Archives de catégorie Démocratie

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Le projet de loi sur le secret des affaires

Sous couvert de protéger les secrets de fabrication des entreprises, une directive Européenne, est en cours de transcription en droit Français.

Avec cette loi il sera désormais impossible d’être informés sur des pans entiers de la vie économique, pour des risques encourus, notamment pour la santé. Toute entreprise pourra arbitrairement décider si une information, ayant pour elle une valeur économique, pourra ou non être divulguée au nom du « Secret des Affaires »,

Si une source, une association, un journaliste, un lanceur d’alerte « viole » ce « secret des affaires », des sommes colossales pourraient lui être réclamées, pouvant atteindre des millions voire des milliards d’euros, y compris même des peines de prison.

En 1e lecture à l’assemblée nationale le projet de loi destiné à garantir le secret des affaires a été approuvé. Il sera débattu au Sénat le 18 Avril. Le parlement européen a fixé au 9 juin prochain une date limite pour l’application de cette directive, sous peine de sanctions financières.

Madame la Ministre de la Justice rassure journalistes et lanceurs d’alerte. Oublie – t- elle l’article premier de la Constitution qui interdit l’inégalité de Droit entre citoyens ?

Les Ecologistes du Mouvement Ecologiste Indépendant considèrent qu’il s’agit là d’une loi liberticide : plus question d’évoquer les dessous des pesticides de Monsanto, les OGM dans les compositions alimentaires, le scandale du vaccin Gardasil et tant d’autres…

Nous demandons le retrait pur et simple de cette proposition de loi.

Francine Herbaut Dauptain                         Daniel Martin

co présidente du MEI                                     Membre du Conseil National

 

ParAntoine Waechter

Pour une transition énergétique intelligente

 

Il ne s’agit pas de mener une guerre idéologique contre les aérogénérateurs industriels,..

Il s’agit  d’exiger que l’Etat reprennent la main sur le développement de l’éolien en localisant les zones d’implantation et en précisant des modalités qui préservent les paysages, la population et la démocratie. Une transition énergétique intelligente suppose le courage de fixer comme objectif central la réduction de la consommation d’énergie, quelle qu’en soit la source, et de définir une stratégie au service de cet objectif : interdiction du chauffage électrique, limitation des éclairages nocturnes, réduction des déplacements imposés en voiture par une interdiction de construire des zones d’activités près des échangeurs routiers et de grandes surfaces commerciales en périphérie de ville, isolation des bâtiments, interdiction de construire des bâtiments énergivores….

A chaque région, un mixte énergétique conforme à son tempérament. Les aérogénérateurs n’ont pas leur place dans les espaces naturels, les montagnes et les forêts, ni dans le champ de visibilité de nos monuments.

L’Etat protège-t-il les intérêts de grands groupes financiers ou la santé et le cadre de vie des Français ? Très clairement, les décisions prises au cours des dix dernières années profitent à la finance internationale au détriment des gens.

Antoine WAECHTER

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Affaire classée !

Le 26 octobre 2014, à Sivens dans le Tarn, Rémi Fraisse, 21 ans, trouvait la mort sous l’impact d’une grenade offensive lancée par un gendarme. Il était venu manifester pacifiquement contre le projet de barrage, non sens écologique.

Une ordonnance de non lieu vient d’être rendue, enterrant cette affaire. Ainsi la lumière ne sera pas faite.

C’est avec émotion que nous apportons notre soutien à la famille et aux proches de Rémi dans cette épreuve supplémentaire.

L’agression totalement démesurée ayant conduit à ce drame est classée par les juges d’instruction.  Où est la justice ?

Les militants écologistes, pacifistes, qui manifestent pour de justes causes se sentent aujourd’hui humiliés.

L’Etat, le gouvernement, les forces de police, la justice se sont ligués contre les citoyens dont le seul but était de s’opposer à la construction d’un barrage qu’ils pressentaient illégal et source d’erreurs écologiques manifestes.

Honte à eux.

Francine Herbaut Dauptain

ParAntoine Waechter

Ne nous confondez pas avec les “micros-partis”


La réponse de notre président sur la campagne gouvernementale et médiatique qui assimile les partis respectueux de la loi, de la démocratie et de la morale sur le plan financier, comme le notre, et les “micros partis” des grands élus (LR, FN, PS, …) qui sont des outils de captation d’argent et d’optimisation fiscale.

Droit de réponse au journal Sud Ouest :

“Cher Monsieur,

Vous avez signé un article que nous considérons comme injurieux à notre égard en nous assimilant à un de ces partis qui n’ont d’autre vocation que de capter de l’argent public. Je vous demande de rectifier ce propos dans un tout prochain numéro de Sud-Ouest.

