Archives de l’auteur Francine Herbaut-Dauptain

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Jean Marie Pelt : un grand monsieur de l’écologie

JeanMariePelt

Jean Marie Pelt nous quitte.

Il nous lègue son infatigable volonté d’alerter, d’expliquer, de conseiller pour préserver notre bien le plus précieux : notre planète.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/12/23/01008-20151223ARTFIG00269-le-pere-de-l-ecologie-urbaine-jean-marie-pelt-est-decede.php

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Le MEI exprime toute sa compassion et son soutien aux victimes

peace-love

Le MEI tient à exprimer toute sa compassion et son soutien aux victimes, à leurs familles et entourages.

 

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Ecologiste, indépendante et responsable

FrancineRegion

Les habitants du Nord Pas de Calais Picardie ont de tous temps eu un rapport fort aux valeurs du travail et de solidarité. Aujourd’hui chahutés par la crise économique, ils sont tentés par un vote protestataire et extrême.

La politique menée dans cette région est pourtant proche des citoyens et de leur quotidien. Mais chacun le sait il ? Développement économique, formation des demandeurs d’emploi, anticipation des mutations au sein des entreprises, politique des transports et de la mobilité, action culturelle,  lycées, y compris agricoles, environnement …… tout ceci modèle notre région.

Cette région, au delà de ses compétences premières, a fait le choix de mener une véritable politique pour la santé des habitants en investissant massivement dans des équipements (scanner, IRM….) permettant de lutter efficacement contre le cancer et de réduire les délais d’accès à ces équipements sur tout le territoire. Sachant que nous sommes les champions de cette maladie compte tenu des conséquences de notre passé industriel et de la pollution de l’air notamment.

Comment dés lors, imaginer laisser une région à des candidats qui, dans 6 mois, nous abandonnerons pour courir une autre élection ? Comment imaginer s’associer aux écologistes qui préfèrent s’associer au parti de Mélenchon et restreindre ainsi  à peau de chagrin l’écologie ?

Notre région a besoin d ‘un grand projet basé sur la  conversion écologique économique et sociale.

Notre analyse de la situation régionale a conduit le MEI Nord Pas de Calais Picardie à s’éloigner de nos partenaires qui semblaient le plus naturels, compte tenu de leur orientation vers une gauche radicale et d’ouvrir des discussions avec d’autres.

Le MEI dans le Nord Pas de Calais Picardie sera donc associé, dés le premier tour, à une liste ouverte, menée par un candidat qui présente un bilan positif. Il est “le régional” de l’étape ! Moins connu des médias nationaux il est pourtant le plus expérimenté. Il a sillonné toute la région. Il a travaillé sur tous les dossiers économiques et de formation. Il a été “au charbon”, toujours présent auprès des entreprises en difficulté pour minimiser l’impact social.

Il n’est certes pas écolo ! mais nous serons là, avec d’autres écologistes ayant quitté EELV, pour compléter son projet. Nous n’oublions pas que la présence d’écologistes dans le précédent mandat, associés au PS, a permis de faire avancer l’écologie dans cette région. Nous ne renions rien !

Je serai en position éligible, pour participer au projet et façonner, modestement mais sûrement, l’avenir de notre grande région.

Francine Herbaut Dauptain, 1e vice présidente auprès d’Antoine Waechter

 

 

 

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Journées d’été des écologistes du MEI à St Malo

Ethic Etapes Saint MaloLes Journées d’Eté des écologistes du MEI se sont déroulées cette année à St Malo du 22 au 26 août au Centre de Vacances « Ethic étapes Patrick Varangot » 37 avenue du Révérend Père Umbricht.

Au programme : débats, conférences ouvertes au public, temps de réflexion et de formation des militants, détente et convivialité.

Dés le dimanche matin le Conseil National avait à débattre, entre autres sujets, des futures élections régionales : quelle stratégie dans chaque région ? Le Conseil National sera suivi d’une conférence de presse

Du lundi au mercredi ont alterné  les ateliers réservés aux adhérents (monnaies locales, revenu de base, Ecologie et Démocratie, Politique du paysage, réflexion sur “globalisation et environnement”, la problématique des chemins de ronde, la pollution liée au trafic aérien…)

Les conférences ouvertes au public : au Centre “Ethic étapes Patrick Varangot”

Lundi 24 Aout à 20 H : l’envasement de la Rance par M Thebault et Mme Guillou,

Mardi 25 Aout à 20 H : La grande séparation. Pour une écologie des civilisations par Hervé Juvin

Les visites :

  • Lundi : le pointe du Grouin
  • Mardi matin : visite de ferme bio et de son musée
  • Mardi après midi : barrage de la Rance.

