Archive annuelle 2018

ParFrancine Herbaut-Dauptain

VIOLENCE A KOLBSHEIM

Imposé par la force, le grand contournement autoroutier de Strasbourg est une violence faite aux habitants des communes concernées par des gens qui n’en subiront pas les conséquences ou qui tiennent pour secondaires les enjeux du climat, de préservation des terres nourricières et de la biodiversité.

C’est le vieux Monde.
Ce dernier multiplie ce type d’actes de violence depuis au-moins sept décennies en imposant des autoroutes, des TGV, des barrages, des aérogénérateurs… à des populations qui n’en veulent pas. La dictature du progrès ? de la bêtise ? des intérêts de la finance ?

Les terres sont indemnisées : le vieux Monde satisfait sa conscience en monnayant, mais il est des attachements et des valeurs qui n’ont pas de prix. Le futur ne peut plus s’acheter.

Emmanuel Macron n’a pas rompu avec ce vieux Monde, pas plus que le maire de Strasbourg, les maires des communes de l’Ouest strasbourgeois ou la Chambre de Commerce et d’Industrie. La trajectoire n’a pas varié et nous connaissons le prix de cet acharnement : dérèglement du climat, effondrement de la diversité vivante de nos territoires, réduction rapide des terres fertiles…

A ce stade, il nous reste deux pouvoirs : le bulletin de vote que nous devons refuser à tous les partisans identifiés du GCO (sanction électorale) lors de toutes les échéances à venir (européennes, municipales, législatives, présidentielles), et nos choix de consommation que nous devons refuser à Vinci (sanction économique).

Le vieux Monde ne réagit qu’à la sanction.

Antoine Waechter

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Lu dans l’Ecologiste ce jour : Linky

Le tribunal administratif reconnaît le droit à un habitant de refuser l’accès de son domicile ou de sa propriété. Cela a dû être rappelé à ENEDIS (ex-ERDF) mardi 11 septembre par le tribunal, qui a confirmé en cela l’arrêté municipal du maire de Blagnac. Sur le fond, ENEDIS indique par courrier aux personnes ayant refusé l’accès de leur logement qu’une tarification spécifique est à l’étude par les pouvoirs publics, ce qui suppose que le choix de refuser l’installation du compteur-capteur Linky est heureusement possible. Rappelons que l’Allemagne a refusé ce type de compteur pour les particuliers.

ParFrancine Herbaut-Dauptain

World Clean Up Day

Samedi 15 septembre, Les écologistes du Mouvement Écologiste Indépendant seront à Marseille pour participer au “World Clean Up Day”

Venez nous retrouver au Parc Borely à 15 H équipés pour un petit nettoyage !

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Marches pour le climat et pouvoir citoyen

La mobilisation citoyenne de ce 8 septembre a-t-elle été galvanisée par le départ de Nicolas Hulot du Gouvernement et ses propos ? Pour une part sans doute, de même que la désillusion face aux gouvernants, plus attachés à maintenir le statu quo qu’à agir contre les causes responsables de la dérive climatique, les appels des scientifiques et chercheurs et le long travail de sensibilisation des écologistes.

La question à l’issue de cette manifestation est celle de l’action du citoyen et de son impact sur les politiques publiques.

Changer nos modes de vie. Réparer plutôt que jeter. Acheter bio dans un commerce de proximité plutôt qu’auprès de la grande distribution ou son livre chez le libraire plutôt que chez Amazon. Manger moins de viande. Se transporter en vélo, à pieds, en transports en commun plutôt que de prendre systématiquement la voiture et l’avion. Voici pêlemêles quelques petits gestes que les citoyens font leurs.

Encore faut il avoir en tête l’impact de ceux-ci. Quelques exemples : prenez une douche plutôt qu’un bain pour économiser l’eau : oui mais 92 % de l’eau est utilisée par l’industrie et l’agriculture ! Trier vos déchets représentera environ 8 % de la production totale de déchets en Europe. Les économies d’énergie individuelles (éteindre les lumières, ne pas laisser d’appareil en veille…) ne représentent qu’environ 25 % de la consommation globale. *

Ainsi, même si ces petits gestes et comportements citoyens sont utiles, les actions individuelles n’ont pas le même poids que celui des activités agricoles et industrielles.

