France > Fiscalité

Nuit debout , Panama Papers, fin des paradis fiscaux (validé MEI à 96%)

 

 

Le MEI s’associe moralement à la contestation par l’opinion publique des dérives des femmes et hommes politiques, sportifs, décideurs économiques… et à la contestation de leur cynisme.

Le pouvoir financier et le pouvoir politique sont intimement liés dans cette affaire. L’état funeste et l’avenir encore plus funeste qu’assurent et préparent les individus de ces deux pouvoirs fait réagir la population, et la jeunesse en particulier, de manière bien légitime.

Privée d’avenir, la jeunesse ne veut pas aller à l’abattoir social. L’immense majorité de leurs ainés n’a pas pu guider la démocratie et éviter les dérives dramatiques qui constituent des négations de la démocratie. Alors qu’une vie en société équitable et responsable était possible, les iniquités et la gestion catastrophique des ressources planétaires nous entraînent vers l’épuisement et l’empoisonnement des milieux naturels et des hommes. Le moment de la rupture est peut- être arrivé.

Arrêtons d’accuser les systèmes. Ce ne sont pas les systèmes capitaliste, socialiste ou libéral qui sont la cause, car en effet ce sont bien, par la perversité de leurs décisions quotidiennes, des personnes clairement identifiées, qui créent et font fonctionner ces systèmes pour leur propre profit… et ainsi sévir, avilir et détruire.

Oui, la régulation est facile à mettre en œuvre pour rétablir l’équité : L’équité des revenus, la taxation des gaspillages, la souveraineté monétaire,… pour cela il suffit de légiférer. Quoi de plus simple!

Avec des revenus honnêtes, issus du travail ou des services « non-marchands » utiles à la collectivité, assurant pour tous la dignité. Et s’il est impossible de rémunérer tous les travaux et services socialement et écologiquement utiles – ce qui reste à prouver – alors en toute justice, que l’on partage le travail rémunéré!  Autrement dit « travailler moins pour travailler tous ».

Ainsi avec des revenus honnêtes et une création monétaire démocratique, plus besoin de paradis fiscaux !

Jacques Lançon .

 

Rencontre Les Ecologistes du Mouvement Ecologiste Indépendant – Ministère de l’Ecologie

Communiqué de presse

La France a un rôle déterminant à jouer dans la lutte contre la dérive climatique en donnant l’exemple et en suscitant l’adhésion des autres pays. La Conférence sur le climat en décembre 2015 est une étape cruciale en raison de l’urgence de la situation.

Les Écologistes du Mouvement Écologiste Indépendant, 2 e force politique écologiste du pays, devrait trouver toute sa place dans cette conférence.et sa préparation.

Les impacts de la transition énergétique sur les paysages, la démocratie dans les décisions d’urbanisme, la régulation du trafic poids lourds, l’avenir des parcs naturels régionaux sont les thèmes que les Écologistes du Mouvement Écologiste Indépendant ont portés au Ministère de l’Écologie du Développement Durable et de l’Énergie.

Le M.E.I. demande que le Développement Durable ne se focalise pas de manière obsessionnelle sur l’énergie. Il souhaite que la préservation du paysage soit réintroduite dans les politiques publiques. La beauté de la France conditionne la qualité de vie des Français et constitue le support de la principale industrie du pays : le tourisme.

Les citoyens ont vu se réduire leur possibilité de contester les décisions d’urbanisme. D’autre part, les mesures adoptées au début de l’année 2014 n’ont en rien relancé le secteur de la construction. Le MEI réitère sa demande d’approfondir le rôle des habitants dans les choix d’affectation du sol, dans la définition des grands projets et dans l’attribution des permis de construire.

La taxe poids lourds avait, à son origine pour seule ambition de rétablir un équilibre avec la Suisse et l’Allemagne afin d’éviter le basculement du trafic nord européen sur la France. Elle a changé de nature dés lors qu’elle a été conçue comme un moyen de financer les infrastructures de transport. Certains grands axes français sont surchargés des camions des pays de l’Est en transit entre le Nord et le Sud du continent au détriment de la sécurité routière et de l’environnement des riverains.