Mardi matin les écologistes du MEI apporteront leur soutien à l’agriculteur bio qui s’insurge contre l’installation d’un maïsiculteur en zone humide.

N’hésitez pas à nous contacter et/ou nous rejoindre.

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Lettre d’Antoine Waechter à Ségolène Royal

waechter-royalMadame la Ministre,

Le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes est depuis des années un caillou dans la chaussure du Gouvernement et une inquiétude pour une partie de la population. Sans reprendre les nombreux arguments développés par les opposants, je souligne deux aspects de ce dossier :

  • le projet ne correspond plus aux défis de notre époque : plus d’un demi-siècle après sa naissance dans l’effervescence des « trente glorieuses » et la croyance dans la possibilité d’une croissance infinie, un lourd investissement fondé sur le développement du trafic aérien apparaît comme une formidable contradiction avec les objectifs français en matière de climat ;
  • l’expérience montre que des projets qui mettent autant de temps à prendre corps sont habituellement voués à l’échec, ce qui, dans ce cas, signifierait une lourde ardoise financière pour le pays.

Nous plaidons, comme tant d’autres, pour un aménagement de l’aéroport existant visant à améliorer ses capacités tout en réduisant les nuisances pour les riverains. Ce défis est, par exemple, réalisé par l’aéroport international de Mulhouse Bâle dans un environnement urbain identique mais avec un trafic voyageur de près d’un tiers supérieur à celui de Nantes Atlantique.

Nous savons que vous n’avez pas la possibilité de décider, mais vous avez beaucoup d’influence auprès du Chef de l’Etat. C’est de cette influence que nous souhaitons que vous usiez pour que soit prise une décision de bon sens.

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Les agriculteurs bloquent les routes : le gouvernement leur propose un plan de sauvetage.

direct-les-agriculteurs-bloquent-pen-ar-chleuz
Quelques allègements fiscaux vont ils permettre de répondre aux vraies problématiques ?
 Produire plus toujours plus, ne voir que le rendement au détriment de la condition de l’animal ou de la qualité des produits qui au final se retrouvent dans notre assiette : ce modèle d’agriculture productiviste arrive à son terme.
Les agriculteurs endettés qui pensaient pouvoir rembourser facilement leurs prêts en produisant davantage ont oublié la dure loi du marché !
Un seul conseil : changez de modèle. Abandonnez les fermes-usines. Tournez vous vers une agriculture biologique respectueuse de la nature, vers les élevages sur paille.
La responsabilité du consommateur est également engagée : dés lors que celui ci acceptera de payer le prix vrai pour une alimentation de qualité nous rentrerons dans un cercle vertueux qui permettra de préserver notre santé, le respect de l’animal et la survie des élevages.
ParFrancine Herbaut-Dauptain

Le MEI donne la parole à l’association AIVES

élevage industriel

Le MEI soutient l’action de l’association AIVES contre les élevages industriels. Aussi, lui donnons nous la parole sur notre site. N’hésitez pas à les soutenir.

PORCHERIE INDUSTRIELLE D’HEURINGHEM : 3 ANS DE LUTTE !

AIVES : 3 ans d’existence pour combattre cette ferme usine et pour promouvoir une agriculture paysanne de proximité !

La ferme usine d’Heuringhem, c’est 4 500 porcs en présence permanente. Porcs élevés sur caillebotis intégral (sauf truies gestantes) qui ne verront jamais le jour. La nourriture des porcs proviendra de l’agro-industrie belge, industrie qui importe trop souvent ses matières premières, bourrées d’OGM et de pesticides, d’Amérique latine entrainant sur place le désespoir des paysans locaux et la déforestation de la forêt amazonienne ! Les porcs charcutiers seront ensuite exportés, au moins à hauteur de 40%, vers les abattoirs belges et allemands. Chez nous, il ne restera que le lisier avec ses nitrates, l’ammoniac engendrant ses particules fines, et les mauvaises odeurs pour les riverains ! Et tout cela pour un seul et unique emploi créé localement et au dépend de combien de destructions de petites exploitations porcines !!!

