêts économiques face aux éventuelles mesures de rétorsions des dirigeants  des  Etats-Unis.

Antoine Waechter  pour Les Ecologistes MEI

La France s’abaisse en suivant les Etats-Unis en Syrie

Nous avons cru et applaudi le discours d’Emmanuel Macron aux Nations Unies le 19 septembre 2017, au cours duquel il fit l’éloge du multilatéralisme et attribuait à la France un rôle de médiation entre l’Est et l’Ouest.

Le bombardement de la Syrie en supplétif de Donald Trump est à l’opposé de ces intentions. En intégrant le commando américain, la France réaffirme son appartenance au bloc dominé par les Etats-Unis face au bloc animé par les Russes et perd sa crédibilité de médiateur. Son discours en faveur de l’affirmation d’un droit et d’une morale internationale est inaudible dès lors qu’elle-même se met en dehors de ce droit. Dans cette affaire, notre pays se place comme vassale du pays du Dollar, dans le prolongement de la posture de François Hollande, mais en rupture avec e choix courageux de Chirac Villepin. De Gaulle affirmait la puissance du pays au travers de son indépendance et non de sa subordination à l’OTAN.

Le rôle de médiateur, indispensable pour rompre la logique d’un monde bipolaire, n’est pas compatible avec la prétention d’être le gendarme du Monde. De toutes les manières, la France n’en pas les moyens. Elle se grandirait en renonçant à la politique de la canonnière.

Les Ecologistes réaffirment leur volonté de faire de la France l’acteur de la paix dont le Monde a besoin. Membre du Conseil de sécurité, elle-seule peut jouer ce rôle dès lors qu’elle s’affranchit des blocs antagonistes hérités du siècle passé (Chine/Russie d’un côté, Etats-Unis/Grande-Bretagne de l’autre).

En décidant seul de l’engagement de l’armée française dans la dernière aventure syrienne, le Président n’a pas engagé la FRANCE, mais une France vénale que nous ne reconnaissons pas.

Antoine Waechter

Syrie

Une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU demandée par les Etats-Unis s’est tenue ce lundi 09 avril. Cette réunion fait suite aux accusations de plusieurs organisations de prétendues attaques à l’arme chimique par les troupes gouvernementales syriennes contre des civils du quartier de la Douma dans la banlieue de Damas.

Parmi ces organisations il y a les secouristes syriens des Casques Blancs, l’ONG médicale Syrian American Medical Society, ainsi que l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme qui a adopté une position plus ambigüe où tout en accusant il refuse de se prononcer formellement sur l’emploi ou non d’armes chimiques.  Ces organisations ne peuvent bénéficier de la moindre crédibilité tant elles sont totalement inféodées aux Etats-Unis, par leurs origines, leur financement, leur logistique et les moyens médiatiques dont elles bénéficient.

Alors qu’aucune commission d’enquête indépendante ne s’est prononcée sur la véracité des accusations portées, le Mouvement Ecologiste Indépendant ne peut que condamner les propos tenus par le représentant de la France à l’ONU François DELATTRE lors de cette réunion ainsi que les menaces d’intervention contre la Syrie proférées à plusieurs reprises par le Ministre des Affaires Etrangères M. LE DRIAN et le Président MACRON.

Si les accusations des trois organisations devaient malgré tout s’avérer exactes par cette commission indépendante, le Mouvement Ecologiste Indépendant demande au gouvernement français de ne s’engager que dans le cadre strict d’une résolution de l’ONU et de ne pas suivre les Etats-Unis si ces derniers devaient s’engager dans une intervention militaire en Syrie hors mandat de l’ONU.

Les citoyens occidentaux ont été trompés par les mensonges sur les prétendues armes de destruction massive qu’aurait possédées Saddam HUSSEIN en Irak comme ils ont été trompés en 2011 sur la situation en Lybie où Nicolas SARKOZY, avec les conséquences d’une intervention militaire pour se débarrasser de Mouammar KADHAFI, avait outrepassé la résolution 1973 de l’ONU et dont on peut aujourd’hui mesurer l’étendue des désastres… Il ne faudrait pas qu’un nouveau mensonge entraîne à nouveau le chaos, plonge dans le malheur des millions de civils innocents avec pour conséquences des situations après-guerre ingérables pendant des générations et le terrorisme Islamiste en prime. Il est plus que vraisemblable que la grande majorité des Français qui ont porté Emmanuel MACRON au pouvoir ne l’ont pas fait pour qu’il entraîne la France dans une aventure militaire au Moyen Orient aux côtés des Etats-Unis ; et on peut penser qu’il en est de même pour ceux qui n’ont pas voté pour lui.

