Maintenant que tout le monde sait, qu’est-ce qu’on va faire ?

CashInvestigationPesticides

Billet d’humeur du webmaster.

Comme beaucoup de nos concitoyens j’ai regardé la énième émission sur le sujet. Cash Investigation, c’est le courage d’Elise Lucet et de son équipe face aux puissants qui dictent leur loi, nous empoisonnent et nous font ensuite payer pour nous soigner dans nos pays riches à protection sociale et laissent les handicaps et les maladies se propager ailleurs.
http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-2-fevrier-2016_1286821.html
Les réactions indignées des petites gens sont nombreuses et particulièrement vives.
La Gironde figure parmi les trois départements les plus exposés.
Le Journal Sud Ouest se fait l’écho de l’indignation.
http://www.sudouest.fr/2016/02/03/dangerosite-des-pesticides-cash-investigation-fait-reagir-2262882-4696.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20160204-[zone_info]
Mais jusqu’à quand et jusqu’où ?
On voit bien dans le reportage que la démocratie est attaquée lorsque les citoyens s’organisent et votent pour qu’on arrête de les empoisonner.
Les citoyens sont encore très frileux dans l’utilisation du pouvoir démocratique et il est à noter que les écologistes, en tant que tels, ne font pas de gros scores aux dernières élections.
Pourtant, nos propositions et nos programmes ne font que relayer le désir de la population d’avoir une vie plus saine pour que la survie des générations futures soit mieux garantie.
Le danger nous touche et nous ne faisons pas grand chose finalement.
On voit bien la faillite de l’action publique et des professionnels de la politique qui cèdent au nom du soi-disant retour de emploi et de la prospérité par la croissance.
Oui “Maintenant que tout le monde sait, qu’est-ce qu’on va faire ?”.
Si c’est une simple incantation, rien ne se passera et tout continuera et en pire.
Si on a le courage de faire changer les choses, de reprendre le pouvoir que l’on nous a peu à peu volé en nous considérant comme de simples consommateurs, alors on peut peut-être y arriver.
Ce même Journal Sud Ouest ne répond pas lorsqu’on lui fait passer nos communiqués de presse, ne nous accorde quasiment aucune interview et nous ignore lorsque nous sommes en campagne électorale.
Des spécialistes appellent cela l’injonction paradoxale … c’est le pesticide du cerveau.

Non à la vente du centre de recherche agronomique de Grignon

Grignon

Les Ecologistes – MEI soutient cette action et sera représenté à cette manifestation.

Le Collectif contre la vente du site du projet organise une Marche de protestation.

Ce Collectif s’est constitué à partir de quelques Anciens Agros de Grignon indignés à la suite de la pétition de L Vilbert
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Stephane_le_Foll_ministre_francais_de_lagriculture_Halte_a_la_vente_du_patrimoine_scientifique_francais_au_Qatar
et par l’idée d’un site détérioré à jamais par les travaux entrepris par un acheteur comme le PSG.

Puis le dossier de la vente s’est construit petit à petit comme un puzzle avec le fait que Grignon se trouvait être un élément dans une opération devant aboutir à un AgroParistech réuni sur le Plateau de Saclay .

  1. Le Collectif constitué officiellement depuis dix jours comprend aujourd’hui une vingtaine de participants.
    Les trois conditions sont simples pour devenir adhérents :
    Contre la vente d’une partie ou de l’ensemble du site de Grignon à des intérêts privés
  2. travailler à une alternative à un organisme au départ des élèves de première année
  3. ouvrir le parc aux visiteurs à pied.

Nous travaillons aujourd’hui intensément à un regroupement des initiatives en particulier en direction du groupe de suivi au sein de l’APPVPA pour une “alternative pour le site de Grignon.”

Vous êtes invités à la Marche qui débute à 11h30 du parking de la ferme expérimentale samedi 16 janvier puis se dirige vers le parking extérieur de l’Ecole.
Là il y aura des déclarations des organisateurs puis une collation .