Voir : http://collectifpleinair.eu/wp-content/uploads/2015/06/Elevages-Ammoniac-Particules-fines-Sant%C3%A9-final1.pdf

La ferme usine d’Heuringhem, c’est 230 hectares de terre d’épandage au-dessus du « château d’eau » du nord de la France.

La nappe phréatique sous nos pieds dessert en eau potable, non seulement nos villages, mais aussi une partie de la métropole lilloise, de la région dunkerquoise, du sud de la Belgique.

Cette nappe phréatique alimente aussi deux usines agroalimentaires, Coca-Cola et  Bonduelle.

Notre nappe phréatique est donc à préserver, elle dépasse déjà régulièrement les 30mg de nitrates par litre, vraiment pas la peine de la polluer davantage avec des porcheries industrielles au-dessus d’elle !

Surtout que des ilots se trouvent parfois à la verticale de failles géologiques anciennes et d’autres à la verticales de zones où les aquifères ne sont pas protégées par des couches d’argile !

Les eaux de surfaces seront elle-aussi très vite polluées, il existe de nombreux cours d’eau et ruisseaux qui longent les parcelles d’épandage, ces parcelles sont très souvent drainées car nous sommes dans une région humide et les bouches de drainages donnent bien sûr directement dans ces cours d’eau. Or, on sait maintenant que les zones drainées polluent plus rapidement les cours d’eau !

Les terrains d’épandage jouxtent des zones NATURA 2000 où se trouvent plusieurs espèces végétales en voie de disparition dont certaines n’existent quasiment plus que dans cette zone NATURA 2000. Nul doute que les émissions d’ammoniac vont modifier le biotope de ces zones, contribuant ainsi à la disparition définitives d’espèces protégées !

Les terrains d’épandage, s’ils respectent bien les 100 mètres de distance réglementaire vis-à-vis des habitations, sont tous situés très proches des maisons de nos villages, une école primaire se trouve même encerclée d’ilots d’épandage ! Inadmissible quand on sait que le lisier de porc peut contenir et diffuser des bactéries multirésistantes comme les SARM !

Voir : http://www.aives.fr/wp-content/uploads/2014/08/SARM-et-lisier.pdf

Encore au niveau des risques sanitaire, les bâtiments d’élevage des porcs se situeront à 400 mètres d’un élevage de poules pondeuses, une aberration totale quand on connaît les risques de créer un virus mosaïque dangereux comme celui de la grippe aviaire virus type H5N1 (poules)  et contagieux comme les virus type H1N1 présents chez les porcs ! Ce serait une énorme catastrophe sanitaire !

Voir : http://www.aives.fr/wp/wp-content/uploads/2012/06/Virus-H1N1-H5N1-et-porcs-Article-Institut-Pasteur.pdf

La porcherie industrielle d’Heuringhem, une des fermes usines de la carte de la Conf Paysanne, concentre donc tous les inconvénients de ce genre d’élevage hors sol, il nous faut tous la combattre !

Au niveau juridique, nous avons déposé un recours contre l’autorisation à exploiter signée par le préfet, le dossier est en cours d’élaboration.

Des habitants de nos communes ont également déposé un recours contre le permis de construire en juillet 2012, les travaux de la porcherie ont commencé en septembre 2013 sans que le recours soit examiné par le Tribunal Administratif. Les requérants ont alors demandé et obtenu, chose rare, une suspension des travaux jusqu’à ce que le dossier du permis de construire soit jugé sur le fond. Ce fut chose faite fin mai 2015, le TA annulant alors partiellement le permis de construire de la porcherie. Les promoteurs du projet ont déposé fin juin un permis modificatif et nous avons bon espoir que celui-ci soit refusé par le maire d’Heuringhem ! Nous en sommes là aujourd’hui.