 Il est temps de se poser les vraies questions sur notre civilisation consumériste et de la remettre en cause. Pour se diriger vers une société plus sobre, la remise en cause des fondamentaux sur lesquels repose l’économie de marché actuelle est essentielle.

 

Le poids du consommateur est considérable. Pourquoi le bio a-t-il fait un bond en avant ces dernières années si ce n’est parce que les consommateurs veulent des produits sains, qui préservent leur santé et celle de leurs enfants ? Attention la grande distribution rôde et « fait du bio » mais dans quelles conditions ? Ainsi consommer bio va de paire avec des achats locaux et le plus possible auprès de coopératives et producteurs locaux. Si non, le bénéfice environnemental est plus que réduit quand le produit vient de l’autre bout de la planète ou que le producteur ne peut vivre décemment de son travail.

Reste donc à assurer une information complète du citoyen sur l’impact de son action individuelle et de ses choix. Car si nos actions individuelles ne remettent pas en cause le modèle de société, elles ne transforment rien. De même les politiques partielles ne remettent pas en cause la croissance mais en limite les effets.

Nous pourrons changer le cours des évènements si nous sommes des millions à agir et qu’une véritable coopération s’opère entre citoyens, élus, militants politiques pour dépasser les puissances financières.

 

Dans leur Assemblée Générale de mars 2018 les écologistes du Mouvement Ecologiste Indépendant se sont donné comme objectif le rassemblement de tous les citoyens, associations et partis écologistes pour arriver à l’effet levier indispensable pour juguler le dérèglement climatique.

En effet, nous devons conjuguer nos talents et nos expériences. Seuls les élus écologistes peuvent apporter une réponse politique à la mesure des enjeux.

Notre Mouvement a choisi l’indépendance comme stratégie d’action ce qui nous permet de rallier tous les citoyens au-delà du clivage gauche-droite dont les principaux partis ont érigé la croissance comme seule réponse possible à l’évolution du monde.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant propose de rassembler largement sur nos convergences à agir.

 

Pour le Mouvement Ecologiste Indépendant doivent être remis en cause, en plus de la course à la production et à la croissance :

L’antropocentrisme*, qui place l’humain au centre de l’Univers et permet de justifier moralement l’exploitation par l’Homme de la planère et de tous les êtres qui y vivent.

La problématique démographique ne doit plus être un sujet tabou*

Sans la recherche d’une stabilisation rapide de la population mondiale il est illusoire de stabiliser, à fortiori de réduire, le poids de l’Humanité sur les ressources et les écosystèmes terrestres. En effet, pour stabiliser l’empreinte humaine, compenser la croissance de la population mondiale et celle, plus forte encore des changements de mode de vie en Chine et en Inde (2.5 milliards de personnes), les Occidentaux (environ 800 millions de personnes) devraient réduire leur consommation dans une proportion de trois à quatre.

*Le sens de l’écologie politique. Une vision par-delà droite et gauche.

Antoine Waechter and Co 2017 Ed Sang de la Terre

*Petit manuel de résistance contemporaine

Cyril Dion  Ed Actes Sud 2018

Francine Herbaut Dauptain             Pierre Dardaillon

 

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Appel à rassemblement

Le MEI appelle ses adhérents, sympathisants à se joindre aux manifestations citoyennes qui ont lieu le 8 septembre à l’appel de la Fondation Hulot, de France Nature Environnement… auxquelles nous nous associons.

Francine Herbaut Dauptain

co présidente du MEI

 

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Hulot utilisé, Hulot désab usé

Réunis en journées d’été à La Bourboule les écologistes du Mouvement Ecologiste Indépendant réagissent au départ de Nicolas Hulot

Communiqué adressé aux médias et sur facebook  le 28 aout 

“La démission de Nicolas Hulot ajoute un nom à la longue liste des ministres de l’Environnement qui ont conclu “je n’ai rien pu faire”

L’ultralibéralisme et le service des groupes de pression économiques ne font pas bon ménage avec le respect de la terre.

Populaire mais sans appui politique Nicolas Hulot n’avait aucun pouvoir.”

 

 

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Les compteurs “intelligents”

Enedis procède actuellement sur de nombreuses communes à l’installation des nouveaux compteurs communicants Linky.

