Manifeste contre le projet de décollage face à l’Est – Aéroport d’ORLY

OrlyNDDL

Une nouvelle Notre Dame des Landes

Lors de sa réunion, la Commission Consultative d’Environnement Aérodrome Paris-Orly a entérinée juin 2016 la   transformation de la trajectoire de décollage d’Orly face à l’Est, projet présenté par les élus du Val d’Yerres et l’association AVEVI

Ce projet sacrifie ni plus ni moins la forêt de Sénart à l’encontre des règles établies par le décret de 1994 stipulant son classement en «forêt de protection» ce qui exclue toute pollution provenant de moteurs, interdit toute emprise d’entreprise publique ou privée

La DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) et un certain nombre d’élus ont l’intention de développer le trafic aérien d’Orly au profit de nouvelle Compagnie Aérienne étrangère. (sanf doute des cie de la région du golfe

Bien que l’arrêté du 6 octobre 1994 –signé par l’ensemble des élus stipule un plafonnement du trafic aérien à 200 000 mouvements (pour 250 000 créneaux), le 14 mai 2016 un article du Parisien annonçait le passage à 250 000 mouvements, augmentation confirmée dans le même journal quelques mois plus tard par l’annonce de 237 000 mouvements:

Parallèlement à ce projet, la plateforme de Melun Villaroche a été ouverte à la circulation arienne civile par l’arrêté de Madame Royale de 2015.

L’impact sur le plan écologique touchera non seulement la zone entière de la forêt de Sénart et  amènerait à survoler 300 000 personnes.

-De ce fait nous appelons à un refus total de ce changement de trajectoire ainsi l’ouverture de Melun Villaroche à l’aviation civile.

Nous sollicitons l’aide des élus afin d’entraver ce projet

-Enfin non seulement les articles et décrets ont été bafoués, mais la Direction de la DGAC affirme qu’«elle ne veut qu’entériner un non respect de la trajectoire initiale» reconnaissant de ce fait qu’elle est incapable de faire respecter l’ordre et les règles dans son propre rang !

J’espère que nous serons nombreux à nous lever contre ce projet qui frise une fois de plus la démence et l’incompétence !

Vendredi 2 Septembre à 20H30 réunion publique

Château du Grand Veneur à Soisy/Seine

Nous vous y attendons nombreux

Siège de l’Association : 21 Rue du Général Leclerc -91470 FORGES les BAINS

Correspondance : 38 Grande Rue –Hameau de Roussigny- 91470 LIMOURS

Email Qualité de Vie  : colette.lecuyer@wanadoo.fr Tel : 01 64 91 13 24

Non à la vente du centre de recherche agronomique de Grignon

Grignon

Les Ecologistes – MEI soutient cette action et sera représenté à cette manifestation.

Le Collectif contre la vente du site du projet organise une Marche de protestation.

Ce Collectif s’est constitué à partir de quelques Anciens Agros de Grignon indignés à la suite de la pétition de L Vilbert
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Stephane_le_Foll_ministre_francais_de_lagriculture_Halte_a_la_vente_du_patrimoine_scientifique_francais_au_Qatar
et par l’idée d’un site détérioré à jamais par les travaux entrepris par un acheteur comme le PSG.

Puis le dossier de la vente s’est construit petit à petit comme un puzzle avec le fait que Grignon se trouvait être un élément dans une opération devant aboutir à un AgroParistech réuni sur le Plateau de Saclay .

  1. Le Collectif constitué officiellement depuis dix jours comprend aujourd’hui une vingtaine de participants.
    Les trois conditions sont simples pour devenir adhérents :
    Contre la vente d’une partie ou de l’ensemble du site de Grignon à des intérêts privés
  2. travailler à une alternative à un organisme au départ des élèves de première année
  3. ouvrir le parc aux visiteurs à pied.

Nous travaillons aujourd’hui intensément à un regroupement des initiatives en particulier en direction du groupe de suivi au sein de l’APPVPA pour une “alternative pour le site de Grignon.”

Vous êtes invités à la Marche qui débute à 11h30 du parking de la ferme expérimentale samedi 16 janvier puis se dirige vers le parking extérieur de l’Ecole.
Là il y aura des déclarations des organisateurs puis une collation .

Bien cordialement

Pour le Collectif
Le porte-parole
Joël Dine