Le parti “LES ECOLOGISTES Mouvement Ecologiste Indépendant” est né en 1994 d’une scission avec les Verts. 23 ans d’existence et d’animation de la vie politique avec très peu de moyens. Nous n’avons pas eu de financement public lors de la précédente législature (2012 – 2017), ce qui ne nous a pas empêché d’être présents à toutes les élections, locales, régionales, européennes, sénatoriales et d’être, en nombre d’adhérents et en couverture géographique, le parti écologiste le plus important après EELV. Les “petits partis à vocation financière” ne participent qu’aux élections législatives.

Ne confondez-vous pas le MEI avec l’AEI, qui répond, au moins partiellement, à ce que vous décrivez ?

Si le financement public ne conditionne pas notre existence, il conditionne notre visibilité et la capacité à remplir correctement le rôle que nous affecte la Constitution, notamment former des citoyens à la représentation publique et les accompagner dans leur mandat. Ajoutons que le MEI est aujourd’hui le seul parti à incarner l’identité écologiste (voir “Le sens de l’écologie ^politique” publié par l’éditeur Sang de la Terre).

Antoine WAECHTER
Président des Ecologistes MEI”

ParJean-Marc Ferrari

Droit à l’information pour les législatives

Billet d’humeur du webmaster

Candidat aux législatives de Gironde, 3ième circonscription (Bègles, Talence, Villenave, Bordeaux Sud) avec Corinne Legrand je propose aux médias d’informer leurs lecteurs. Il n’y a pas de petit candidat. L’impression des bulletins coûte plus de 2500 euros qui ne seront pas remboursés très certainement. Je propose aux rédactions des médias d’informer leurs lecteurs. Lors de l’édition précédente, il y a 5 ans, seuls les partis médiatisés ont eu droit à une publicité pour leurs candidats. Je vais publier tous les contacts, les acceptations, les refus et les non réponses. Voici le message adressé au journal Sud Ouest :

“Bonjour,
Je suis candidat aux législatives sur la circonscription Gironde 03 pour 4 mouvements écologistes unifiés (MEI, Cap21, Trèfle, MHAN). Je suis béglais, ancien président des Verts Bègles et ancien secrétaire régional des verts. Ma suppléante est Corinne Legrand, ingénieure écologue à Bordeaux. La situation est complexe pour cette élection et notamment concernant les écologistes et aussi avec En Marche. Il nous semble qu’un article expliquant les enjeux à vos lecteurs serait le bienvenu. Nous sommes à votre disposition pour ces informations. Ce message sera publié sur plusieurs médias et réseaux sociaux. A bientôt. Cordialement.”

ParJean-Marc Ferrari

Ecoloexit

Billet d’humeur du webmaster.

Il n’y aura pas de représentation de l’Ecologie lors des élections présidentielles de 2017.

Par contre, il y aura 3 candidats d’extrême droite, 3 d’extrême gauche, 2 farfelus, 2 vainqueurs de primaires lâchés par leurs soutiens, et un qui veut nous faire marcher.

Génial !!!

ParAntoine Waechter

Sortir de la république monarchique

Le Président de la République a aujourd’hui plus de pouvoirs que n’importe lequel des dirigeants européens ou américains. Or, une personne seule ne peut tout connaître, tout contrôler, tout gouverner. Dès lors, ce sont les membres du Cabinet et les grands corps de l’Etat qui préparent les lois et les décisions gouvernementales. L’action des ministères est placée sous le contrôle des arbitrages interministériels, de Matignon et de l’Elysée, de sorte que les ministres sont réduits au rôle de communicants. Choisis pour le courant politique auquel ils appartiennent, souvent peu impliqués dans leur domaine de « compétence », la plupart se laisse porter par leur administration. Ainsi, déjà dilué par la mondialisation, le pouvoir politique s’efface au bénéfice des groupes de pression les plus influents et de mécanismes qui échappent à tout contrôle. D’autant que les Républicains et le PS n’ont cessé de réduire les possibilités d’intervention du citoyen.

Le mode de scrutin majoritaire à deux tours crée des majorités artificielles, loin de représenter la diversité de la société française. Certains ont vu dans le blocage des chantiers de Sivens, de Notre Dame des Landes et du contournement autoroutier de Strasbourg une atteinte à la démocratie, arguant de décisions légalement prises. La légalité n’est pas suffisante quand un projet est contesté : il lui faut une légitimité. Or, lorsqu’une majorité d’assemblée représente entre le quart et le tiers des électeurs, lorsque la décision, dans les faits, est celle du président, investi de tous les pouvoirs, la légitimité ne peut exister.