Cet appareil fonctionne en CPL, application par nature radiative puisque les installations électriques ne sont pas blindées, avec des fréquences comprises entre 10 et 490 KHz. Or il règne le flou le plus complet concernant ces fréquences et leurs éventuels effets sanitaires.

 

Si l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a rendu un avis concluant à un risque sanitaire peu probable, il est à noter que, dans cette même expertise, l’ANSES :

  • souligne qu’ « actuellement, il n’existe pas de littérature scientifique traitant spécifiquement des effets sanitaires à court ou long terme de l’exposition aux compteurs communicants », précisant même qu’ « il n’y a pas de tentative d’investigation utilisant une approche épidémiologique robuste» et qu’à sa connaissance « aucune étude de provocation n’a été menée sur des expositions aux compteurs et/ou aux fréquences utilisées pour les compteurs d’électricité ».
  • ses experts recommandent qu’en l’absence de données suffisantes et eu égard à l’accroissement de l’exposition dans la bande 9KHz-10MHz, où se situe donc le Linky, il faudrait « entreprendre de nouvelles études, et ceci particulièrement pour les expositions chroniques de faibles puissances permettant de confirmer la bonne adéquation des valeurs limites ».

 

Par ailleurs,

  • dans son rapport sur la santé des enfants en juillet 2016 l’ANSES a profondément remis en cause les fondements même d’établissement des normes relatives aux radiofréquences
  • l’Académie Européenne de Médecine Environnementale (Europaem) a publié récemment ses lignes directrices, dont les recommandations en terme de niveau d’exposition dans la gamme VLF (3KHz-3MHz) et pour des périodes prolongées sont infiniment plus faibles que les normes issues des travaux de l’ICNIRP qui alimentent la réglementation actuelle, et en deçà des valeurs mesurées sur les différents Linky testés en laboratoire ou in situ.

L’évaluation du risque comme « peu probable » apparaît bien peu robuste et ces éléments renforcent plutôt la preuve que nul n’est, aujourd’hui, en capacité de conclure à l’innocuité de ces rayonnements auxquels le Linky expose.

A cela s’ajoute la problématique liée à l’hypersensibilité :

Ce 27/03/18, l’ANSES a publié les résultats de son expertise relative à l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. Elle reconnaît la réalité des troubles présentés par les personnes intolérantes à ces ondes, recommande leur prise en charge et la poursuite des recherches. Elle suggère une prévalence de l’ordre de 5% de la population soit un total de 3,3 millions de français…

Cette nouvelle prise en compte d’une pathologie émergente qui provoque beaucoup d’incompréhension et de souffrance dans la vie professionnelle, sociale et personnelle des patients, ne peut que nous encourager à faire preuve de prudence dans l’utilisation de ce type de technologie.

 

Le Mouvement Ecologiste Indépendant demande la mise en œuvre du principe de précaution, notamment vis-à-vis des enfants en bas âge, dans la lignée de la loi n°2015-136 dite « Abeille » interdisant le wi-fi dans les crèches et le limitant dans les écoles. Il s’agit là d’un problème de santé publique.

 

De nombreux citoyens refusent les compteurs communicants.

Il est bon de rappeler que les habitants refusant la pose de ce nouveau compteur ne devront pas payer ce compteur ni une somme mensuelle, contrairement à la propagande diffusée par l’installateur.

Comment ne pas s’insurger contre le changement de compteurs alors que ceux installés dans les domiciles sont toujours en état de marche : quel gachis ! quel coût ?

Le Mouvement Ecologiste Indépendant s’insurge contre la désinformation, l’intrusion dans les domiciles du fournisseur d’énergie, et la gabegie organisée par le remplacement de compteurs en parfait état de marche.

 

300 communes se sont engagées à notre connaissance et à ce jour contre l’installation de ces compteurs sur délibération municipale.

A notre connaissance aucune délibération « anti Linky » n’a été annulée par la justice.

Même si la commune a transféré sa compétence, elle reste propriétaire des compteurs d’électricité. La mise à disposition permet de préserver le droit de propriété des collectivités locales sur leur patrimoine. Ainsi la mise à disposition n’emporte pas transfert de propriété.