Jacques Lançon Jean Bitterlin Daniel Martin Membres du Conseil National

En politique internationale et militaire , le nouveau président suivra-t-il le précédent ?

“les suffrages en sa faveur étaient loin de manifester un vote d’adhésion”*** C’est essentiel de le dire et redire .

Principalement en politique internationale,  3 électeurs sur 4 veulent une politique indépendante des Etats-Unis et plus gaullienne.

En effet trois sur quatre car si nous additionnons les votes du 1er tour pour les candidats qui s’opposaient à la politique guerrière menée en Syrie par Hollande contre le régime Syrien et contre la Russie, c’est le constat que nous pouvons faire.

Espérons que le nouveau président saura respecter ce constat essentiel  des Français majoritaires sur ce sujet pour la paix dans le monde !

Pouvons-nous nous occuper d’écologie sans paix réelle ?

***extrait de l’éditorial du Journal La Croix du lundi 8 mai 2017

La paix, objectif de la politique étrangère

La non-violence et le refus de la guerre comme réponse aux différents internationaux appartient aux gènes culturels des Ecologistes. Le Président de la République, quelle que soit la configuration institutionnelle de sa mission, est le chef des armées et de la diplomatie. Pourtant, la question de l’attitude de la France dans le concert des nations n’est presque jamais évoquée dans le débat présidentiel. Elle nous paraît pourtant essentielle.

Nous pouvons avoir le sentiment d’être à l’abri de conflits meurtriers comme ceux qui ont ravagé l’Europe, et notre pays, au XXe siècle. Les attentats qui ont frappé Paris montrent que la guerre a changé de nature et que nous sommes impliqués. De plus, l’annexion de la Crimée par la Russie et ses conséquences en Ukraine d’un côté, le déploiement de missiles américains en Ukraine et en Turquie, mais aussi en Corée du Sud, font ressurgir les tensions entre l’Ouest (USA, Europe) et l’Est (Russie Chine).

Le rayonnement de la France

Les accents de 1789 ont longtemps porté l’image de la France, patrie des droits de l’Homme et de l’étendard républicain « égalité, liberté, fraternité ». Malheureusement, notre pays n’a pas toujours honoré cet idéal, loin s’en faut. Elle occupe cependant une place particulière d’indépendance naturelle vis-à-vis des blocs anglo-saxons (EU, GB) et ex-communistes (Russie, Chine).

Notre diplomatie rétablira pleinement cette indépendance et notre capacité à âtre un pont entre l’Est et l’Ouest en sortant de l’OTAN et en développant une diplomatie plus active, autant à l’adresse des Etats-Unis et du Canada que de la Russie. L’apaisement des tensions américano-russes, qui impliquent territorialement l’Europe et non l’Amérique, sera recherché par une coopération entre nations du continent européen relative à l’environnement, aux ressources et à la résolution des crises (Syrie, Irak, Agfganistan…).

Par ailleurs, la France recherchera activement un accord au sein de l’Union pour la mise en place d’une défense européenne par intégration des forces nationales sous un commandement unique en cas de nécessité.

Abandonner les réflexes d’empire

La France est dans son rôle lorsqu’elle refuse de participer à la guerre en Irak en 2003 ou qu’elle tente de convaincre les autres nations d’adhérer à la lutte contre la dérive climatique. Elle n’avait, par contre, aucune légitimité à intervenir en Libye ou à vouloir participer à une croisade contre Bachar al Assad en Syrie. Les ingérences dans un face à face entre un peuple et ses dirigeants s’avèrent toujours contreproductives. La doctrine en la matière sera de n’intervenir qu’en cas de demande d’une autorité légale confrontée à une agression extérieure (par exemple le Mali) avec l’autorisation des Nations Unies.

Désamorcer les risques de guerre

La violence internationale est le produit de la crise globale : surpopulation entrainant un décalage entre les besoins et les ressources disponibles (eau, alimentation, espace économique, situation aggravée par l’évolution du climat), raréfaction des matières premières, sentiment d’injustice devant la prédation du capitalisme international ou le traitement différentié de certaines situations (conflit israélo-palestinien)… Tous les paramètres laissent augurer d’une augmentation de la violence dans l’avenir si des mesures adaptées ne sont pas prises. La France plaidera, dans le cadre de ses relations bilatérales, de l’Union Européenne et des Nations Unies, en faveur de :

  • la création d’une autorité mondiale de la répartition équitable des ressources rares,
  • la prise en charge des conflits nés de la répartition de l’eau par la cours de justice internationale,
  • d’un objectif d’indépendance alimentaire de toutes les nations, soit 75% de couverture des besoins par la production agricole du pays,
  • la stabilisation démographique par le développement humain : scolarisation, émancipation de la femme, système d’assurance vieillesse.