Bien cordialement

Pour le Collectif
Le porte-parole
Joël Dine

NDDL Aéroport insensé

notre-dame-des-landes-aeroport-non

Les Écologistes-MEI des Pays de la Loire (et National) s’associent aux revendications des opposants au projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, et à leur volonté remarquablement démontrée ce 9 janvier de tout faire pour éviter toute violence. Comme il l’a déjà dit, ce projet est inutile compte tenu de l’existence à Nantes d’un aéroport déja performant et possédant à la fois des possibilités de dessertes encore inexploitées et des possibilités d’extension, et se trouve donc en totale contradiction avec les volontés françaises exprimées lors de la COP 21. Le MEI appelle donc solennellement le gouvernement à agir de façon cohérente et à stopper immédiatement ce projet.

All I Want For Christmas Is A Job

Destiné à éveiller l’attention de Pole Emploi (et tout le monde) sur sa situation de très bien formée (licence de lettres, 2 master II en droit, 1 mastère d’école d’ingénieur d’éco-conseillère) et avec des compétences variées et d’excellence, et pourtant en galère d’emploi, ce clip a été écrit et réalisé par l’actrice-chanteuse  comme parodie à partir de la célèbre chanson de Mariah Carey.

Alexia était présentée par le MEI, comme membre de la “société civile”, sur la liste que nous soutenions en Aquitaine aux régionales, pour la Corrèze.

Elle cherche un “job” de juriste, éco-conseillère en priorité.
Son domaine de spécialité est le patrimonial lié aux problématiques d’environnement et de développement durable, mais elle peut être chargée de projet dans n’importe quel domaine, y compris en politique.

Et, si vous avez un concert à organiser, vous pouvez aussi faire appel à elle : en jugeant par vous-même de son talent.

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année à toutes et tous pour vous, vos familles et vos proches.

Jean Marie Pelt : un grand monsieur de l’écologie

JeanMariePelt

Jean Marie Pelt nous quitte.

Il nous lègue son infatigable volonté d’alerter, d’expliquer, de conseiller pour préserver notre bien le plus précieux : notre planète.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/12/23/01008-20151223ARTFIG00269-le-pere-de-l-ecologie-urbaine-jean-marie-pelt-est-decede.php

En Pays de Loire une alliance inattendue : Debout la France et le Mouvement écologiste indépendant

BoyerPotier

Le jeudi 26 novembre 2015, les responsables du Mouvement écologiste indépendant des Pays de la Loire, également vice-présidents au côté d’Antoine Waechter, se sont rendu à Paimboeuf au côté de Cécile Bayle de Jessé, candidate tête de liste «  Debout la France avec Nicolas Dupont-Aignan  » pour sceller leur alliance. Le développement du rail pour le désenclavement des territoires, l’utilisation de l’énergie électrique pour allier mobilité et proximité sont autant de points sur lesquels les deux mouvements s’accordent totalement. Paimboeuf, ancienne ville portuaire ayant connu la prospérité est un exemple flagrant de l’abandon du territoire au profit des grandes métropoles.

Ce rapprochement, loin d’être opportuniste, a été murement réfléchi des deux côtés. En effet, de nombreux points, comme le développement du  fret maritime (développer et optimiser une manutention fluviale  ; aider les Chargeurs à réorienter leurs mode de transport …)  ; l’optimisation de Nantes Atlantique avec une desserte rail par la mise en œuvre de la modernisation de l’étoile ferroviaire nantaise (projet nouvelle gare de Nantes … ); le franchissement de la Loire (étudier les possibilités pour une nouveau pont)  ; maintenir et développer l’agriculture locale et optimiser les  circuits courts; mettre en place un label de territoire «  fabriqué en Pays de la Loire  » pour éviter les effets pervers de la trop grande concurrence; harmoniser les transports scolaires par la cogestion départements  / région; la résistance des valeurs de la famille face aux idéologies (le MEI des Pays de la Loire avait participé à La Manif pour Tous au moment de la crise du mariage gay). Toutefois , des divergences apparaissent .  . En politique monétaire retrouver la liberté de création monétaire pour les acteurs démocratiques locaux, avec ou sans l’Euro. La création monétaire nationale et locale (subsidiarité !) permet de sortir du carcan du système euro. la co-existence dans un bi-monétarisme est la bienvenue , une monnaie attribuée à la consommation courante et aux salaires , et une autre gérée par un système bancaire spécialisé dans les investissements . Une programmation de la sortie du nucléaire , et l ‘arret de l ‘EPR de Flamanville sont à décider . Une valorisation des médecines dites «  alternatives «  est à développer , et conséquemment le MEI est favorable à la liberté vaccinale. Le MEI distingue le productivisme , de la productivité , la notion de croissance est à revoir , le modèle de spoliation de l ‘autre comme normalité est à abandonner , pour etre remplacé par l ‘échange équitable , et pour ce : la confiance est a rétablir , par le moyen de la démocratie . De la mesure est a apporter dans le projet de production « de masse » de la voiture électrique .