L’équilibre des pouvoirs au niveau de l’Etat

Le mandat présidentiel sera porté à 7 ans et le Président n’aura pas le pouvoir de dissoudre l’Assemblée dans l’année de son élection. Ce décalage suffit à ramener la fonction présidentielle au niveau du standard européen : le Président assure la pérennité des institutions au-delà des péripéties électorales, il nomme le Premier ministre choisi dans la majorité du Parlement, il veille au respect de la constitution, il représente le pays à l’extérieur, il est le chef des armées et définit, avec le Ministre compétent, la politique étrangère. Il promulgue les lois, ce qui lui confère le pouvoir de redemander le réexamen d’une loi qui comporterait des dispositions anticonstitutionnelles ou qui porterait atteinte à la cohésion de la Nation.

Le Premier ministre nommé forme son gouvernement. L’article 49-3 est abrogé. En contrepartie, l’Assemblée ne peut voter de motion de censure. L’exécutif propose, le Parlement délibère, l’exécutif exécute les décisions prises par le Parlement.

L’Assemblée nationale sera élue au scrutin proportionnel par liste interdépartementale au seuil de 5%. Une circonscription électorale sera constituée d’un ou plusieurs départements pour atteindre le nombre de 15 à 20 députés par liste (soit environ 2 millions d’électeurs par circonscription). Le nombre de députés sera fixé à 1 pour 100 000 électeurs, soit un total de 446 en 2016.

La représentation française au Parlement européen

Les représentants français au Parlement européen seront désignés au scrutin proportionnel à un tour au seuil de 5% sur une liste nationale. Le débat européen sera ainsi réhabilité dans le cadre de la campagne électorale.

Des élus compétents et investis

Le cumul des mandats sera strictement encadré. Les parlementaires (député, député européen, sénateur) et les conseiller régionaux ne pourront exercer qu’une fonction de conseiller municipal de base. En cas d’élection, la démission d’une fonction incompatible sera automatique.

Les maires bénéficieront d’un statut particulier, équivalent au statut de fonctionnaire à temps partiel ou à plein temps pendant la durée de leur mandat : ils seront notamment soumis à une obligation de formation.

Les collectivités

Le Conseil départemental est remplacé par une Agence départementale d’Ingéniérie publique, au service des Communautés de Communes. Les services techniques (routes, environnement, aménagements fonciers…) du Département sont transférés à cette agence, dont le conseil d’administration est constitué de représentants des communautés de communes.

Les maires et les présidents des communautés de communes seront élus lors d’élections générales au scrutin majoritaire uninominal. Les assemblées communales seront élues au scrutin proportionnel au seuil de 5%. L’assemblée communautaire sera constituée des représentants de chacune des communes.

Le débat budgétaire sera un débat d’amendements. L’exécutif a le privilège de la proposition. Chaque membre de l’assemblée (communale ou communautaire) a la possibilité de déposer des amendements au projet de budget : chaque amendement doit être équilibré en recette et en dépense. Le budget est adopté lorsque tous les amendements ont été soumis au vote.

Le contrôle populaire

Les électeurs peuvent être appelés à se prononcer sur un projet local par voie référendaire, soit à l’initiative de la collectivité concernée, soit à l’initiative de citoyens qui auront réunis sur leur proposition référendaire un nombre suffisant de signatures. Pour être valide, le résultat devra avoir réuni la majorité des suffrages et une participation d’au moins 50% des électeurs inscrits.

Sont exclus du champ de compétence référendaire les propositions de remise en cause de conventions internationales (peine de mort…).

L’intérêt à agir devant la justice administrative sera élargi. Les ordonnances de février 2014 seront abrogées.

ParJean-Marc Ferrari

Selon que vous serez puissant ou misérable …

 

Billet d’humeur du webmaster

13 Mai 2016, Cahors (Lot)
Un jeune homme SDF de 18 ans, qui s’était introduit dans une maison de Figeac (Lot) pour le fait de “prendre” du riz et des pâtes chez un particulier avec effraction, pour survivre, a été condamné à 2 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Cahors.

19 Décembre 2016, Paris
La Cour de Justice de la République a jugé que l’ex-ministre de l’économie Christine Lagarde a été négligente en ne tentant aucun recours après l’arbitrage favorable à Bernard Tapie en 2008 pour l’“indemniser” sur les deniers publics de 403 millions d’euros, dont 45 millions d’euros à titre de préjudice moral, mais l’a dispensée de peine et d’inscription au casier judiciaire pour qu’elle puisse rester présidente du Fonds Monétaire International (officine principale de la mondialisation).

Dans le premier cas il s’agit d’un vol, de la part d’un délinquant dangereux qu’il faut absolument enfermer pour faire un exemple et qu’il meure de faim et de froid dans son coin sans rien dire. Dans l’autre cas, il s’agit de s’excuser auprès d’une ancienne ministre de l’avoir inutilement accusée d’avoir fait dépenser bêtement l’argent de nos impôts à hauteur de 874186 fois le montant du RSA pour qu’un homme d’affaire célèbre puisse vivre dans le grand luxe.