Cette mission sera confiée, au sein du Gouvernement, à un Ministère de la Paix.

Qui sème le désespoir doit s’attendre à des actes de terreur en retour…

JeanBitterlinArticle

Suite à l’attentat meurtrier de Nice le Mouvement Écologiste Indépendant s’associe à la peine et au désespoir de toutes ces familles endeuillées, touchées de plein fouet par cet acte odieux et barbare.

Il faut néanmoins bien reconnaître que  cet attentat obéit malheureusement à une suite logique ; ce qui devait arriver est arrivé et ce n’est, hélas, certainement pas fini car qui sème la terreur et le désespoir doit s’attendre à des actes de terreur en retour. Les erreurs monumentales de la France, en matière de politique étrangère de ces dernières décennies ont été nombreuses, qu’elles aient été menées par des gouvernements de Gauche ou de Droite : politique de soutien aux dictateurs africains et pillage des richesses de leurs pays (créant la misère et le désespoir), interventions militaires en Afghanistan, Lybie, Syrie et Afrique qui sont devenus des terreaux du terrorisme parce que  le chaos, la misère, le désespoir s’y sont installés, soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël créant une fureur anti-occidentale au Moyen Orient et même chez certains français, soutien aux dictatures du Golfe,  …. On ne peut que rendre hommage à Chirac de ne pas avoir cédé devant les Américains lors de l’invasion de l’Irak ; c’est une bien maigre consolation.

Le rodomontades du Président Hollande ne changeront rien. D’autres simples d’esprit, et ils sont légion dans notre pays, seront prêts à passer à l’acte avec les encouragements de Daesh ou d’autres groupes terroristes étrangers qui désirent punir la France pour ses actes passés. Il nous faut impérativement reconnaître les erreurs passées, changer d’orientation en matière de politique étrangère en particulier en cessant d’être les supplétifs dociles des Américains (en sortant de l’Otan) et, le mal étant fait, se protéger au mieux.

Nous avons de la peine

peace-love

Bien sûr Les Écologistes – Mouvement Écologiste Indépendant s’associe à la peine et au désespoir de toutes ces familles endeuillées, touchées de plein fouet par cet acte odieux et barbare qui a eu lieu à Nice.

L’idéal écologiste contient toujours et encore davantage le mot Paix.

Nuit debout , Panama Papers, fin des paradis fiscaux (validé MEI à 96%)

 

 

Le MEI s’associe moralement à la contestation par l’opinion publique des dérives des femmes et hommes politiques, sportifs, décideurs économiques… et à la contestation de leur cynisme.

Le pouvoir financier et le pouvoir politique sont intimement liés dans cette affaire. L’état funeste et l’avenir encore plus funeste qu’assurent et préparent les individus de ces deux pouvoirs fait réagir la population, et la jeunesse en particulier, de manière bien légitime.

Privée d’avenir, la jeunesse ne veut pas aller à l’abattoir social. L’immense majorité de leurs ainés n’a pas pu guider la démocratie et éviter les dérives dramatiques qui constituent des négations de la démocratie. Alors qu’une vie en société équitable et responsable était possible, les iniquités et la gestion catastrophique des ressources planétaires nous entraînent vers l’épuisement et l’empoisonnement des milieux naturels et des hommes. Le moment de la rupture est peut- être arrivé.

Arrêtons d’accuser les systèmes. Ce ne sont pas les systèmes capitaliste, socialiste ou libéral qui sont la cause, car en effet ce sont bien, par la perversité de leurs décisions quotidiennes, des personnes clairement identifiées, qui créent et font fonctionner ces systèmes pour leur propre profit… et ainsi sévir, avilir et détruire.

Oui, la régulation est facile à mettre en œuvre pour rétablir l’équité : L’équité des revenus, la taxation des gaspillages, la souveraineté monétaire,… pour cela il suffit de légiférer. Quoi de plus simple!

Avec des revenus honnêtes, issus du travail ou des services « non-marchands » utiles à la collectivité, assurant pour tous la dignité. Et s’il est impossible de rémunérer tous les travaux et services socialement et écologiquement utiles – ce qui reste à prouver – alors en toute justice, que l’on partage le travail rémunéré!  Autrement dit « travailler moins pour travailler tous ».

Ainsi avec des revenus honnêtes et une création monétaire démocratique, plus besoin de paradis fiscaux !

Jacques Lançon .