L’écologie humaine et l’écologie naturelle se retrouvent ici, au-delà du clivage droite-gauche, tout en assumant leurs valeurs. L’écologie ne doit pas rester prisonnière d’une idéologie d’extrême gauche. La question de l’environnement transcende l’échiquier politique pour s’orienter vers le bon sens pour nos territoires

Alain Bouyer , délégué pour la Vendée-MEI- , St Etienne du bois , tel : 0251461476,

Sur la photo de gauche à droite:       Jean-Marc Beauvais (Secrétaire départemental DLF), Alain Bouyer (responsable MEI Vendée et vice-président national), Jean-Claude Datin (délégué de circonscription DLF), Dominique Potier (responsable régional et vice-président national MEI), Frédéric Aubry (4e de liste DLF en 44) ; Cécile Bayle de Jessé (Candidate tête de liste Debout la France en Pays de la Loire et déléguée nationale à la famille).

Pour une sortie de l’OTAN

Les Écologistes du Mouvement Écologiste Indépendant considèrent que la sortie de la France de l’OTAN est une nécessité de plus en plus manifeste.

L’Alliance Atlantique, créée dans le contexte de la guerre froide, s’est transformée, par son maintien après la fin du monde bipolaire, en outil de l’hégémonie américaine et de la vassalisation de l’Europe.

La réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, envisagée dès 1991, fut décidée abruptement sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et jamais remise en cause par son successeur François Hollande (qui, député, s’était pourtant drapé dans la toge de l’opposant farouche à un tel projet). Cette décision confirma ce qui apparaissait déjà dans les faits depuis plusieurs années, à savoir le très regrettable abandon de la position que le général de Gaulle avait su donner à la France : celle d’une voix indépendante et non-alignée, audible et respectée tant sur le continent européen que dans le reste du monde.

Le contexte géopolitique actuel montre désormais toute la dangerosité de ce choix d’alignement atlantiste. L’élargissement de l’OTAN à l’Est, après la dissolution du Pacte de Varsovie, a pu apparaître comme une provocation ou une menace aux yeux de la Russie, ruinant ainsi les espoirs de construction de la « maison commune européenne » qu’évoquait Gorbatchev. Le conflit ukrainien illustre tragiquement ce gâchis. Par ailleurs, la duplicité de la Turquie d’Erdogan et ses relations troubles avec les djihadistes de « l’État islamique » risquent d’amener une confrontation directe entre ce membre de l’OTAN et la Russie, suite au récent abattage d’un bombardier russe à la frontière syrienne. Pour éviter l’escalade, la voix de nos dirigeants devrait adresser à notre « allié » turc un ferme désaveu. Au lieu de quoi, ils prétendent relancer la procédure d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, au mépris des opinions publiques et de la cohésion de notre continent.

Dans ce contexte inquiétant, les Écologistes du MEI considèrent qu’il est donc urgent pour la France d’engager son retrait de l’OTAN. L’annonce de ce retrait devrait être l’occasion pour la France de prendre l’initiative d’une défense européenne indépendante, afin d’assurer la sécurité de notre continent tout en refusant d’aggraver l’instabilité de notre voisinage immédiat.