Algues vertes : Ce n’est pas aux contribuables de payer 7 millions €

La cour administrative d’appel de Nantes a confirmé, le 26 décembre 2014, la condamnation de l’Etat à verser plus de 7 millions d’euros au conseil général des Côtes d’Armor, en remboursement des frais de ramassage et de traitement des algues vertes.

Extrait :   Les juges ont confirmé en grande partie le jugement prononcé le 12 avril 2013 par le tribunal administratif de Rennes. L’Etat devra précisément verser 7.046.517 €, soit les montants versés par le Conseil Général.

Il est intolérable que nous, les contribuables français nous devions payer pour l’incurie de l’Etat qui n’est pas capable de faire respecter la réglementation : Les citoyens comme les entreprises ne doivent pas polluer.

Ce n’est pas aux contribuables de compenser l’absence de sanction vis à vis des pollueurs que sont principalement pour les algues vertes, les  porcheries industrielles. Non seulement l’environnement subit une grave nuisance mais en plus ce ne sont pas les producteurs de lisier qui sont sanctionnés. Nos impôts servent à permettre aux pollueurs de poursuivre leurs pollutions. Intolérable.

 

Des solutions existent : – La déshydratation des lisiers puis le transport  des engrais organiques azotés et séchés vers les zones céréalières où ces engrais remplaceront les amonitrates. Ces amonitrates étant  générateurs d’effet de serre et d’importation coûteuse d’énergie, leur suppression contribueront à deux améliorations environnementales et comptables – et surtout les productions bio  dont nous manquons…et que nous importons. C’est un comble !

 

Avec 7 millions d’euros, l’Etat doit se doter des moyens de faire respecter la loi et encourager l’évolution vers la bio…plutôt que de payer un travail de cochon… pas bio du tout

 

Laisser un commentaire