Les politiques de droite et de gauche se sont accordés pour faire cette chose honteuse, mais eux n’ont aucune honte ni pour eux, ni pour notre pays.
Ces gens doivent partir car ils ne représentent plus personne, sauf eux-mêmes.

ParJean Bitterlin

Qui sème le désespoir doit s’attendre à des actes de terreur en retour…

JeanBitterlinArticle

Suite à l’attentat meurtrier de Nice le Mouvement Écologiste Indépendant s’associe à la peine et au désespoir de toutes ces familles endeuillées, touchées de plein fouet par cet acte odieux et barbare.

Il faut néanmoins bien reconnaître que  cet attentat obéit malheureusement à une suite logique ; ce qui devait arriver est arrivé et ce n’est, hélas, certainement pas fini car qui sème la terreur et le désespoir doit s’attendre à des actes de terreur en retour. Les erreurs monumentales de la France, en matière de politique étrangère de ces dernières décennies ont été nombreuses, qu’elles aient été menées par des gouvernements de Gauche ou de Droite : politique de soutien aux dictateurs africains et pillage des richesses de leurs pays (créant la misère et le désespoir), interventions militaires en Afghanistan, Lybie, Syrie et Afrique qui sont devenus des terreaux du terrorisme parce que  le chaos, la misère, le désespoir s’y sont installés, soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël créant une fureur anti-occidentale au Moyen Orient et même chez certains français, soutien aux dictatures du Golfe,  …. On ne peut que rendre hommage à Chirac de ne pas avoir cédé devant les Américains lors de l’invasion de l’Irak ; c’est une bien maigre consolation.

Le rodomontades du Président Hollande ne changeront rien. D’autres simples d’esprit, et ils sont légion dans notre pays, seront prêts à passer à l’acte avec les encouragements de Daesh ou d’autres groupes terroristes étrangers qui désirent punir la France pour ses actes passés. Il nous faut impérativement reconnaître les erreurs passées, changer d’orientation en matière de politique étrangère en particulier en cessant d’être les supplétifs dociles des Américains (en sortant de l’Otan) et, le mal étant fait, se protéger au mieux.

ParAntoine Waechter

Réinvestissons l’Europe

europe-verte

Le référendum britannique révèle les limites de la démocratie, lorsque l’expression du peuple souverain divise la société en deux moitiés, différentes par leur niveau de vie, leur âge et leur degré de formation, et pénalise certaines catégories, comme les agriculteurs, qui ne bénéficieront plus des aides de la PAC.

Plus encore, il interroge sur ce que la classe politique, y compris française, a fait de l’Union : une « chose » désincarnée, en apparence éloignée des préoccupations populaires, vouée au libéralisme planétaire, sans politique étrangère. Le projet européen s’est dissout dans un marché mercantile.

Pour autant, nous Écologistes, nous faisons le choix de l’Union, pour avoir débarrassé ce continent de ses frontière intérieures, pour avoir vaincu la spéculation sur les monnaies, pour cet antidote au retour des conflits séculaires, pour cette politique agricole commune qui a, jusqu’à ce jour, évité la paupérisation de la paysannerie de montagne, pour la protection de la biodiversité et la valorisation du patrimoine que l’Europe a fait inscrire dans nos lois.

Il est si facile de critiquer les technocrates de Bruxelles et de faire de la Commission le bouc émissaire des insatisfactions populaires. N’oublions pas, pourtant, que la conduite de l’Union est de la responsabilité du Conseil des Ministres et du Parlement de Strasbourg. Or, quel est l’engagement de nos responsables dans la définition des politiques européennes : ils sont volontiers absents aux réunions ? Quelle considération les partis accordent-ils à la représentation nationale au Parlement européen : les députés désignés sont trop souvent des bénéficiaires de lots de consolation électorale ?

Réinvestir l’Union doit être la réponse à la sortie de la Grande Bretagne. Rappel de quelques-unes des exigences des Écologistes :

  • Nomination, au sein du Gouvernement français, d’un ministre plénipotentiaire, impliqué, motivé et compétent, chargé des affaires européennes,
  • retour, en France, à une liste nationale pour les élections européennes, de manière à inscrire plus clairement l’Europe dans le débat national,
  • définition, avec tous les membres de l’Union, d’une politique étrangère européenne indépendante,
  • retour aux fondements de la politique agricole commune : régulation des volumes de production, fermeture sélective aux importations concurrentes de produits européens, pour que l’agriculture puisse produire une alimentation saine et gérer un territoire de qualité,
  • harmonisation des politiques sociales des différents membres de l’Union
  • création d’une police des frontières chargée des frontières externes de l’Union pour incarner les limites physiques du territoire européen,
  • élargissement des cours de géographie et d’histoire à la géographie et à l’histoire des pays membres de l’Union.
Aller à la barre d’outils