Le MEI demande que soit instaurée, sur les axes concernés, une taxe poids lourds capable de réduire ce transit.

Les Parcs Naturels Régionaux, ont été une forme de cogestion de territoires remarquables pour assurer un développement qui préserve la biodiversité, les paysages et le patrimoine. 40 ans après leur naissance, leur fonction s’est affaiblie au point souvent de perdre leur spécificité face à d’autres collectivités.

Le MEI demande que le concept de PNR à la française soit renouvelé en adoptant les même règles d’adhésion des communes que celles appliquées aux communautés de commune et que soit redonnée une place aux associations. Leur pouvoir réglementaire dans le domaine de l’environnement pourrait être renforcé.

Allocations Familiales

Le Mouvement Ecologiste Indépendant (MEI) se félicite de la décision du Gouvernement d’accepter la proposition de loi des députés socialistes de moduler le montant des Allocations Familiales en fonction du revenu des parents. Il faut d’ailleurs souligner que cette décision est en accord avec des principes de justice sociale dits de Gauche et que le MEI aimerait pouvoir approuver plus souvent ce genre de décision.

Par principe d’équité, et en ces temps de crise, il semble évident que l’aide de l’Etat doit aller vers les enfants qui en ont le plus besoin plutôt que vers ceux dont le revenu mensuel des parents est de 8 000€. On ne peut que s’étonner de l’absence de consensus sur le sujet dans la classe politique française.

Par la même occasion le Mouvement Ecologiste Indépendant demande au Gouvernement la suppression du Quotient Familial qui n’avantage que ceux qui payent des impôts soit la moitié de la population française. Cette suppression est nécessaire parce que la crise est appelée à durer, que le poids de la dette française atteint un niveau intolérable et que l’effort ne peut être demandé aux couches défavorisées.

Le stupide projet du gouvernement pour faire des économies

Prétendre faire des économies par la suppression des départements et la division par deux du nombre des régions est stupide.

Les demandes de financement pour l’action sociale, la formation initiale ou continue, les transports, l’environnement ou le développement économique, subsisteront. De même l’obligation d’une représentation dans les nombreux conseils d’administration où siègent les élus. Au bilan, il n’est pas certain que l’opération se traduise par une économie. Par contre, elle pourrait s’accompagner d’une perte d’efficacité, la proximité étant un gage d’optimisation de la dépense comme l’a démontré la gestion des collèges, des lycées et des TER.

Par contre, améliorer la gouvernance des territoires, éviter les doublons et les querelles de compétence, renforcer la démocratie, voilà des objectifs qui justifient la redéfinition de l’architecture institutionnelle du pays. Oui à la disparition des conseils généraux qui n’ont pas réussi à s’émanciper de la dépendance administrative : mais après avoir désigner les collectivités qui reprendront leurs compétences, notamment sociales et techniques : la Région et les communautés de communes portées à la dimension des Pays ? Non à la fusion autoritaire des régions, qui doivent coller à l’identité séculaire d’un territoire et gagner en pouvoirs.

Il est peut-être temps de passer à la VIe république, plus démocratique, et décentralisée à l’image de la quasi-totalité des membres de l’Union.

Non au TAFTA (Transatlantic Free Trade Area) antiécologique

Négociations sur le commerce transatlantique et le partenariat d’investissement entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique

Le MEI est résolument opposé au Partenariat transatlantique sur le Commerce et l’Investissement entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique, il regrette que les gouvernements européens aient cédé à une demande ancienne de la Commission Européenne  ayant trait à une dérégulation du marché intérieur Européen qui sera calquée ou alignée sur celle des marchés américains.