L’annulation partielle du permis de construire a entrainé chez des partisans du projet des réactions violentes contre le président de l’association AIVES (moi-même) et contre le maire d’Heuringhem. Des feux, avec paille et pneus,  ont été allumé en pleine nuit à l’entrée de mon domicile, devant la mairie d’Heuringhem et même devant un journal indépendant ! Les slogans laissés sur place sont les mêmes que ceux utilisés par la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs du Pas de Calais à savoir : « Nous sommes tous Aurélie » « Tous Aurélie ». Scandaleux, pour ne pas dire plus, quand on connaît  le combat de toujours de Charlie Hebdo contre les élevages industriels.

Voir : http://www.aives.fr/actes-de-vandalisme

Ces actes ne diminueront en rien notre motivation.

Mais nous avons besoin du soutien de tous et en particulier de ceux qui se réclament du mouvement écologiste car notre combat est avant tout écologique au sens premier du terme !

Nous avons besoin de nombreux adhérents pour être une force crédible face aux autorités !

Nous avons besoin de vos adhésions (et dons si possibles) car nos actions juridiques entrainent des frais d’avocats indispensables dans ce genre de lutte !

Alors, n’hésitez pas à nous rejoindre !

http://www.aives.fr/wp-content/uploads/2015/01/Bulletin-adhesion-AIVES-2015.pdf

http://www.aives.fr/soutien/

Jedraszak Jean-Michel

Président d’AIVES

jmjedraszak@wanadoo.fr

ParFrancine Herbaut-Dauptain

A Blendecques les combats de coqs sont de retour

combats-de-coqsA nom de pratiques ancestrales les combats de coqs comme les corridas ont été exclus du cadre de la loi qui protège les animaux domestiques contre les sévices.

Bichonnés par leurs propriétaires après avoir été sélectionnés pour leur combativité, les coqs de combat sont armés et jetés dans le gallo drome pour un bien piètre spectacle, objet de paris. Difficile d’imaginer une telle barbarie.

Un article dans la presse locale nous a alerté et nous avons saisi le procureur de la république. En effet, la notion de tradition ininterrompue ne peut être retenue dans ce cas pour reprendre ces “jeux” barbares.

Nous espérons que d’autres associations et mouvements rejoindront notre initiative et sommes d’accord pour nous associer à toute action qui serait menée.

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Le rapport du commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe suite à sa visite en France

Droits de l'homme et du citoyenAchevé le 18 décembre 2014, ce rapport a été élaboré suite à la visite du 22 au 26 septembre 2014.

En voici les points que j’en retiens.

Recul de la tolérance,  nombre élevé d’agressions verbales et de démonstrations injurieuses à caractère haineux ou discriminatoire. Internet et les réseaux sociaux comme vecteurs privilégiés de ces discours de haine. Certains membres de la classe politique française contribuent à la banalisation des discours haineux.

Aux discours s’ajoutent les actes . (80 % des agressions et violences à caractère antimusulman recensées en 2013 visaient des femmes. 188 agressions physiques ont été signalées à l’association SOS homophobie).

Le commissaire aux droits de l’homme invite les autorités à agir par exemple par le biais d’un plan national d’action sur les droits de l’homme et à lutter contre tous les comportements discriminatoires, y compris des forces de police, notamment en matière de contrôles d’identité. Il souligne l’efficacité à long terme de mesures de prévention et de sensibilisation du public. Il salue l’annonce de remise à plat du plan national de lutte contre le racisme, dans un contexte de résurgence inquiétante de l’extrême droite.

Asile et immigration : insuffisances graves et chronique du dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile. A Calais le commissaire invite les autorités françaises à proposer des solutions d’accueil durables et dignes aux migrants et les protéger contre des actes violents et haineux des groupes extrémistes actifs dans le secteur. A Paris la présence de mineurs isolés étrangers sans abri marque une autre défaillance du système d’accueil des migrants en France.

Le commissaire appelle la France à veiller à ce que toutes les décisions prises soient basées sur un examen individuel et rigoureux et soient dûment motivées. Il encourage les autorités à rétablir la présentation des personnes placées en rétention administrative au juge des libertés et de la détention (JLD) au terme de 2 jours de rétention et les invite à renoncer à la teneur d’audiences du JLD dans des annexes des TGI situées à proximité immédiate des centres de rétention administrative ou de zones d’attente.