Le Mouvement Ecologiste Indépendant demande aux élus et citoyens d’intervenir au sein des municipalités afin d’obtenir une délibération interdisant l’installation des compteurs Linky sur leur territoire au nom du principe de précaution.

Jacques Lançon      Francine Herbaut Dauptain

 

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Le M.E.I. souhaite la fin de l’heure d’été.

La France compte en été 2h de décalage avec le rythme naturel des êtres vivants.

La 1ere heure fut héritée de la seconde guerre mondiale et n’a jamais été remise en cause : 1h de décalage pour s’aligner sur les Allemands et permettre, entre autres, aux trains transfrontaliers de circuler aux mêmes et bonnes heures.

La 2e heure fut mise en place dans les années 70 pour des raisons économiques : des économies d’énergie théoriques, en réponse aux chocs pétroliers. Les économies ne sont pas avérées puisque la France a augmenté sa consommation depuis les années 70.

Aujourd’hui, en France en été, le soleil se couche à 21h30. Un travailleur qui commence le travail à 8h en été commence en réalité plutôt à 6h heure solaire…

La nature des êtres vivants est contrariée par ces décalages et ces changements d’heure. Les animaux sont perturbés comme les vaches qui souffrent 2 fois par an pour s’aligner sur le rythme des éleveurs, eux-mêmes perturbés et dubitatifs face aux changements d’humeur de leurs bêtes. Les femmes et les hommes sont eux aussi gênés par les changements d’heure. Chacun d’entre nous peut le ressentir.

Surtout, convaincu que le biocentrisme est l’avenir de l’homme, le M.E.I. considère que des horaires de journées plus adaptés à la santé et à la nature peuvent améliorer le sort et le bien-être de la majorité d’entre nous. Revenir à des rythmes biocentrés exprime aussi la primauté symbolique de la chose naturelle sur la chose économique.

Faut-il pour autant avancer de 2 heures nos montres en France ?

Peut-être pas ! Il est en effet important de garder une certaine harmonisation avec nos voisins européens. C’est pourquoi le M.E.I. ne propose pas de revenir sur l’intégralité du décalage mais uniquement de supprimer l’heure d’été.

En conclusion, Le M.E.I. propose de revenir à une heure unique et bioresponsable en France métropolitaine : la même heure, celle d’hiver. Plus de changement d’heure. Fini les complications 2 fois par an, la fatigue ressentie, le décalage avec notre rythme naturel.

 Cette mesure est une mesure de santé publique, de bien-être, pour l’ensemble des êtres vivants.

Pierre DARDAILLON co président du MEI

ParFrancine Herbaut-Dauptain

Loi alimentation

Des études récentes objectivent la perte constante de biodiversité. A ce rythme la 6e extinction, qui a commencé, s’approche à grands pas, faute de ne pas remettre en cause nos modes de vie, de production, de consommation. On attendait de la loi Alimentation des signaux forts d’une volonté gouvernementale en faveur d’une transition écologique.

Stéphane Travert : encore un climato sceptique !

Il n’y aura pas d’interdiction du Glyphosate dans les trois ans, donc l’écocide et le génocide va continuer. Malgré les assurances du Président de la République de l’interdire à l’issue de cette période,  dès lors que ce n’est pas inscrit dans la loi, nous ne pouvons qu’exprimer notre inquiétude.

Il ne combattra pas l’élevage concentrationnaire.

L’importation de 38millions de tonnes de soja transgénique par an en Europe ne va pas s’arrêter.

Il n’aidera pas à la mise en place de 50 % de bio et local dans la restauration scolaire.

etc.

Pourtant il s’agit là de problèmes liés à la santé publique.

Bref, le Gouvernement et son Ministre prouvent qu’ils n’ont rien compris aux enjeux qui se posent à nous et à l’urgence à agir.

S’il ne tient pas à perdre sa crédibilité, Nicolas HULOT doit réagir et mettre dans la balance sa démission ou « la mise au pas » par le Président de la République  du Ministre de l’agriculture.

Texte proposé par Francine Herbaut Dauptain, co présidente du MEI

amendé par Françoise Werckman, Daniel Martin, Jean Pulskota, membres du Conseil national.

Aller à la barre d’outils