Le MEI dénonce un accord de partenariat transatlantique qui prévoit que les législations en vigueur des deux côtés de l’Atlantique devront se plier aux normes du libre-échange établies par et pour les grandes entreprises Européennes et Américaines. Le MEI ne peut, par ailleurs, admettre que cet accord autorise des Multinationales à attaquer en justice tout État qui ne se plierait pas aux normes du libéralisme qu’elles ont édicté, avec des risques de sanctions commerciales pour le pays contrevenant, ou une réparation de plusieurs millions d’euros au bénéfice des plaignants.

Le MEI est convaincu que ce partenariat suscitera de fait sur ‘’des marchandages de tapis’’ entre la commission Européenne et les USA. Par exemple, la Commission se montrera flexible dans un secteur en échange d’une promesse réciproque des USA dans un autre secteur et convaincra les 28 chefs d’État d’accepter au nom de l’intérêt des Européens, alors que ce sont les marchés Financiers et les Multinationales qui en seront les grands Bénéficiaires et imposeront leur dictat, avec pour corollaire une aggravation inconsidérée de la crise écologique.

Le MEI dénonce et s’oppose avec force  à cette directive de négociation du partenariat qui conduit inévitablement  à une suppression substantielle des droits de douane dès l’entrée en vigueur et une suppression graduelle de tous les tarifs douaniers les plus sensibles dans un court laps de temps. Ce qui provoquerait inévitablement une catastrophe agricole majeure dans les divers pays Européens, avec perte de revenus pour les agriculteurs et accélération de la disparition des petites exploitations, arrivée massive de soja et de blé américains avec OGM, industrialisation accrue de l’agriculture européenne au bilan énergétique et rejet des Gaz à effet de serre déjà des plus désastreux.

Le MEI considère que les discussions concernant la directive pour les négociations sur le commerce transatlantique et le partenariat d’investissement entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique produisent déjà leurs effets en France, qui par une proposition de loi votée à l’unanimité (Y compris EELV) par le Sénat le 20 novembre 2013, sous prétexte de lutter contre la contrefaçon renforce un arsenal juridique qui protège, entre autre, les multinationales commercialisant des semences. Cette loi étend la chasse aux contrefaçons jusque dans les champs et les étables des paysans qui reproduisent leurs propres semences ou animaux, et conduit ainsi à la confiscation du vivant. Là où les paysans sélectionnaient des variétés adaptées aux différents terroirs, Il s’agit d’un acte désormais considéré comme criminel, au même titre que l’impression de fausses monnaies, la vente de médicaments illicites à partir de molécules copiées, ou la reproduction de sacs ou de montres de grandes marques. Ce sont maintenant les terroirs qu’il faut adapter à un très faible nombre de variétés  et employer maints intrants chimiques, sources de pollutions diverses avec l’impact sur la santé.

Le MEI ne peut, par ailleurs prendre au sérieux le fait d’invoquer des conventions internationales auxquelles le futur « partenaire » Américain refuse d’adhérer : conventions sociales de l’OIT, protocole de Kyoto, convention sur le respect de la diversité culturelle de l’UNESCO Etc. pour lequel « le modèle de vie Américain n’est pas à négocier… »

Pour conclure, le MEI refuse les poulets chlorés, le bœuf aux hormones, les fruits et légumes OGM servis par les Multinationales agroalimentaires et, en lieu et place, exige l’abrogation des lois destructrices de l’agriculture paysanne, ainsi qu’un réel investissement de soutien à l’agriculture Bio seule respectueuse de la fertilité durable des sols.

Rédaction D. Martin

Ecotaxe et échec du modèle agricole productiviste et pollueur “breton”.

L’écotaxe, en devenant le chiffon rouge agité par la FNSEA et le Medef…, détourne l’attention du problème de fond : l’échec du modèle agricole productiviste pollueur imposé aux bretons.

Lire la suite Ecotaxe et échec du modèle agricole productiviste et pollueur “breton”.