350 000 gens du voyage : le commissaire constate un fort climat d’antitsiganisme et une hostilité profonde que les gens du voyage estiment croissante. Malgré une décision rendue en 2012 par le Conseil constitutionnel les gens de voyage ont toujours l’obligation de détenir un livret de circulation et d’être rattachés à une commune pour pouvoir jouir de leur droits de vote et d’éligibilité.

Le rapport fait apparaître un nombre d’aires d’accueil insuffisant et des problèmes d’accès des enfants à l’éducation.

Les Roms migrants font l’objet d’une hostilité multiséculaire. Le commissaire est très préoccupé par les violences subies par les Roms migrants commises par des particuliers et parfois même par des membres des forces de police. Il est également préoccupé des conditions dans lesquelles une partie des opérations d’évacuation a lieu malgré les dispositions visant à les préparer et les encadrer. Il prie instamment les autorités de mettre un terme sans délai aux évacuations forcées de terrains occupés illégalement, non assorties de solutions durables de relogement pour tous les occupants de ces terrains.

Les personnes handicapées : Malgré les progrès effectués au cours des dernières années le handicap est rarement abordé sous l’angle des droits de l’homme.
L’autonomie et l’inclusion dans la société ne sont toujours pas garanties en pratique, en raison des difficultés de mobilité et d’accessibilité et des défaillances des dispositifs d’orientation et d’accompagnement des personnes handicapées. Des milliers de personnes se voient contraintes de quitter la France pour l’étranger, en particulier la Belgique, pour trouver des solutions adaptées à leur situation. A noter en outre les difficultés d’accès à l’emploi et les conditions discriminatoires réservées aux travailleurs handicapés dans certaines structures spécialisées.

Certains enfants handicapés demeurent exclus du bénéfice du droit à l’éducation. Le commissaire salue les mesures adoptées en matière d’accompagnement des enfants handicapés pour favoriser leur scolarisation, à tous les niveaux, en milieu ordinaire. Les autorités sont invitées à redoubler d’effort dans ce domaine.

Le rapport contient les conclusions et les recommandations du Commissaire aux autorités.Il est publié ainsi que les commentaires des autorités françaises sur le site internet du Commissaire.

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Montée des eaux : vulnérabilité des régions côtières

montee-des-eauxIl serait naïf de penser que notre région sera épargnée par le dérèglement climatique au motif que si réchauffement il y a, ce ne pourrait qu’améliorer le temps !

Notre région est particulièrement vulnérable. Une centrale nucléaire à Gravelines, des sites Seveso constituent des risques technologiques importants. De plus, le triangle Calais – St Omer – Nieuport est situé sur un ancien polder, plus bas que la mer.

Le GIEC nous annonce des tempêtes, des précipitations diluviennes, une élévation du niveau de la mer d’ici la fin du siècle. Or, l’évacuation des eaux de mer de notre réseau de wateringues n’est possible qu’en marée basse et tributaire du pompage en marée haute. Dès lors la submersion semble inéluctable.

Or, que fait on ? Re construire à grands frais les digues et regarder ailleurs ? Pourtant plus de 500 000 habitants sont concernés par cette situation. Ce polder a été conquis sur la mer depuis plus de 1000 ans, à l’époque où l’on ne parlait pas de dérèglement climatique.

Il serait illusoire de penser qu’une technologie puissante pourrait nous aider à tout solutionner, à maintenir un niveau de consommation surréaliste source de ce dérèglement climatique.

Nous devons diminuer la pression que nos activités font peser sur la terre, diminuer nos émissions de GES (gaz à effet de serre), reconsidérer la nature, la respecter et non plus agir contre elle. Nous devons dès maintenant envisager la situation des populations concernées.

Si les écologistes ont été les premiers à lancer les alertes, si la prise de conscience progresse dans la population nous sommes encore très loin d’avoir pris la dimension de la catastrophe qui nous attend et qui se rapproche.

Les états doivent absolument, radicalement, prendre des mesures rapides et efficaces.

Le rendez vous de la COP 21 à Paris constitue un nouvel espoir. Restons positifs !

Pour qu’un réel changement se mette en marche il nous faudra une mobilisation citoyenne, seule la volonté des populations permettra de faire pression sur l’ensemble des gouvernements.

Francine Herbaut Dauptain Conseillère régionale Nord Pas de Calais

Aller à la barre d’outils